Hebraeorum gens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hebraeorum gens est une bulle pontificale, rédigée par saint Pie V et nommée d'après ses premiers mots Le peuple juif (en latin : Hebraeorum gens). Elle est datée du 4 mars 1569[1]. C'est un document de gestion des peuples des Etats pontificaux et donc un document administratif de St Pie V, agissant comme souverain temporel de ses Etats. On ne peut en aucun cas donner à ce document purement administratif une portée doctrinale ou magistérielle, car sa portée limitée aux possessions temporelles de la papauté ne vise donc pas l’Église universelle.

Considérations générales[modifier | modifier le code]

Au début dans une sorte d'exposé des motifs, le pape décrit comment les Juifs furent méprisés et dispersés de leurs places à cause de leur incroyance et qu'ils avaient été perfides et ingrats quand ils ont rejeté leur Sauveur par la mort indigne (en latin : « perfida et ingrata suum Redemptorem indigna morte peremptum impie reprobarit »). Les moyens par lesquelles ils combattent la faim sont, selon saint Pie V, exécrables et infâmes (en latin : « foedas et infames artes, quibus famem tolerare possit »).

Le pape accuse les Juifs de dérober les indigents Chrétiens de leurs subsistances par l'usure (en latin : « multa usurarum genera […], quibus Hebraei egentium Christianorum substantiam usquequaque exinaniverunt »), d'accepter des voleurs (furum et latronum receptores ») et leur butin. Ce que le pape trouve le plus dangereux (quodque omnium perniciosissimum est), sont les sortilèges, les incantations, les méfaits et les superstitions magiques, par lesquelles ils exposent beaucoup de gens étourdis et infirmes aux impostures de Satan (en latin : « sortilegiis, incantationibus, magicisque superstitionibus et maleficiis dediti, quamplurimos incautos atque infirmos, Sathanae praestigiis inducunt »). Le pape croit que le peuple Juif est susceptible aux attaques des Chrétiens (« quam infesta omnibus sit, qui hoc nomine [Christi] censentur »).

Ces différentes considérations qui semblent très excessives au monde moderne, sont plutôt habituelles pour l'époque. Ainsi, la rédaction du Marchand de Venise de Shakespeare interviendra dans cette même moitié du XVIe siècle, dans un contexte de remise en cause du rôle d'usuriers assumé par les Juifs depuis l'interdiction ancienne faite par l’Église aux chrétiens de pratiquer le prêt à intérêts[2].

Directives temporelles[modifier | modifier le code]

Ayant été ému par la croissance des crimes qui place l'état en danger, pensant que ce peuple ci-dessus n'est pas nécessaire /est inutile/ pour son état (en latin : « augescentium quotidie, ad civitatum nostrorum perniciem, scelerum gravitate permoti; cogitantes praeterea, supradictam gentem […] nulli Reipublicae usui esse nostrae »), le pape ordonne que tous les Juifs des deux sexes quittent ses domaines dans trois mois après la publication de la bulle (§1)[3].

Les trois mois s'étant écoulés, tous les Juifs pèlerins ou habitants qui seront attrapés seront dérobés de tous ses avoirs, deviendront la propriété de l'église catholique romaine et resteront en esclavage perpétuel (en latin : « rebus omnibus spolientur, […] mancipia Romanae Ecclesiae fiant, et in perpetuam servitutem asserantur »). Les villes d'Ancône et Rome sont exemptes des injonctions (§2)[3].

Les paragraphes §3 et §4 traitent de l'application de la bulle.

Il n'est permis à personne (« Nulli ergo hominum liceat ») d'enfreindre le précepte du pape. Si quelqu'un ose le faire, sera frappé par l'indignation divine et apostolique (§5)[3].

Quelques restrictions ont été imposées par le pape Paul IV (dans sa bulle Cum nimis absurdum) mais à la fin de l'Incipit de Hebraeorum gens saint Pie V recommande leur adoption par les peuples plus éloignés (en latin : « nostris vero populis, qui praesertim a nobis aliquanto remotiores sunt, conducibilius fore […] »), c'est-à-dire aux autres états catholiques.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

La plupart des injonctions de Hebraeorum gens ont été révoquées par Sixte V dans sa bulle Christiana pietas (1586) mais dans la deuxième année de son pontificat, en 1593, le pape Clément VIII publie la bulle Caeca et obdurata par laquelle il repromulgue l'expulsion des Juifs de ses domaines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales ecclesiastici Caesaris Baronii, tomus trigesimus sextus, p. 169-170, Hebraeorum gens (publiée sans §3, §4 et §5)
  2. par exemple : Pape Léon le Grand, 440-461
  3. a, b et c Les bulles de saint Pie V dans le Magnum Bullarium, p. 101-102, Hebraeorum gens

Liens externes[modifier | modifier le code]