Girl power

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Power.
image illustrant les femmes ou le féminisme
Cet article est une ébauche concernant les femmes ou le féminisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le girl power est un mouvement et phénomène culturel inspiré du féminisme, porté par les idoles de la musique pop (Madonna, Britney Spears, Christina Aguilera, etc.) et RnB (TLC, Destiny's Child, etc.) lancé par le groupe britannique Spice Girls en 1996 qui en font leur hymne. Cette philosophie est ensuite récupérée au sein du marché de la mode.

Historique[modifier | modifier le code]

À ses origines, le phénomène girl power est associé au riot grrrl, mouvement musical féministe, et à la troisième vague féministe du début des années 1990[1],[2].

À l'origine, le féminisme visait l'égalité des droits civils et politiques par rapport aux hommes. Les femmes recherchaient une stratégie de « libération » en réclamant l'autonomie dans leurs décisions.

Le « girl power » n'est pas un phénomène décrit comme un mouvement recherchant l'égalité, mais comme le portrait d'une avancée croissante des femmes dans la société occidentale, due aux efforts menés pour l'égalité des sexes.

D'autres le voient comme une simple résultante de l'égocentrisme occidental, mais également d'un retour caché de la femme soumise par le but premier de ces clips, qui sont en premier lieu la recherche de la satisfaction visuelle de l'homme.

Les Spice Girls de 1996 à 2001 vont prôner le Girl Power en précisant qu'il ne s'agit pas de rabaisser la gent masculine mais de favoriser l'égalité des sexes et des droits. La philosophie du Girl Power par les Spice Girls comprend également l'ouverture d'esprit, la tolérance, et le respect[3],[4],[5].

Au delà de leur musique, les Spice Girls agissent pour les femmes dans le monde entier, notamment Geri Halliwell ambassadrice à l'Organisation des Nations unies (UNFPA) depuis 1998 pour lutter contre la maltraitance des femmes et le cancer du sein à travers le monde. Le Girl Power qu'elles ont popularisé est voué à faire évoluer l'image de la femme, puis imposer une égalité et une tolérance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marnina Gonick, Girl Culture, Westport, Conn. [u.a.], Greenwood Press, , 310–314 p. (ISBN 978-0-313-33909-7, lire en ligne), « Girl Power »
  2. (en) Marion Leonard, Sexing The Groove: Popular Music and Gender, London, Routledge, , 230–55 p. (ISBN 978-0-415-14670-8), « 'Rebel Girl, You Are the Queen of My World': Feminism, 'Subculture' and Grrrl Power »
  3. (en) « From Title IX to Riot Grrrls », Harvard Magazine,‎ january–february 2008 (consulté le 30 septembre 2012)
  4. (en) « Girl power | You've come a long way baby », BBC News,‎ (consulté le 30 septembre 2012)
  5. (en) Sarler, Carol, « Girl Power: how it betrayed us », Daily Mail,‎ (consulté le 30 septembre 2012)