Praguerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Praguerie
Description de cette image, également commentée ci-après
La guerre de la Praguerie.
Enluminure du manuscrit de Martial d'Auvergne, Les Vigiles de Charles VII, vers 1484, BnF, département des Manuscrits, ms. Français 5054, fo 101 ro.
Informations générales
Date Février - juillet 1440
Casus belli États généraux de 1439 qui ont instauré la taille pour une armée permanente
Issue Traité de Cusset (1440) : la rébellion est vaincue
Belligérants
Blason France moderne.svg Charles VII
Blason Arthur III de Bretagne (1393-1425) comte de Richemont.svg Arthur de Richemont
Blason duche fr Bourbon (moderne).svg Charles Ier de Bourbon
Blason province fr Dauphine.svg Dauphin Louis
Blason fam FRA la Trémoille.svg Georges de la Trémoille
Blason de Bretagne.svg Jean V de Bretagne
Blason province fr Alençon.svg Jean II d'Alençon
Armoiries Louis de Vendôme.svg Louis Ier de Bourbon-Vendôme

Les trois ordres dans L'arbre des batailles de Honorat Bovet. Au centre de la miniature, le roi Charles VII entouré du dauphin Louis et du connétable Arthur de Richemont. Paris, BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 2695 fo 6 vo, XVe siècle.

La Praguerie (1440) est une révolte armée des princes de France contre les réformes militaires du roi Charles VII. Le dauphin, futur Louis XI, fait partie des révoltés. Cette révolte est d’une grande importance dans l’histoire du règne de Charles VII car elle survient juste au moment où celui-ci établit enfin son autorité[1]. Elle marque un passage très clair entre une France médiévale et une France moderne[2].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Les contemporains ont donné le nom de Praguerie à cette révolte, en référence aux guerres civiles de la Bohême Hussite, à Prague, avec lesquelles la révolte de ces princes français a beaucoup de points communs. Ces guerres se sont déroulées peu de temps avant la Praguerie, en 1419 et ont duré plus d’une dizaine d’années[3].

La révolte[modifier | modifier le code]

Les déclencheurs de la révolte[modifier | modifier le code]

Les signes précurseurs de la Praguerie sont constatés en 1437. En effet, cette année-là, Jean II d’Alençon, Charles Ier de Bourbon, Jean IV d'Armagnac, des princes pourtant très fidèles jusque-là, montent un complot contre deux conseillers du roi, Charles du Maine et le connétable Arthur de Richemont. Ils ne sont pas satisfaits de la réconciliation franco-bourguignonne, qu'ils jugent contraire à leurs intérêts. Il n’y aura pas de suite à ce complot car il sera découvert avant d’avoir pu être mis en place.

Le , aux États généraux de 1439, réunis depuis octobre à Orléans, le roi Charles VII ordonne une réforme de l’armée suite à la plainte des États généraux par rapport aux écorcheurs et leurs actions.

Il met en place un système d’armée permanente qui engagerait ces écorcheurs à plein temps contre les Anglais. Pour ce faire, il instaure un système de taille perpétuelle[1]. Cependant, les princes, et tout particulièrement de Bourbon, se mettent en travers de l’ordonnance du roi. En effet, ceux-ci ont souvent recours aux compagnies d’écorcheurs et ne sont pas d'avis que le roi soit le seul à la base du recrutement de l’armée. Dunois et La Trémoïlle se rallient tous deux à l’opposition pour des raisons personnelles.

Le déroulement de la révolte[modifier | modifier le code]

C’est en février 1440, lorsque le dauphin Louis voit qu’une éventuelle régence est possible et que son avènement pourrait arriver plus tôt que prévu, que le soulèvement se produit. Le Poitou sera le lieu principal de la révolte. Les buts principaux des opposants seront de mettre le roi sous tutelle, chasser Richemont et placer le dauphin au pouvoir. La réaction du roi est immédiate et il poursuit ses opposants. Ceux-ci essayent de se réfugier en Bourbonnais et Auvergne. La noblesse locale clame qu’elle a déjà un roi et les villes de Basse-Auvergne, que l'on nommera désormais les treize bonnes villes d'Auvergne, ne soutiennent pas leur duc pendant la révolte. Celle-ci se termine en juillet par la signature du traité de Cusset..

Les répercussions de la révolte[modifier | modifier le code]

Le roi a réagi avec beaucoup de sévérité envers la noblesse[4]. En effet, beaucoup de gens d’armes furent décapités ou noyés pour avoir suivi les princes. Même le bâtard du duc de Bourbon fut cousu dans un sac et ensuite noyé. Malgré sa sévérité, le roi a su faire preuve d'une certaine clémence. Il accorda des pensions aux princes en colère et ne tint pas rigueur à son fils, Louis XI de son infidélité.

Cependant, sa clémence ne suffit pas à apaiser les esprits princiers car dès 1441, de Bourbon et Alençon avec Charles d’Orléans ainsi que le duc de Bourgogne recommencèrent à comploter.

Une nouvelle tentative de Praguerie se présente en 1442. Cette fois-ci, le roi est immédiatement mis au courant et s'invite à la réunion des révoltés afin d’étouffer leur tentative dans l’œuf. Il propose aux princes de répondre à leurs demandes de façon modérée. Les princes, vexés, acceptent et ne bougent plus. C’est après cet événement que l’on voit apparaître les « mignons du roi »[5] qui sont en réalité de jeunes conseillers qui prendront place dans les conseils royaux[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ansart Félix, Cours complet d'histoire et de géographie rédigé pour l'usage des lycées, des collèges et des aspirants au baccalauréat ès lettres, dans Histoire et géographie historique de la France pendant le Moyen Âge (première partie), 4e éd. revue et corrigée, Paris, Librairie Ecclésiastique, Classique, Élémentaire, 1853.
  2. Favreau 1972, p. 277.
  3. Favier Jean, Dictionnaire de la France Médiévale, Paris, Fayard, 1993.
  4. Monnais Edouard (éd.), Éphémérides universelles : ou, Tableau religieux, politique, littéraire, scientifique et anecdotique, présentant, pour chaque jour de l'année, un extrait des annales de toutes les nations et de tous les siècles, depuis les temps historiques jusqu'à nos jours…, Volume 7, Paris, Corby, 1830.
  5. L'adjectif mignon a une connotation péjorative dès le XIIIe siècle et ne prend son sens de favori/conseiller qu'à partir de Charles VII, vers 1446, cf. étymologie du mot, ATILF, base Stella, en ligne.
  6. Demurger 1990, p. 205.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Loïc Cazaux, « Les lendemains de la Praguerie : révolte et comportement politique à la fin de la guerre de Cent Ans », dans François Pernot et Valérie Toureille (dir.), Lendemains de guerre... : de l'Antiquité au monde contemporain : les hommes, l'espace et le récit, l'économie et le politique, Bruxelles, P.I.E. Lang, coll. « Cahiers du Collège d'Europe », , 467 p. (ISBN 978-90-5201-592-7, présentation en ligne), p. 337-346.
  • Loïc Cazaux, « Une étude comparée sur la guerre civile au XVe siècle : les révoltes princières de la Praguerie, du Bien public et de la guerre folle », Colloque international organisé par Olivia Carpi : Guerres et Paix civiles (mondes anciens, mondes contemporains) : Amiens, 21-22 novembre 2013, présentation en ligne (non publié).
  • Philippe Contamine, Charles VII : une vie, une politique, Paris, Perrin, , 560 p. (ISBN 978-2262-03975-2, présentation en ligne).
  • Alain Demurger, Nouvelle histoire de la France médiévale, vol. 5 : Temps de crises, temps d'espoirs, XIVe – XVe siècle, Paris, Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 205), , 383 p. (ISBN 2-02-012221-9).
  • Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, , 982 p. (ISBN 2-213-03139-8).
  • Jean Favier, Louis XI, Paris, Fayard, , 1019 p. (ISBN 2-213-61003-7, présentation en ligne).
  • Robert Favreau, « La Praguerie en Poitou », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris, t. 129, 2e livraison « juillet-décembre 1971 »,‎ , p. 277-301 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]