Solomon Lefschetz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Solomon Lefschetz
LefschetzSolomon Moscow1935.tif
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
PrincetonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Charlotte Cardot (d)
Emmanuel Lefschetz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Denise Weill (d) (nièce)
Claude Cardot (d) (neveu)
Henry Cardot (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
William Edward Story (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Solomon and Alice H. Lefschetz’s grave.jpg
Vue de la sépulture.

Solomon Lefschetz (3 septembre 1884 - 5 octobre 1972) est un mathématicien américain essentiellement connu pour ses travaux en topologie algébrique, géométrie algébrique et théorie des équations différentielles non linéaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Salomon Lefschetz est né à Moscou, d'Alexander (ou Alexandre) Lefschetz et Vera Lifschitz[1],[2], une famille de négociant juifs russes qui, après avoir voyagé en Europe et au Moyen-Orient, se fixèrent à Paris. Solomon Lefschetz fit d'abord ses études à l'École centrale des arts et manufactures de Paris puis, n'ayant pas la nationalité française, il décida d'émigrer aux États-Unis où sa carrière d'ingénieur serait plus facile. Engagé à la compagnie d'électricité Westinghouse[2], Solomon perdit dans un accident l'usage de ses deux mains. Peu de temps après, il quitta son emploi et se lança dans une carrière académique de mathématicien, en commençant par obtenir un Ph. D. de l'université Clark à Worcester (Massachusetts) qu'il obtint en 1911[2].

Il fut notamment professeur et directeur du département de mathématiques à l'université de Princeton.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Lefschetz est connu pour son théorème de point fixe, qu'il a démontré en 1926.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • L’analysis situs et la géométrie algébrique, Paris, Gauthier-Villars,
  • (en) « A page of mathematical autobiography », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 74,‎ , p. 854-879 (lire en ligne)

Anecdote[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (mai 2013).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Gian-Carlo Rota aurait dit à Sylvia Nasar (en), qui l'a écrit dans son livre sur John Forbes Nash, qu’une des conférences de Lefschetz consacrée à la géométrie commençait ainsi : « Bon une surface de Riemann est un certain type d’espace de Hausdorff. Bien entendu, vous savez ce qu’est un espace de Hausdorff ? C’est aussi un compact – d’accord. Je pense que c’est aussi une variété différentiable. Vous savez ce qu’est une variété différentiable. Permettez-moi maintenant de vous parlez d’un théorème pas ordinaire, le théorème de Riemann-Roch[3]. »

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. « Solomon Lefschetz », dans collectif, Biographical Memoirs, Office of the Home Secretary of the National Academy of Sciences, , 271-315 p. (ISBN 0309563453, présentation en ligne)
  2. a b et c http://www-history.mcs.st-andrews.ac.uk/Biographies/Lefschetz.html
  3. Sylvia Nasar, Un cerveau d'exception – De la schizophrénie au prix Nobel, la vie singulière de John Forbes Nash, Paris, Calmann-Lévy, 2002, p. 72-73

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]