Joseph Bonsirven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Bonsirven
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Joseph Paul Bonsirven, né le à Lavaur (Tarn), et, mort le à Toulouse[1], est un jésuite, bibliste et théologien français.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Né en 1880 à Lavaur, il est dès sa formation au sacerdoce remarqué pour son don des langues. Après son ordination en 1903 à Albi, il est donc spécialisé dans le domaine biblique. Passionné par les racines juives du christianisme, il s'ouvre au monde juif et entretient des relations amicales avec plusieurs rabbins. Soupçonné de modernisme à cause de ses liens avec Mgr Mignot (qui l'avait ordonné en tant qu'archevêque d'Albi) avec qui il partageait l'intérêt pour Alfred Loisy et l'admiration pour Marie-Joseph Lagrange, la Commission biblique lui interdit en mai 1910, malgré sa récente mention « très bien » en licence d'exégèse, de soutenir sa thèse de doctorat, intitulée « Eschatologie rabbinique d'après les targums, talmuds, midrashs. Les éléments communs avec le Nouveau Testament ». Il revient donc dans son diocèse se consacrer à la vie pastorale.

Entré chez les jésuites après la première guerre mondiale, il devient pour ses confrères professeur d'exégèse et conclura brillamment sa carrière à Rome (1948 - 1953).

Publications[modifier | modifier le code]

La revue Biblica, t.39, de 1958, présente la liste complète de ses œuvres.

  • Les Juifs et Jésus. Attitudes nouvelles. Paris, Beauchesne, 1937. In-16°de 252 p.
  • Exégèse rabbinique et exégèse paulinietune (Bibliothèque de théologie historique). Paris, Beauchesne, 1939. In-8° de 405 p.
  • Textes ràbbiniques des deux premiers siècles pour servir à l'intelligence du Nouveau Testament. Rome, Institut Biblique Pontifical, 1954, Grand in-8° de XII. - 804 pp.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stanislas Lyonnet. « In Memoriam P. Joseph Bonsirven ». Bib 39 (1958): 265-68.
  • Pierre Scheffer, art. « Bonsirven » dans Gérard Reynal (Dir.) Dictionnaire des théologiens et de la théologie chrétienne, Bayard Éditions / Centurion, Paris, 1998. (ISBN 222735528X)
  • Laurence Deffayet. « Le rôle du Père Bonsirven dans le renouveau du dialogue judéo-chrétien dans l’entre-deux-guerres ». Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 89, janvier-juin 2003.
  • Laurence Deffayet. « Le Père Joseph Bonsirven : un parcours fait d'ombres et de lumière ». Archives juives, Volume 40 –2007/1, Dossier Philosémites chrétiens, pp. 45-57.
  • Daniel Lindenberg, « Le père Joseph Bonsirven », Sens 7-8, juillet-août 2000, p. 362- 370.
  • J. Nathan Clayton. « An examination of Joseph Bonsirven (1880-1958) and his contributions to twentieth century biblical studies ». Trinity journal, 2008, vol. 29, no1, pp. 65-81.
  • Thérèse-Martine Andrevon, "Joseph Bonsirven et le « mystère d'Israël »", Nouvelle revue théologique 2011/4 (Tome 133), p. 547-567.
  • Thérèse-Martine Andrevon, “Joseph Bonsirven : A model among the theologians of Judaism in the period preceding the Vatican II Council,” dans J. Bernauer et R. A. Maryks (dir.), Jesuits and Jews, a tragic couple (Leiden, Brill, 2014), p. 333-350.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives du Tarn, commune de Lavaur, acte de naissance no 8, année 1880 (consulté le 14 octobre 2014) (avec mention marginale de décès)

Liens externes[modifier | modifier le code]