Saint-Maurice-le-Girard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice et Girard.

Saint-Maurice-le-Girard
Saint-Maurice-le-Girard
La mairie en .
Blason de Saint-Maurice-le-Girard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton La Châtaigneraie
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-de-la-Châtaigneraie
Maire
Mandat
Jacques Boudaud
2014-2020
Code postal 85390
Code commune 85252
Démographie
Gentilé Girardiens
Population
municipale
590 hab. (2016 en diminution de 2,48 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 40″ nord, 0° 48′ 13″ ouest
Altitude 105 m
Min. 64 m
Max. 136 m
Superficie 11,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Maurice-le-Girard

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Maurice-le-Girard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-le-Girard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-le-Girard

Saint-Maurice-le-Girard est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Maurice-le-Girard s’étend sur 1 146 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 105 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 64 et 136 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Vaugirard[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la bande d'or chargée de trois croissants soudés d'argent et côtoyée de deux clefs de sable posées en bande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Claude Millet[Note 1]   éleveur
1995 En cours Jean-Marie Sicot[Note 2],[4]   enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 590 habitants[Note 3], en diminution de 2,48 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690692558619703690692680672
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664707735723717742748778767
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
785745713652643613613585556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
521531485486522532579603594
2016 - - - - - - - -
590--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 22,8 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 13,6 %, plus de 60 ans = 23,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Maurice-le-Girard en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ans ou +
1,4 
7,7 
75 à 89 ans
9,5 
14,0 
60 à 74 ans
12,9 
16,8 
45 à 59 ans
13,6 
23,2 
30 à 44 ans
22,1 
18,6 
15 à 29 ans
17,3 
18,6 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean-René Bernaudeau, né en 1956, à Saint-Maurice, coureur cycliste ayant participé à 10 Tours de France.
  • Denise Laborie épouse Guénard, née en 1934 à Saint-Maurice, 47 sélections en équipe de France d'athlétisme ; 2e des championnats d'Europe du pentathlon en 1962, 20 titres de championne de France en plusieurs disciplines.
  • Jean-Gabriel Gallot, né le 3 septembre 1744, médecin à partir de 1767, membre de la Société royale de médecine. Député à l'Assemblée nationale constituante pour la sénéchaussée de Poitiers (26 mars 1789-30 septembre 1791)[10]Il devient administrateur puis président du département à partir de 1791 et soutient la lutte contre les royalistes. Suspect, il est suspendu le 6 pluviôse an II (25 janvier 1794) par François Pierre Ingrand, envoyé de la Convention pour organiser le gouvernement révolutionnaire en Vendée et dans les Deux-Sèvres. Affecté à l’hôpital de La Rochelle, il y meurt le 16 prairial an II (4 juin 1794), après avoir contracté le typhus.[11],[12]
  • Moyse-André Gallot (1782-1841), né le 30 novembre 1782 à Saint-Maurice-le-Girard et fils de Jean-Gabriel Gallot fut député de la Charente-Maritime de 1827 à 1831.
  • Pierre Dangirard, né à La Rochelle en 1725, le "pape des protestants". Accueilli par le médecin Jean-Gabriel Gallot à la fin de l'été 1781, alors qu'il est très gravement malade, il tient le journal de son séjour. Il conte au fil des jours ses tourments de santé, les bons soins du médecin et de sa famille ainsi que les événements de la vie du petit bourg paysan. Le manuscrit de ce journal est conservé à la Bibliothèque Michel Crépeau de La Rochelle. [13]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1989.
  2. Réélu en 2001 et 2008.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 3692 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Maurice-le-Girard », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  10. « Base de données des députés français depuis 1789 », sur http://www.assemblee-nationale.fr/ (consulté le 14 février 2019)
  11. Louis Merle, La Vie et les œuvres du docteur Jean Gabriel Gallot, Poitiers,
  12. Alain Gérard, « Gallot, un homme des Lumières victime des terroristes », Recherches vendéennes,‎ (résumé)
  13. Alain Gérard, La Vie quotidienne en Vendée avant la Révolution. Journal inédit de Dangirard le "pape" des protestants de La Rochelle (1781), La Roche-sur-Yon, CVRH,