Jan Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc (homonymie).
Jan Blanc Reynolds.jpg

Jan Blanc, né à Bois-Colombes (France) en 1975, est un historien de l'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi ses études à l'Université de Paris X-Nanterre en histoire de l'art et archéologie, il a occupé des fonctions de chargé de recherches au Deutsches Forum für Kunstgeschichte. Au sein de l'Institut national d'histoire de l'art, il travaille comme chargé de recherches détaché à l'École nationale supérieure des beaux-arts, à la Bibliothèque centrale des musées nationaux, à la bibliothèque de la Fondation Jacques-Doucet et à la bibliothèque de l'École nationale des chartes. Jan Blanc est ensuite chargé de cours en histoire de l'art de la période moderne à l'Université Paris X-Nanterre (2000-2002), avant d'être nommé assistant (2003-2006), puis maître-assistant (2006-2010) à l'Université de Lausanne. Il est nommé professeur associé (2010), puis professeur ordinaire (2015) d'histoire de l'art de la période moderne à l'Université de Genève. Depuis 2015, il exerce les fonctions de doyen de la faculté des lettres de l'Université de Genève tout en poursuivant ses activités d'enseignant et de chercheur.

Samuel van Hoogstraten, Autoportrait dessinant à une fenêtre, v. 1647, huile sur toile, 102 × 79 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage

Champs de recherche[modifier | modifier le code]

Les recherches de Jan Blanc portent essentiellement sur l'art flamand et hollandais du XVIIe siècle ainsi que sur les arts britanniques du XVIIIe siècle. Son DEA en histoire de l'art de la période moderne a porté sur l'Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst (1678) de Samuel van Hoogstraten, un peintre, poète et théoricien néerlandais et élève de Rembrandt dont il est l'un des meilleurs spécialistes, avec Michiel Roscam Abbing, Celeste Brusati et Thijs Weststeijn. Il a proposé la première édition traduite et commentée de ce livre, qui a été ensuite publié par la Librairie Droz en 2006[1]. Par la suite, il obtient sous la direction du prof. Christian Michel un doctorat ès lettres en histoire de l'art à l'Université de Lausanne sur les rapports entre théories et pratiques artistiques dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle, qui est publié par Peter Lang en 2008[2].

Joshua Reynolds, Autoportrait à la palette, v. 1748, huile sur toile, 63,5 × 74,3 cm, Londres, National Portrait Gallery

En parallèle de ses recherches sur le Siècle d'or hollandais, Jan Blanc a également engagé une réflexion sur les relations entre art, société et théories dans le Royaume-Uni, singulièrement durant le XVIIIe siècle, en commençant par se consacrer aux écrits du peintre Joshua Reynolds, l'un des principaux acteurs de la peinture britannique du XVIIIe siècle, avec Allan Ramsay, Thomas Gainsborough, George Romney et John Hoppner, mais aussi le premier président de la Royal Academy. Constatant que seule une faible partie des écrits publiés ou manuscrits du peintre anglais avait été traduite en français - pour l'essentiel, ses quinze discours prononcés à l'Académie, une partie de ses voyages en Italie et aux Pays-Bas, en grande partie par Hendrik Jansen au XVIIIe siècle et Louis Dimier au début du XXe siècle - et publiée - sa correspondance -, Jan Blanc entreprend de réunir tous les textes connus de Reynolds et d'en proposer d'une édition traduite complète[3]. Ayant choisissant de prendre en compte de l'ensemble pourtant varié de ces textes - notes de lecture, brouillons d'articles, lettres, commentaires d'œuvres et de textes, essais, carnets de voyages, discours -, Jan Blanc met aussi en évidence la très grande diversité des avis du peintre anglais, du rôle essentiel des contextes dans lesquels ces avis sont énoncés mais aussi de la cohérence d'une pensée qui ne peut en aucun cas être qualifiée, comme on l'a parfois prétendu, de "classique" ou, pire, de "néo-classique".

Afin d'accompagner les étudiant-e-s de l'Université de Genève dans leur découverte des méthodes de l'histoire de l'art, Jan Blanc a créé un site, Ars Moderna, où il est possible de trouver de nombreux conseils et indications concernant les différentes manières d'aborder les œuvres d'art.

Recherches récentes[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, Jan Blanc dirige un projet de recherche financé par le Fonds national de la recherche scientifique. Intitulé "Un Siècle d'Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle", ce projet propose d'éclairer historiquement une notion qui n’est presque jamais interrogée pour elle-même : celle de "Siècle d'or" (gulden eeuw, gouden eeuw). Les historiens de l’art ont l’habitude de l’utiliser pour qualifier la civilisation néerlandaise du XVIIe siècle et, plus spécifiquement encore, l’art hollandais du XVIIe siècle ; mais ils font comme si elle allait de soi, comme si elle n’avait pas de dimension normative et comme si elle n’avait elle-même pas d’histoire. Ce projet entend repenser la notion de « Siècle d’or » en proposant d’analyser la manière dont elle a été définie, pensée et décrire au XVIIe siècle, par les Hollandais eux-mêmes comme par les observateurs de leur pays. À ce projet de recherche sont associés Léonie Marquaille (maître-assistante, Université de Lausanne), Marije Osnabrugge (post-doctorante, Université de Genève), Susanne Bartels (Université de Genève), ainsi que Léonard Pouy (post-doctorant, Université de Genève / Université Paris-Sorbonne).

En 2018, sur Ars Moderna, Jan Blanc a également créé le site SwissCollections qui, alimenté par un groupe d'étudiant-e-s et de chercheur-se-s coordonné par Jan Blanc, regroupera à terme des notices et des études monographiques des principales œuvres de la période moderne (XVe-XVIIIe siècles) conservées dans les collections publiques suisses, et qui seront entièrement et gratuitement accessibles sur Internet.

Il travaille actuellement à la publication d'un livre sur la "nature morte" hollandaise au XVIIe siècle (2019), ainsi que d'un essai sur la peinture d'histoire britannique au XVIIIe siècle (2019).

Choix de publications[modifier | modifier le code]

Éditions de sources[modifier | modifier le code]

  • Postures érotiques : L’Arétin d’Augustin Carrache de Simon-Célestin Croze-Magnan et Jacques-Joseph Coiny (1798), Paris, Presses Universitaires de France (coll. «Sources»), 2014
  • Paroles d’artistes (XVeXXIe siècle), Paris, Citadelles & Mazenod, 2012
  • Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst (Introduction à la haute école de l’art de peinture, Rotterdam, 1678) de Samuel van Hoogstraten (1627–1678), Genève, Droz, 2006 (« Travaux du Grand Siècle »)
  • Mémoires pour servir à l’histoire de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Tome I : 1648–1682, Paris, Éditions de l’École nationale supérieure des Beaux–arts, 2006, 2 vol. [avec Christian Michel, Jacqueline Lichtenstein, Thomas Gaehtgens, Bénédicte Gady, Karim Haouadeg & Markus Castor]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Siècle d'or hollandais : une révolte culturelle au XVIIe siècle, Paris, Citadelles & Mazenod, 2019
  • Van Gogh : ni Dieu ni maître, Paris, Citadelles & Mazenod, 2017
  • Les Écrits de Sir Joshua Reynolds, Turnhout, Brepols, 2016, 2 vol.
  • Vermeer : la fabrique de la gloire, Paris, Citadelles & Mazenod, 2014
  • Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle. La théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten, Berne, Peter Lang, 2008
  • Dans l’atelier de Rembrandt. Le maître et ses élèves, Paris, Éditions de la Martinière, 2006

Directions d’ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Échanges artistiques entre les anciens Pays–Bas et la France, 1482–1814, Turnhout, Brepols, 2010 [avec Gaëtane Maes]
  • Entre tradition et nouveauté : pour un panorama de l’histoire de l’art en Suisse, Lausanne, Études de lettres (IV), 2007 [avec Marco Costantini, Filipe DosSantos, Christian Michel & Denise Zaru]
  • L’Image du roi en Europe de François Ier à Louis XIII, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2006 [avec Marc Bayard, Diane Bodart, Thomas Gaehtgens, Nicole Hochner, Godehard Janzing & Olaf Reumann]

Ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Raphaël, Paris, Éditions de La Martinière, 2012
  • Dans l’atelier des artistes. Les coulisses de la création, de Léonard de Vinci à Jeff Koons, Paris, Beaux–Arts Éditions, 2011 [avec Florence Jaillet]
  • Léonard de Vinci, Paris, Éditions de La Martinière, 2011

Principaux articles[modifier | modifier le code]

  • « La construction du siècle d’or hollandais », in Or, éd. Jean-Roch Bouiller, Philippe Jockey, Myriame Morel-Deledalle & Marcel Tavé, Paris, Hazan, 2018, p. 27-31
  • « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques », in Le Mythe de l’art antique, éd. Emmanuelle Hénin & Valérie Naas, Paris, cnrsÉditions, 2018, p. 184-200
  • « Winckelmann et l’invention de la Grèce », in Cahiers Mondes Anciens, XI, 2018 (« La « civilisation » : critiques épistémologique et historique », dir. Michel Briand, Florence Dupont et Vivien Longhi)
  • « Willkürliches oder unwillkürliches Erinnern ? Praktiken und Debatten um das Entlehnen in den Künsten im Großbritannien des 18. Jahrhunderts », in Wahrnehmen, Speichern, Erinnern. Memoriale Praktiken und Theorien in den Bildkünsten 1650 bis 1850, éd. Bettina Gockel & Miriam Volmert, Berlin, De Gruyter, 2017, p. 155-168
  • « Rembrandt and Painting as a Mechanical Science in Dutch Seventeenth-Century Art », in Knowledge and Discernment in the Early Modern Arts, éd. Sven Dupré & Christine Göttler, New York, Oxon, 2017, p. 267-295
  • « Valeurs et enjeux théoriques du ‘petit’ à l’époque moderne », in Penser le « petit » de l’Antiquité au premier xxesiècle, éd. Sophie Duhem, Estelle Galbois & Anne Perrin Khelissa, Paris, Éditions Fage, 2017, p. 26-34
  • « La conquête de l’ordinaire. Représenter la vie quotidienne dans l’art hollandais du XVIIe siècle »,in Dessiner le quotidien. La Hollande au siècle d’or, éd. Emmanuelle Brugerolles et Olivia Savatier Sjöholm, Paris, Liénart, 2017, p. 10-17
  • « Sehen, um zu glauben. René Magritte und die Erfindung der Kunst », in Magritte. Der Verrat der Bilder, éd. Didier Ottinger, Munich, Prestel, 2017, p. 94-101
  • « Johan Zoffany : La Bibliothèque de Charles Townley à Londres », Voir double : pièges et révélations du visible, éd. Michel Weemans, Dario Gamboni et Jean-Hubert Martin, Paris, Fayard, 2016, p. 241-243
  • « Le voir pour le croire : René Magritte et l’invention de l’art », in Magritte : la trahison des images, éd. Didier Ottinger, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2016, p. 102-109
  • « John Michael Montias, l’histoire sociale de la peinture hollandaise en question », in Histoires sociales de l’art. Une anthologie critique, éd. Neil McWilliam, Constance
  • Moréteau & Johanne Lamoureux, Dijon, Les Presses du Réel, 2016, 2 vol., t. II, p. 325-350
  • « Diderot et le sublime d’écrivain », in Diderot et le temps, dir. Stéphane Lojkine, Adrien Paschoud & Barbara Selmeci Castioni, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, p. 233-254
  • « Sensible Natures : Allart van Everdingen and the Tradition of Sublime Landscape in 17th-Century Dutch Painting », in Journal of the Historians of Netherlandish Art, VIII, 2, 2016, http://jhna.org/index.php/vol-8-2-2016/340-jan-blanc-2
  • « Works in Progress : Painting and Modelling in Seventeenth-Century Holland », in Art History, XXXIX, 2, 2016, p. 234-253
  • « ‘L’image de la liberté’ : William Hodges (1744–1797) et la représentation des îles du Pacifique », in Mondes clos : les îles, éd. Daniel Barbu, Philippe Borgeaux & Youri
  • Volokhine, Genève, Infolio, 2015, p. 38-59
  • « ‘Une idée entièrement nouvelle’ ? Le regard panoramique avant le panorama », in « J’aime les panoramas » : s’approprier le monde, dir. Laurence Madeline & Jean-Roch Bouiller, Paris, Flammarion, 2015, p. 106-114
  • « La Vérité avance voilée. Autour d’un Juda et Tamar d’Aert de Gelder », in Voile, corps et pudeur. Approches historiques et anthropologiques, éd. Yasmina Foehr-Janssens, Silvia Naef & Aline Schlaepfer, Genève, Labor et Fides, 2015, p. 67-82
  • (avec Ana Luisa Castillo, Morena Maria La Barba et Sonia Vernhes Rappaz) « ‘On fait la paix !’ Entretien avec Lydia Chagoll », in Construire la paix : journées du film historique (hors-série de la Revue du Ciné-club universitaire), 2015, p. 8-10
  • « Voir sans se faire entendre : l’Amour menaçant d’Étienne–Maurice Falconet », in Schweigen / Silence. Über die stumme Praxis der Kunst, éd. Andreas Beyer & Laurent Le Bon, Paris, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015, p. 118-132
  • « Le Peintre à la croisée des chemins. Joshua Reynolds et la fin du ‘grand style’ », in L’Héroïque et le Champêtre. Appropriation et déconstruction des théories stylistiques dans la pratique des artistes et dans les modalités d’exposition des œuvres, dir. Marianne Cojannot-Le Blanc, Claude Pouzadoux & Évelyne Prioux, Paris, Presses Universitaires de Paris-Ouest, 2015, p. 225-246
  • « La Calabre, terre sublime ? Sir William Hamilton et les séismes de Calabre de 1783–1784 », in Le Voyage à Crotone : découvrir la Calabre de l’Antiquité à nos jours, éd. Lorenz Baumer, Patricia Birchler Emery & Matteo Campagnolo, Berne, Peter Lang, 2014, p. 89-98
  • « Face à la Nature : le paysage peint et dessiné dans la Hollande du XVIIe siècle », in L’Âge d’or du paysage hollandais au XVIIe siècle, éd. Emmanuelle Brugerolles, Paris, Éditions de l’École nationale supérieure des Beaux–arts (« Carnets d’étude », n° 29), 2014
  • « L’histoire de l’art prise aux mots », in Penser l’art, penser l’histoire, éd. Audrey Rieber, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 27-42
  • « Au-delà des règles : Thomas Gainsborough, l’imaginaire de la musique et la réforme de la peinture britannique au XVIIIe siècle », in La Musique face au système des arts, ou les vicissitudes de l’imitation au siècle des Lumières, éd. Marie–Pauline Martin & Chiara Savettieri, Paris, Vrin (coll. MusicologieS), 2014, p. 271-288
  • « Quand Sir Joshua Reynolds expose sa collection : le catalogue de la Ralph’s Exhibition », in Connoisseurship : l’œil, la raison et l’instrument, dir. Patrick Michel, Paris, École du Louvre, 2014, p. 89-102
  • « De la délicatesse des hommes », in Hétérographe : revue des homolittératures ou pas, IX, 2013, p. 80–85
  • « Divines manipulations. Éloges et critiques de l’image prosélyte (XVIe–XVIIe siècles) », Fiction sacrée. Spiritualité et esthétique durant le premier âge moderne, éd. Ralph Dekoninck, Agnès Guiderdoni–Bruslé & Émilie Granjon, Leuven, Peeters, 2013, p. 75–90
  • « Grand Style. Joshua Reynolds dans les théories de l’art françaises du XVIIIe siècle », in Penser l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : théorie, critique, philosophie, histoire, éd. Carl Magnusson & Christian Michel, Rome, École française de Rome, 2013, p. 301–328
  • « Le Défi d’Arachné : l’imaginaire antique dans la tapisserie européenne », in Héros antiques. La tapisserie flamande face à l’archéologie, cat. exp. dir. Matteo Campagnolo, Marielle Martiniani–Reber, Giselle Eberhard Cotton, Lorenz E. Baumer, Genève, Musées d’Art et d’Histoire, 2013, p. 29–37
  • « Rédiger le livre que Nicolas Poussin n’a jamais écrit : Prolégomènes à une pratique uchronique de l’histoire de l’art », Retour d’y voir, n° VI–VIII, 2013, p. 131–161
  • « Van Hoogstraten’s Theory of Theory of Art », in The Universal Art of Samuel van Hoogstraten (1627–1678). Painter, Writer, and Courtier, éd. Thijs Weststeijn, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2013, p. 35–51
  • « ‘Forger un nouveau code.’ Sir Joshua Reynolds et la question de l’ambiguïté », in Figurationen. Gender. Literatur. Kultur, II, 12, « Kippfiguren–Figures réversibles », éd.
  • Hans–Georg von Arburg & Marie Theres Stauffer, 2012, p. 81–96
  • « Être un artiste, malgré tout. Théories et pratiques sociales de la peinture (XVIe–XVIIe siècles) », in Vivre de son art. Histoire du statut de l’artiste XVe–XXIe siècle, éd. Agnès Graceffa, Paris, Hermann, 2012, p. 37–46
  • « Histoires secrètes. Autour de la notion d’‘anecdote visuelle’ », in La théorie subreptice. Les anecdotes dans la théorie de l’art (XVIe–XVIIIe siècles), éd. François Lecercle, Emmanuelle Hénin et Lise Wajeman, Turnhout, Brepols, 2012, p. 171–185
  • « L’art de lire l’art : textes et dessins de Joshua Reynolds en Italie (1750–1752) », in Denon : la plume et le crayon. Denon et les écrivains artistes au XVIIIe siècle, dir. Mathieu Pinette, Marseille, Le Bec en l’Air Éditions, 2012, p. 120–127
  • « Les visages de Rembrandt », in Rembrandt et son entourage, éd. Emmanuelle Brugerolles, Paris, Éditions de l’École nationale supérieure des Beaux–arts (« Carnets
  • d’étude », n° 23), 2012, p. 7–10
  • « Peindre la Terre Sainte : autour de la Guérison des aveugles de Nicolas Poussin (1650) », in Standing on the Beach, éd. Donatella Bernardi & Noémie Étienne, Genève, Labor & Fides, 2011, p. 217–224
  • « Philippe de Champaigne – questions d’identité », in Les Échanges artistiques entre les anciens Pays–Bas et la France, 1482–1814, Turnhout, Brepols, 2010, p. 303–316
  • « Pour une étude dynamique des échanges artistiques », in Les Échanges artistiques entre les anciens Pays–Bas et la France, 1482–1814, Turnhout, Brepols, 2010, p. 7–13 [avec Gaëtane Maes]
  • « Rembrandt and the historical reconstruction of his ‘Conspiracy of Claudius Civilis’ », in Myth in History / History in Myth, éd. Wim Klooster et Laura Cruz, La Haye, Brill, 2010, p. 237–253
  • « Tot voorstant van de Republijk : la ‘République des peintres’ de Samuel van Hoogstraten (1627–1678) », in L’Histoire de l’histoire de l’art septentrional au XVIIe siècle, éd. Michèle–Caroline Heck, Turnhout, Brepols, 2010, p. 45–66
  • « ‘Hiérarchie des genres’ : histoire d’une notion tactique et occasionnelle », in Les Genres picturaux, éd. Laurent Darbellay et Frédéric Elsig, Genève, Voltiges, 2008, p. 135–148
  • « Allaert van Everdingen (1621–1673) et la fabrication visuelle du ‘Nord’ dans la peinture hollandaise du xviiesiècle », in Couleurs et lumières du Nord – Colours and Light of the North – Färger och ljus i norr, éd. Maria Walecka–Garbalinska et Daniel Chartier, Stockholm, Acta Universitatis Stockholmiensis, 2008, p. 346–362
  • « Confusion des genres. Des théories hollandaises de la ‘peinture de genre’ », in Revue de l’art, clxi/3, 2008, p. 11–19
  • « Eine der schönsten und ältesten Brücken auf Bündner Boden : Jan Hackaert, dessinateur du Punt da Tgiern (1655) », in Petit précis patrimonial. Vingt–trois études d’histoire de l’art, éd. Nicolas Bock et Dave Lüthi, Lausanne, Édimento, 2008, p. 249–264
  • « Être un peintre ou une femme ? Judith Leyster (1609–1660) – une mobilité sociale impossible », in Work in Progress – Études Genre, vii, 2008, p. 35–38
  • « Eugène Delacroix (1798–1863), ou la dialectique du peintre et du poète. Quelques observations sur la genèse du Journal (1822–1824, 1847–1863) », in Lire et écrire en arts et en philosophie, éd. Francesco Gregorio, Catherine König–Pralong et Jérôme Meizoz, Lausanne, Université de Lausanne, 2008, p. 38–52
  • « La Beauté Fétiche, ou le désir de l’art », in Sang bleu, iii/iv, 2008, p. 257–259
  • « La publications de textes anciens », in Perspective : la revue de l’inha,iv, 2008, p. 2–19 [avec Elizabeth Cropper, Ulrich Pfisterer et Barbara Agosti]
  • « La Vie de l’œuvre. Autoportraits et autofictions dans la peinture européenne du XVIe et du XVIIe siècle », in La « Vie et l’œuvre » ? Recherches sur le biographique, éd. Philippe Kaenel, Jérôme Meizoz, François Rosset et Nelly Valsangiacomo, Lausanne, Université de Lausanne, 2008, p. 98–109
  • « Mauvais genres. Adriaen Brouwer et la parodie artistique au xviiesiècle », in Les Genres picturaux, éd. Laurent Darbellay et Frédéric Elsig, Genève, Voltiges, 2008, p. 83–100
  • « Avant–propos »,in Entre tradition et nouveauté : pour un panorama de l’histoire de l’art en Suisse, éd. Jan Blanc, Marco Costantini, Filipe DosSantos, Christian Michel et Denise Zaru, Lausanne, Études de lettres(iv), 2007, p. 65–93 [en collaboration avec Denise Zaru et Christian Michel]
  • « Champs et discours d’un genre. Le traité de peinture dans la Hollande du XVIIe siècle, de Carel van Mander (1604) à Samuel van Hoogstraten (1678) », in contextes, « Discours en contexte », éd. Jérôme Meizoz, Jean–Michel Adam et Panayota Badinou, Lausanne, Université de Lausanne, 2007
  • « Daniel Arasse et la peinture hollandaise du XVIIe siècle », in Images re–vues. Histoire, anthropologie et théorie de l’art, iii, 2007
  • « Ut pictor coquus. Autour de l’Éloge du hareng mariné(1656) de Joseph de Bray (v. 1630–1664) », in Entre tradition et nouveauté : pour un panorama de l’histoire de l’art en Suisse, éd. Jan Blanc, Marco Costantini, Filipe DosSantos, Christian Michel et Denise Zaru, Lausanne, Études de lettres(iv), 2007, p. 65–93
  • « Charles Ier à cheval avec Monsieur de Saint–Antoine. La genèse d’un portrait royal d’Anton van Dyck », in L’Image du roi en Europe de François Ierà Louis XIII, éd. Marc Bayard, Jan Blanc, Diane Bodart, Thomas Gaehtgens, Nicole Hochner, Godehard Janzing et Olaf Reumann, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2006, p. 383–400
  • « Hugo Grotius, historiographe des mythes bataves au XVIIe siècle », in Les Historiographes en Europe de la fin du Moyen Âge à la Révolution, éd. Chantal Grell, Paris, Presses Universitaires de l’Université Paris Sorbonne, 2006, p. 297–312
  • « Les mots et le geste : la ‘parole’ de Rembrandt dans son atelier », in La Parole en sociologie : recherches et débats, éd. Julien Bernard, Poitiers, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, 2006, p. 111–122
  • « Lire la théorie de l’art au XVIIe siècle : quelques questions », Tribune de l’art, 30 décembre 2006
  • « De la méthode à la genèse de la perspective : Pieter Saenredam (1597-1665) et les vues de la Mariakerk à Utrecht (1636-1651) », in L’Artiste et l’œuvre à l’épreuve de la perspective, éd. Marianne Cojannot-Le Blanc, Marisa Dalai Emiliani & Pascal Dubourg-Glatigny, Rome, École française de Rome, 2006, p. 385-409
  • « Théories et pratiques de la couleur chez Samuel van Hoogstraten », in Théorie des arts et création artistique dans l’Europe du Nord du xvieau début du xviiiesiècle, éd. Michèle–Caroline Heck, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, Lille, Université Charles de Gaulle Lille III, 2002, p. 255–271

Documentaires audiovisuels[modifier | modifier le code]

  • Calvin et les arts (cellule filmique intégrée au MOOG sur Calvin organisé par l’Université de Genève), 2015
  • Rembrandt, éd. Christophe Alalof, dans le cadre de la série La Grande Expo, Paris-Première, 2014
  • Le Retour du Fils prodigue (1663–1665) : la force du côté obscur, 2012, dans le cadre de la série L’Art en question, éd. Erwan Bomstein–Erb, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jan Blanc, Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst (Introduction à la haute école de l’art de peinture, Rotterdam, 1678) de Samuel van Hoogstraten (1627–1678), Genève, Droz,
  2. Jan Blanc, Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle. La théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten, Berne, Peter Lang, , p. 311-312
  3. Jan Blanc, Les Écrits de Sir Joshua Reynolds, Turnhout, Brepols, 2016, 2 vol.

Sources principales[modifier | modifier le code]

Site de l'Université de Genève, « Page institutionnelle » (consulté le 23 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]