Les Routes du sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Routes du sud
Réalisation Joseph Losey
Scénario Histoire : Jorge Semprún
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Durée 97 minutes
Sortie 1978

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Routes du sud est un film franco-britannique réalisé par Joseph Losey, sorti en 1978 qui traite de la nostalgie des vaincus de la guerre civile espagnole.

Dans ce drame, un homme quinquagénaire, vieux militant de la lutte anti-franquiste, vient de perdre sa femme dans un accident de voiture et connaît des rapports difficiles avec son fils.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nous sommes en 1975, à la fin du franquisme et Jean Larrea, ex-révolutionnaire espagnol, est devenu scénariste mais un conflit de génération l'oppose à son fils.

Sa femme Ève meurt dans un accident de voiture. Il apprend qu'elle avait une liaison avec un de ses amis, militant espagnol et il décide de se rendre en Espagne en compagnie de Julia, une jeune marginale que fréquente son fils.

Dans son livre sur son ami Yves Montand intitulé Montand la vie continue, Jorge Semprún donne son sentiment sur ce film dont il a écrit le scénario et dont il estime qu'il est « un demi-échec. »

« Je pense à Joseph Losey écrit-il, pour qui j'ai écrit en 1977 Les routes du sud, où il était question de l'Espagne, des passages de frontière. Où Montand avait encore joué le rôle principal. » Avant de s'envoler pour Rio de Janeiro, en août 1982, il croise par hasard Joseph Losey à Paris, boulevard Saint-Germain. « Il portait son habituel regard bleu, un foulard de vive couleur négligemment noué autour du cou, sur son habituelle vareuse de toile de pêcheur anglais. Mais il était pathétiquement accablé par la vieillesse, la fatigue de vivre, malgré tous ces efforts pour les conjurer.»

Ils échangent quelques mots sur le trottoir et au moment de se quitter, il lance à Semprun « avec un pétillement de perfidie allègre dans son angélique œil bleu : "J'ai entendu dire que vous alliez voyager avec Montand comme une groupie" ». Semprun a ri complaisamment de cette boutade car pensait-il, c'était la meilleure façon de répondre à ce genre de petites perfidies gratuites et sans conséquence.

Si ce film fut un 'demi-échec', pas seulement d'un point de vue commercial mais surtout comme entreprise commune à un comédien, à un metteur en scène et à un écrivain, certainement avoue Semprun, « en suis-je le premier responsable. » Il se reproche d'être revenu sur un sujet trop proche de La guerre est finie, malgré « une nouvelle orchestration des thèmes, » de n'avoir pas choisi une jeune metteur en scène qui auraient porté sur tous ces événements passés un regard neuf, insolent et surtout pas nostalgique.

Un metteur en scène différent de Losey, installé dans un exil « qui se pare des plumes de paon de l'exigence politique » sans véritable remise en question. Un homme qui porte encore son rôle de victime du maccarthysme qui « justifiât la non-rupture avec un stalinisme latent ou explicite, selon le ces, mais toujours subrepticement à l'œuvre ». Les routes du sud fut le fruit équivoque d'un malentendu, Semprun contrairement à Losey pensant « mettre en forme sous un éclairage nouveau, une réflexion critique ». Mais quand même, il garde en mémoire « quelques séquences parfaitement mises en scène » où Montand poursuit « le cheminement obstiné, désespéré, lucide qui donne un sens à la vie de son personnage Jean Larrea ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]