Jean Fréour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Fréour
Image dans Infobox.
Jean Fréour en 2005.
Fonction
Maire de Batz-sur-Mer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Batz-sur-MerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Batz-sur-Mer (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Distinction
Œuvres principales
Anne de Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Fréour, né le à Nantes et mort le à Batz-sur-Mer, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sculpteur figuratif, Jean Fréour fait ses études à Nantes, puis au Maroc. De retour en France, il passe son baccalauréat à Bordeaux et décide de devenir sculpteur. Sa famille n'apprécie pas ce choix mais l'accepte. Il est admis à l'École des beaux-arts de Bordeaux en 1936 et fréquente l'atelier de Charles Louis Malric (1872-1942)[1]. Il y fait la connaissance du tapissier André Barreau (1918-1992) avec qui il entretient une amitié et une correspondance, jusqu'à la fin de ses jours. Il fréquente ensuite pour une brève période l'atelier d'Henri Bouchard à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1941. Il devient membre du mouvement artistique breton Seiz Breur.

En 1952, il fait partie de la 23e promotion artistique des pensionnaires de la Casa de Velázquez à Madrid et y réside durant un an[2].

Il sculpte toutes sortes de matériaux : le schiste, le marbre, le granit, l'onyx, la pierre bleue de Nozay ou des bois venus d'Afrique, comme l'izombé. Il travaille dans la tradition de l'enseignement académique tel qu'on l'enseignait encore au XIXe siècle. Il réalise également des statues en bronze. Ses œuvres sont marquées du sceau du régionalisme et d’une identité bretonne imprégnée de catholicisme. Il s'installe aux environs de Châteaubriant à Issé de 1943 à 1951, puis, en 1955, s'établit à Batz-sur-Mer dont il est élu maire durant un an. Il est décoré du collier de l'ordre de l'Hermine en 1995.

Il meurt au bourg de Batz le [3],[4].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pierre de la Condamine (ill. Jean Fréour), Rendez vous avec les Saisons, Paris, Éditions Émile Paul, .
  • Paul Legrand, Jean-Auguste Le Thomas, Ch. Caroff, Paul Mercier, Jean Fréour, Yves Horeau, J.D Levesque, Henri Touchard (photogr. Paul Lenoir Guérande), Cahiers des amis de Guérande, Imprimerie de la Presqu'île du Faubourg Saint-Anne, .
  • Alcime Bachelier, Jean Guéhenneuc et Jean Fréour, Bouvron, son histoire, son église, ses vieilles croix, Nantes, Chantreau et Cie, vers 1970.
  • Jean Fréour, biographie : Michel Maison et commentaires : Jacques Raux (préf. Yves Cosson), Sculpture : nus et bustes, Treillières, Ateliers du Bois des Dons, .
  • Collectif, Sous le signe d'Hélène Cadou, Éditions du Traict, .

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1969 : galerie Vendôme[19], Paris.
  • 1999 : invité d'honneur au Salon de Carquefou, avec Joël Dabin.
  • Du au  : Espace culturel de la Halle à la Marée, port de la Houle, Cancale.
  • 2003 : Espace Expo, mairie de Betton.
  • 2004 : invité d'honneur à Biennale de la sculpture à Saint-Jean-de-Monts.
  • 2005 : chapelle Saint-Marc de Kervalet, Batz-sur-Mer.
  • 2007 : Biennale de Saint-Jean-de-Monts.
  • 2014 : exposition Caroline Roussel-Jean Fréour[20], prieuré de Locmaria, Quimper.
  • 2016 : exposition Jean Fréour, sculpteur, la passion d'une vie, ancienne criée, Le Croisic du au .
  • 2017 : exposition Jean Fréour. Ode à la femme, du au , musée d'Art et d'Histoire de Locronan[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Taliano des Garets, La vie culturelle à Bordeaux 1945-1975, PUB, 1995, p. 137.
  2. Il y côtoie les artistes Geoffroy Dauvergne, Mickaël Compagnion, Roger Forissier, René Quillivic, Bachir Yellès, Dominique Sanchez, Albert Zavarro, Geneviève Laurent, Émile Courtin, Remigio Hernandez Martin et Vladimir Couprianoff (cf. Alain Valtat, Catalogue Raisonné du Peintre Geoffroy Dauvergne, Sceaux, 1996).
  3. Gwenael Kaodan, « Disparition du sculpteur Jean Fréour », sur agencebretagnedepresse.com, (consulté le ).
  4. « Décès de Jean Fréour », sur letelegramme.com, .
  5. « Archives municipales de Rennes cote : 4Z 212 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  6. « L'Art Au Gré des Chapelles de la Presqu'île Guérandaise - Chapelle Saint-Louis », sur artaugredeschapelles.fr (consulté le ).
  7. Patrimoine historique de Bretagne.
  8. « Pays de Châteaubriant : oubliée pendant un demi-siècle, l'œuvre d'un célèbre sculpteur restaurée », sur actu.fr (consulté le ).
  9. Notice no PA44000046.
  10. (en) « Saint-Charles-de-Potyze French Military Cemetery, Belgium - Breton Calvaire Monument », sur greatwar.co.uk (consulté le ).
  11. Guillaume Cingal, « Statue de Pierre Bouguer (1698-1758), par Jean Fréour (1919-2010). Le Croisic, dimanche 30 janvier 2011 », sur flickr.com, (consulté le ).
  12. « Jean Fréour - Anne de Bretagne - bronze, 2002 », sur corpusetampois.com, (consulté le ).
  13. Nantes étant capitale du royaume (traité d'Angers), puis du duché depuis 851, perdu au profit de Rennes au XVIe siècle, et ne devient capitale de la nouvelle région Pays de la Loire qu'en 1956.
  14. (en) « Statues. Hither & Tither. Armand Tuffin de La Rouërie », sur vanderkrogt.net (consulté le ).
  15. « Les Laveuses d'huîtres de Jean Fréour à Cancale », sur fans-de-bretagne.com (consulté le ).
  16. « La Porteresse - Musée des marais Salants », sur aly-abbara.com (consulté le ).
  17. « La chapelle Sainte-Marie prépare son pardon », sur Ouest-France, .
  18. Association Projet +, Croix et rencontres.
  19. « Jean Fréour: sculptures, dessins, Galerie Vendôme... Paris... du 4 au 22 février 1969... », sur books.google.fr (consulté le )
  20. « Exposition Caroline Roussel/ Jean Fréour », sur maisonarts.forumgratuit.org, (consulté le )
  21. Yvon Le Bihan, « Jean Fréour : Indépendance et Liberté », sur villedelocronan.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Yves Cosson, Michel Maison et Jacque Raux, Catalogue sculpture de Jean Fréour : Bois, pierre, marbre, bronze, ?,
  • Véronique Daboust, Fréour ou le chant de la sculpture : exposition, Mairie du XVIe (Paris), (ISBN 2-9521156-0-5)
    Organisée par Paris beauté culture.
    .
  • Véronique Daboust, « L'Œuvre sculptée de Jean Fréour », ArMen, Le Chasse Marée, no 114,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]