Jacques Madaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Madaule.
Jacques Madaule
Fonctions
Président
Société Paul-Claudel (d)
-
Maire
Issy-les-Moulineaux
-
Fernand Maillet (d)
Fernand Maillet (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Société Paul-Claudel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacques Madaule, né le à Castelnaudary (Aude) et mort le à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), est un écrivain, intellectuel catholique et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Castelnaudary (Aude), Jacques Madaule poursuit ses études supérieures à Toulouse et est reçu premier à l’agrégation d’histoire en 1922. Membre de l’École française de Rome, il est nommé professeur aux lycées de Tunis, Poitiers et Rollin à Paris, avant de terminer sa carrière au lycée Michelet de Vanves de 1935 à 1958.

Disciple d’Emmanuel Mounier et de l’historien Jules Isaac, il collabore à la revue Esprit. Il consacre plusieurs ouvrages à Paul Claudel et à Dante.

Sous l’Occupation il dirige avec François Perroux la revue maréchaliste La Communauté française. Selon Jacques Madaule, avant la seconde guerre mondiale, Philippe Pétain s'opposa à l'élection à l'Académie française de Charles Maurras, qui sera un de ses plus grands défenseurs, et il félicita François Mauriac d'avoir fait campagne contre lui[1].

Fondateur de l'Amitié judéo-chrétienne de France en 1948, il a beaucoup agi pour que l’Église catholique romaine renonce officiellement à l’antijudaisme, notamment lors du concile Vatican II.

Il s'engage au Mouvement républicain populaire à la Libération et devient conseiller de Francisque Gay, ministre d’État. Il est ensuite élu maire d'Issy-les-Moulineaux de 1949 à 1952.

Président du Comité national des écrivains, en 1964, il publie, sous forme d’une grande fresque autobiographique, l’histoire de sa vie en deux tomes : L'Interlocuteur et L'Absent (Gallimard). C’est à ce moment, et pour l’ensemble de son œuvre, qu’il reçoit le Grand Prix national des lettres. Il est par ailleurs l'un des fondateurs du Grand Prix catholique de littérature.

Il fait également partie de la direction du Mouvement de la paix, où il milite pendant plus de quarante ans.

De 1984 à sa mort, il préside la Société Paul Claudel.

Publications (échantillon)[modifier | modifier le code]

  • Les Chrétiens dans la cité, Éditions du Sagittaire, 1946
  • Dante et la splendeur italienne, Club Français du Livre, 1957
  • Les Juifs et le monde actuel
  • Graham Greene, Éditions du Temps présent, 1951
  • Le retour d'Israël, 1951
  • Qui est Lanza del Vasto, Denoël, 1955 (Études, témoignages, textes)
  • Le drame de Paul Claudel; éd. Desclée de Brouwer.
  • Le génie de Claudel
  • Le Drame albigeois et l'unité française; Paris (Gallimard, coll. "Idées"), 1973 (= éd. revue et augmentée).
  • Le Christianisme de Dostoïevski
  • Le nationalisme de Barrès
  • Histoire de France (2 tomes), en 3 tomes dans la collection Idées Nrf, n° 92, 98 & 108.
  • Rôle du Chrétien dans la cité
  • Chrétiens de droite et de gauche
  • Pèlerins comme nos pères
  • César
  • Chrétien de droite ou de gauche, dialogue entre Jean de Fabregues et Jacques Madaule dirigé par Jean-Marie Aubert et Christian Chabanis, Collection Verse et controverse Cahier 2, Éditions Beauchesne 1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de documentation juive contemporaine, La France et la question juive. 1940-1944, Paris, Sylvie Messinger, 1981, p. 129-130.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gamarra, « Les Livres nouveaux » in Europe, numéro 549-550, janv.-février 1975, pp. 203-208 (recension de l'Absent, Gallimard)

Liens externes[modifier | modifier le code]