Gilles Ciment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gilles Ciment
Description de cette image, également commentée ci-après

Gilles Ciment en 2007

Naissance
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence France
Activité principale
Directeur Adjoint de l'ECPAD
Autres activités
Théoricien du cinéma et de la bande dessinée / Producteur exécutif / Manager / Conseil en ingéniérie culturelle
Distinctions
Ascendants

Compléments

Gilles Ciment, né le 7 mars 1962 à Paris, est un théoricien du cinéma et de la bande dessinée français. Directeur adjoint de l'Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense depuis mai 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Ciment est né le 7 mars 1962 à Paris[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père, le critique de cinéma Michel Ciment[2], l'emmène très jeune à la Cinémathèque française, dans les projections de presse, les salles d’art et d’essai et de répertoire (notamment les studios Action, puis les Olympic) et les festivals de cinéma d’animation (Pula, Annecy). Les dimanches après-midi sont bercés par les lectures à haute voix de leurs articles par les rédacteurs de la revue Positif qui se réunissent au domicile des Ciment, tandis que les soirées dominicales sont invariablement consacrées à l’écoute du Masque et la Plume sur France Inter, émission à laquelle participe Michel Ciment[3].

Dans les années 1960, Positif, la revue animée par son père, était publiée par l’éditeur Éric Losfeld. Michel Ciment rapporte souvent de la librairie du Terrain vague les bandes dessinées qu'éditait alors Eric Losfeld (Barbarella de Forest, Valentina de Crepax, Lone Sloane 66 de Druillet, Pravda la survireuse ou Jodelle de Peellaert, Saga de Xam de Nicolas Devil) ou d’autres (Little Nemo de McCay chez Pierre Horay, l’anthologie Planète de la bande dessinée…). Ces lectures ont forgé le goût et l’intérêt de Gilles Ciment pour une certaine conception de la bande dessinée, dont il trouvera bientôt des échos dans les revues des années 1970 : Pilote, L'Écho des savanes, Métal hurlant, Fluide glacial, (À SUIVRE), BD magazine… Mais on ne trouve pas, à l'époque, sur ce domaine qui le passionne l’équivalent de ce que l'on connaît pour le cinéma : des lieux de conservation, de découverte et d’échanges, des revues critiques sérieuses, même si l'on peut encore trouver d'anciens numéros de Phénix, publié par la Société civile d'étude et de recherche des littératures dessinées (Socerlid), ou de Giff-Wiff, publié par le Centre d'études des littératures d'expression graphique (Celeg).

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après avoir décroché un Bac C, il reste au lycée Condorcet à Paris pour y intégrer son Hypokhâgne. Deux Khâgnes après, il est licencié en Histoire et en Anglais. Il rejoint le monde des livres et crée en 1983 la Bibliothèque du cinéma pour la ville de Paris, qu’il dirige jusqu'en 1991, tout en y animant des projections-débats, des cycles de conférences et en y montant de nombreuses expositions (elle deviendra Bibliothèque de cinéma François-Truffaut en s’installant au Forum des Halles en 2008).

Parallèlement, il a commencé à écrire sur la bande dessinée en 1984 dans Les Cahiers de la bande dessinée dirigés par Thierry Groensteen[4], puis dans divers ouvrages (Animaux en cases, L’Année de la bande dessinée, Little Nemo au pays de Winsor McCay…). Il commence également à écrire sur le cinéma (plus particulièrement le film d’animation) dans Positif à partir de 1986, et ne tarde pas à conjuguer ses deux centres d’intérêt en publiant en 1990 un ouvrage de référence sur Cinéma et bande dessinée.

Il est également, au cours des années 1989-90, conseiller scientifique pour le Centre national de la bande dessinée et de l'image qui se construit à Angoulême. Il commence en 1990 également à enseigner l’histoire du cinéma à Paris X - Nanterre, cours qu’il poursuit jusqu’en 1994, avant d'enseigner la technique et l'esthétique de la bande dessinée à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 1994 à 1999, à des étudiants en licence d'études cinématographiques, aux côtés de Bernard Trout et dans la continuité de l'enseignement de Francis Lacassin.

De la Bibliothèque nationale de France au Forum des images[modifier | modifier le code]

Il devient en 1991 chef de projet au Département de l'audiovisuel de la Bibliothèque de France en construction, chargé de la constitution des collections imprimées, de la valorisation des collections audiovisuelles et de la conduite de chantiers transversaux (système d’information, organisation et conditions de travail, aménagement des espaces publics, signalétique, pôles associés…). Après la fusion de l’établissement public constructeur avec la Bibliothèque nationale, et alors que la « trajectoire » du grand projet présidentiel atteint sa « cible »[5], il quitte la Bibliothèque nationale de France et rejoint fin 1994 la Direction des relations extérieures de la Vidéothèque de Paris, qui ne tardera pas à devenir Forum des images. Chargé de développer les publics, il en réorganise la politique commerciale, entreprend des opérations de communication et des partenariats, tout en contribuant activement à la mise en place des Rencontres internationales.

Du côté de MK2[modifier | modifier le code]

Véronique Cayla, ancienne directrice de la Vidéothèque de Paris devenue directrice générale du groupe MK2, l’invite en octobre 1995 à rejoindre Marin Karmitz pour imaginer et mettre en place une politique d’action culturelle dans les salles 14 juillet, menacées par l’implantation du premier multiplexe parisien, l’UGC Ciné Cité Les Halles.

Gilles Ciment met en place de nombreux événements, introduit le court métrage en première partie de programme et dans des cartes blanches, lance une carte d’abonnement et un club. Il est bientôt nommé Directeur de la communication du groupe, auquel il donne alors une nouvelle identité graphique avec l’aide de Claude Maggiori. Il change également le nom des salles de cinéma, les salles 14 juillet devenant cinémas MK2 (on lui doit une campagne dont il confie les visuels au dessinateur Lewis Trondheim[6], ce qui leur vaut un Alph’Art de la communication au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême). Il orchestre la célébration du 50e film de Claude Chabrol pour lancer Rien ne va plus, organise un colloque sur Krzysztof Kieslowski et coordonne l'édition du premier livre de photographies d’Abbas Kiarostami.

Il devient directeur général adjoint du groupe en 1998[7],[8],[9], chargé de la direction artistique, de la communication, du marketing et des ressources humaines. Il participe à la conception des complexes MK2 Quai de Seine et MK2 Bibliothèque.

Chez Paradis Films[modifier | modifier le code]

Il quitte le groupe MK2 pour rejoindre fin 1999 un nouveau groupe naissant, Paradis Films / Océan Films Distribution, afin d’y développer et produire des films asiatiques (In the Mood for Love, César du meilleur film étranger, et 2046 de Wong Kar-wai, Millennium Mambo et Three Times de Hou Hsiao-hsien, tous quatre en Compétition officielle au Festival de Cannes). Il lance le disque de la musique du film In the Mood for Love dont le succès lui vaut un double disque d’or. Il crée également le département d’édition DVD, dont il a la charge (45 titres édités, lancement des premiers "DVD concept" et réalisation du premier HD DVD français[10]), ainsi que l’ensemble de l’activité Internet.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Parallèlement, il poursuit sa réflexion sur le cinéma (en particulier l’animation) et la bande dessinée, qui le conduit à collaborer à de nombreuses publications critiques ou historiques – notamment Positif où il dirige de nombreux dossiers ; Les Cahiers de la bande dessinée, CinémAction, Neuvième Art dont il est membre du Comité de rédaction pendant onze ans avant d’en devenir directeur de la publication, etc. Il donne de nombreuses conférences et cours dans des institutions aussi diverses que l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, HEC, la Fémis, l’Université d’Århus, l’INHA, le CNFPT, les Hôpitaux de Paris, l’Institut supérieur de management culturel, l’Institut multimédia, le CNCBP… ainsi que des communications dans de nombreux colloques, de Cerisy à Montréal, de Bruxelles à Angoulême.

Il dirige plusieurs livres, collabore à une cinquantaine d’ouvrages et assure le commissariat de plusieurs expositions. Expert auprès des Commissions d'avances sur recettes et d'aide au développement du CNC de 2007 à 2008, il siège de 2005 à 2008 à la commission Beaumarchais (SACD) pour les séries et spéciaux TV d’animation. Il participe également à de nombreux jurys de festivals (dont le Festival d'Angoulême 2008, le FICAM de Meknès 2013, l'ITFS de Stuttgart en 2015), est membre du Comité de sélection du Festival de Cannes de 1996 à 2001, chargé par Gilles Jacob de la sélection des courts métrages, et au CNC membre de la commission du Prix Qualité pour le court métrage (1996-1997)[11], de la Commission d’avance sur recette (3e collège, 2006-2007) et du Comité d'experts de l'aide aux projets pour les nouveaux médias, le cinéma et la télévision (2007).

De 2004 à 2007, il est Président de la Maison des Auteurs, qui accueille en résidence à Angoulême dessinateurs, illustrateurs, réalisateurs d’animation et artistes multimédia, qu'il dote de moyens de communicationet qu'il ouvre à l'international. Il est membre fondateur de l’Oubapo (Ouvroir de Bande dessinée Potentielle) en 1993 et du Festival du film francophone d'Angoulême en 2008. Pour un scénario de long métrage, il a été lauréat de la Fondation Beaumarchais en 2000, puis finaliste du Grand Prix du Meilleur Scénariste en 2004[12].

Suivant Wong Kar Wai qui quitte Paradis Films, il prend son indépendance en 2006 et crée la société Vous allez voir pour assurer des prestations de post-production et production exécutive cinéma et de réalisation de bonus DVD (notamment pour Studiocanal sur le film de Wong Kar Wai My Blueberry Nights), et développer des projets personnels, à commencer par la production de I travelled 9000 km to give it to you, le court métrage de Wong Kar Wai en hommage au cinéma, partie de Chacun son cinéma, film collectif pour le 60e anniversaire du Festival de Cannes.

La Cité internationale de la bande dessinée et de l'image[modifier | modifier le code]

En décembre 2007, il est nommé Directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, établissement public qui réunit à Angoulême le musée de la bande dessinée (musée de France), la bibliothèque de la bande dessinée (pôle associé de la Bibliothèque nationale de France), la Maison des Auteurs (résidence internationale d'artistes), un cinéma de deux salles d'art et essai et de recherche, une librairie de référence, un centre de soutien technique multimédia et un restaurant[13]. Il est reconduit une première fois en décembre 2010[14], puis de nouveau en juillet 2013[15], pour un troisième mandat.

Il commence par achever la rénovation et l'extension des salles de cinéma, conduire l'aménagement et l'ouverture du nouveau Musée de la bande dessinée dans un troisième bâtiment, créer La Table à dessin, brasserie panoramique, et le Chronoscaphe, espace de réception, met en place une identité visuelle imaginée par Étienne Robial, crée un portail Internet d'informations et de ressources avant de lancer la "Cité numérique", lance une politique de coproductions de grandes expositions (dont il assure souvent le commissariat général) et de coédition de catalogues et beaux livres (Prix de la Nuit du Livre 2010[16]) et initie un certain nombre de grands projets culturels en partenariat avec de grandes institutions françaises et étrangères et de nombreux festivals.

Média Participations[modifier | modifier le code]

En 2015, avec Marie-France Zumofen, Alain Lorfèvre et Jean-François Schneider, il mène pour le groupe Média Participations une réflexion sur le concept "Belgian Heroes"[17]. Pour cela, ils imaginent un cursus et une stratégie pédagogique, de nouvelles méthodes d’enseignement, un lieu, une dynamique de groupe, pour former à une nouvelle manière d’écrire et de créer à 360° au sein de "R/O Institute"[18], l'émulateur de héros et univers transmédia qui ouvre en 2017 à Charleroi.

L'ECPAD[modifier | modifier le code]

En 2016, il est nommé directeur adjoint de l'Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)[19], établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Défense, bénéficiant du savoir-faire de ses 265 professionnels, militaires et civils. Centre d’archives photographiques et audiovisuelles, centre de production audiovisuelle, centre de formation aux métiers de l'image, l'ECPAD est l'agence d'images de la Défense depuis 1915. En charge de la politique culturelle et audiovisuelle, il pilote le chantier de mise en oeuvre d'une plateforme numérique, ImagesDéfense, et la définition d'une nouvelle stratégie culturelle, pédagogique et scientifique et d'une nouvelle politique de rayonnement.

Divers[modifier | modifier le code]

À Angoulême, il est administrateur de 2008 à 2013 du Festival international de la bande dessinée, et de 2008 à 2016 de l'association 16000 Images, élu vice-président en 2012 puis membre d'honneur en 2015. À Poitiers, il est administrateur de 2008 à 2014 de l'Espace Mendès-France, centre de culture scientifique et technique régional.

En mai 2011, il est l’un des dix-huit signataires[20] du manifeste[21] pour l’économie mauve, « nouvelle alliance entre culture et économie », publié dans Le Monde.fr. Il est depuis 2013 membre du conseil d’administration de Diversum, association œuvrant au développement de l’économie mauve à l’échelle mondiale.

Il est depuis 2010 membre du comité scientifique de Comicalités (Université Paris-XIII). En 2011 il est membre du comité scientifique de l'étude sur la lecture de bandes dessinées menées par la Bibliothèque publique d'information du Centre Georges-Pompidou.

En 2016, il entre au jury du Prix Artémisia de la bande dessinée féminine, et en 2017 au comité stratégique du Concours national de la résistance et de la déportation et au jury du Prix Pierre Schoendoerffer.

Il est marié et père de deux garçons, Nemo et Ulysse.

Décoration[modifier | modifier le code]

Ruban du Chevalier Chevalier des Arts et Lettres au titre de la promotion du 14 juillet 2006[22].

Polémique[modifier | modifier le code]

À l'occasion du Festival d'Angoulême 2009, en accord avec les organisateurs, il a interdit l'accès des mineurs non accompagnés à l'exposition des dessinateurs sud-africains du collectif Bitterkomix, qui présentait des images à caractère pornographique[23].

Travaux[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Direction d’ouvrages

  • Cinq ans de résidences, 2007-2012 (avec Pili Muñoz, Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 20013).
  • Le Musée privé d'Art Spiegelman (Cité internationale de la bande dessinée et de l'image / Néolibris, 2012)
  • 100 cases de Maîtres (avec Thierry Groensteen, La Martinière, 2010).
  • Cent pour cent bande dessinée (Cité internationale de la bande dessinée et de l'image / Paris bibliothèques, 2010).
  • La bande dessinée, son histoire et ses maîtres (SkiraFlammarion / Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2009).
  • L'État de la bande dessinée : Vive la crise ? (Les Impressions nouvelles / Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2009).
  • Cinq ans de résidences, 2002-2007 (avec Pili Muñoz, La Maison des Auteurs, 2007).
  • Kiarostami : photographies (Hazan, 1999).
  • L'Histoire… par la bande (avec Odette Mitterrand, Syros, 1993).
  • Cinéma et bande dessinée (CinémAction hors série, Corlet-Télérama, 1990).
  • La Bande dessinée en France (Maison Descartes, Amsterdam, 1989).
  • Les 400 Couples de François Truffaut (Mairie de Paris, 1988).
  • Directeur de la collection « Dossiers Positif » (Rivages, 1987-1988).

Direction de la publication

  • Neuvième Art (Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2008-2014).

Coordination de dossiers

  • L'Année de la bande dessinée (Glénat, 1986-1988).
  • Positif (1986-).

Direction de rédaction

  • CinéLibre (avec Laurent Rodon, mensuel, MK2-Action, 1996-1999).
  • Les Cahiers du 7e Art (trimestriel, Agence culturelle de Paris, 1986-1990).

Articles et dossiers : contributions régulières

  • Neuvième Art (membre du comité de rédaction, 1996-2007)
  • CinéLibre (1995-1998)
  • Images en bibliothèques (1990-1993)
  • Les Cahiers du 7e Art (1986-1990)
  • Positif (depuis 1986)
  • Les Cahiers de la bande dessinée (1984-1987)

Contributions occasionnelles

  • Arts Magazine
  • L’Avant-Scène Cinéma
  • BBF (Bulletin des bibliothèques de France)
  • Beaux-Arts Magazine
  • Cases d'Histoire
  • CinémAction
  • Dada
  • Eclairages
  • Écouter voir
  • L'Image vidéo
  • Le Monde
  • Revolver
  • La Revue des livres pour enfants
  • Support tracé
  • Vécu.

Collaborations à des ouvrages

  • OuBaPo : Oupus 6 (L'Association, 2015).
  • Archives et acteurs des cinémas d'animation en France (L'Harmattan, 2014).
  • Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée (Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2013-).
  • Nocturnes : le rêve dans la bande dessinée (Citadelles & Mazenod / Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2013).
  • Astérix de A à Z (Bibliothèque nationale de France / Hazan, 2013).
  • La Bande dessinée : une médiaculture (Armand Colin / INA, 2012).
  • Impertinence 2011 (La Documentation française, 2011).
  • La Bande dessinée, un 9e art (Arola-Dada, 2011).
  • 100 cases de Maîtres (La Martinière, 2010).
  • Cent pour cent bande dessinée (Cité internationale de la bande dessinée et de l'image / Paris bibliothèques, 2010).
  • La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres (Skira-Flammarion / Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2009).
  • L'Etat de la bande dessinée : Vive la crise ? (Les Impressions nouvelles / Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2009).
  • Tim Burton (Positif - Scope, 2008).
  • Wong Kar-wai (Positif - Scope, 2008).
  • La Bande dessinée, bien ou mal culturel ? (CNBDI, 2007).
  • Cinq ans de résidences (La Maison des Auteurs, 2007).
  • Les Leçons de cinéma (Éditions du Panama, Paris, 2007).
  • Tous coupables ! (Aux éditions du faciès / Les Cochons enragés, 2007).
  • Kino muss gefährlich sein (Verlag der Autoren, Frankfurt am Main, 2006).
  • Emmanuel Guibert : monographie prématurée (Éditions de l’An 2, 2006).
  • M le Menu (L'Association, 2005).
  • Little Nemo : un siècle de rêves (Les Impressions nouvelles, 2005).
  • Les Musées imaginaires de la bande dessinée (Éditions de l’An 2 / CNBDI, 2004).
  • OuBaPo : Oupus 2 (L’Association, 2003).
  • Wong Kar-wai, de Peter Brunette (University of Illinois Press, 2002).
  • L’Amour du cinéma (Folio - Gallimard, 2002).
  • Maîtres de la bande dessinée européenne (BNF / Le Seuil, 2000).
  • Trait de génie : Giraud-Moebius (CNBDI, 2000).
  • La Transécriture : pour une théorie de l’adaptation (Nota Bene / CNBDI, 1998).
  • OuBaPo : Oupus 1 (L’Association, 1998).
  • La Critique de cinéma en France (Ramsay, 1997).
  • Krzysztof Kieslowski (Jean-Michel Place, 1997).
  • Chefs-d’œuvre du 9e Art (La Bande des Six Nez, 1996).
  • Une autre façon d’aller au cinéma (MK2, 1996).
  • Ces dessins qui bougent : cent ans de cinéma d’animation, de René Laloux (Dreamland, 1996).
  • Le Programme audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France (BNF, 1995).
  • Documentaire & musique (Le Documentaire, 1994).
  • The French Experience (BBC, 1994).
  • Vécu, l'album du 10e anniversaire (Glénat, 1994).
  • L’Histoire… par la bande (Syros, 1993).
  • Toute la BD 92 (Dargaud, 1993).
  • Répertoire professionnel de la bande dessinée francophone (CNBDI / Cercle de la librairie, 1989-1992).
  • L'Aventure de l'art au XIXe siècle (Le Chêne / Hachette, 1991).
  • Little Nemo au pays de Winsor McCay (Milan, 1990).
  • Cinéma et bande dessinée (Corlet / Télérama, 1990).
  • La Bande dessinée en France (Maison Descartes, Amsterdam, 1989).
  • L'Année de la bande dessinée (Glénat, 1987, 1988 et 1989).
  • Animaux en cases (Futuropolis, 1987).
  • Le Chagrin et la Pitié, de Marcel Ophuls (Alain Moreau, 1980).

Bibliographies

  • L'Enseignement du cinéma (Le Cerf, 1987).
  • Dictionnaire du cinéma (Larousse, 1986).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Production

  • Chacun son cinéma ou Ce petit coup au cœur quand la lumière s'éteint et que le film commence (film collectif célébrant les 60 ans du festival de Cannes) - segment "I Travelled 9000 km To Give It To You" (Wong Kar Wai, 2007) 

Production exécutive

  • Three Times (Hou Hsiao-hsien, 2005) 
  • 2046 (Wong Kar Wai, 2004) 
  • Millennium Mambo (Hou Hsiao-hsien, 2001) 
  • In the Mood for Love (Wong Kar Wai, 2000)

DVD[modifier | modifier le code]

Conception, édition et production

Principaux titres Tous parus chez Océan Films Vidéo

  • 2046
  • Good Bye Lenin !
  • In the Mood for Love
  • Millennium Mambo
  • Nos Meilleures Années
  • Samsara

Autres titres Tous parus chez Océan Films Vidéo

  • Aux abois
  • Blind Shaft
  • Bulletin secret
  • Buongiorno, notte
  • Les Conséquences de l’amour
  • Le Costume
  • Les Démons à ma porte
  • Le Domaine
  • Don’t Come Knocking
  • L’Été de Kikujiro
  • Fast Food Fast Women
  • La Fiancée syrienne
  • Le Fils d’Elias
  • Fish and Chips
  • Gente di Roma
  • Hijack Stories
  • Historias minimas
  • Land of Plenty
  • Last Life in the Universe
  • Luna Papa
  • Le Mariage des Moussons
  • Mes voisins les Yamada
  • Mifune
  • The Mission
  • Moi, Peter Sellers
  • Mon ami Machuca
  • Monrak Transistor
  • La Petite Jérusalem
  • Le Pharmacien de garde
  • Port Djema
  • Printemps dans une petite ville
  • Le Retour
  • Le Soleil
  • Le Sourire de ma mère
  • Three Times
  • Un cœur ailleurs
  • Un jour de plus
  • Voyage en famille
  • The Warrior

Contribution aux bonus

  • Coffret La Révolution Wong Kar Wai (ARP).
  • Tatsumi - livret (CTV International)
  • Les Cendres du temps Redux (ARP).
  • My Blueberry Nights (StudioCanal).
  • Jin-Roh ultimate (CTV).
  • Chacun son cinéma collector (Studio Canal).
  • As Tears Go By collector (CTV).
  • Perfect Blue (HK Video / Metropolitan).
  • Coffret Louise Brooks (Carlotta).

Expositions[modifier | modifier le code]

Commissariat général

  • 1975-1997 : la bande dessinée fait sa révolution (commissariat : Jean-Baptiste Barbier - Landerneau/Angoulême, 2014).
  • Nocturnes : le rêve dans la bande dessinée (commissariat : Thierry Groensteen - Angoulême/Marseille, 2013-2015).
  • Spirou : un héros dynamique (commissariat : Jean-Pierre Mercier - Angoulême, 2013).
  • Le musée privé d’Art Spiegelman (commissariat : Thierry Groensteen et Art Spiegelman - Angoulême, 2012).
  • Mangapolis (commissariat : Xavier Guilbert et Jean-Philippe Martin - Angoulême, 2012).
  • Une autre histoire : bande dessinée, l’œuvre peint (commissariat : Jean-Marc Thévenet et Marie-José Lorenzini - Angoulême, 2012).
  • Parodies : la bande dessinée au second degré (commissariat : Thierry Groensteen - Angoulême/Istanbul/Mexico/Pavie, 2011-2013).
  • L’Île aux pirates (commissariat : Jean-Pierre Mercier - Angoulême/Narbonne/Vitry-le-François, 2011-2012).
  • Cent pour cent (Angoulême/Bilbao/Istanbul/Paris/Cuenca/Franconville/Changchun/Jiangxi/Wuchang/Guadalajara, 2010-2013).
  • Loup y es-tu ? (Angoulême/Vichy/Taverny/Bernicourt/Poitiers, 2008-2010).

Conception et réalisation

  • En résidence (avec Pili Muñoz, Maison des Auteurs, Angoulême, 2007).
  • ArchéoGraphie (avec Pili Muñoz, Maison des Auteurs, Angoulême, 2007).
  • Krzysztof Kieslowski (MK2 Quai de Seine, Paris, 1997).
  • Les Métamorphoses du corps dans la bande dessinée (Maison populaire, Montreuil, 1990).
  • Eisenstein dessinateur (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1990).
  • My Name is Orson Welles (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1989).
  • Les 400 couples de François Truffaut (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1988).
  • Clic-Clap : cinq photographes et le cinéma (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1987).
  • Le Réalisme poétique des années 30 (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1986).
  • Le Cinéma français des années 40 (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1986).
  • L'Affiche de cinéma (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1985).
  • Le Festival de Cannes (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1984).
  • À corps et actrices (La Bibliothèque du cinéma, Paris, 1984).

Conseil et documentation

  • La Manufacture des images (La Maison des Auteurs, Angoulême, 2006).
  • OuBaPo (CNBDI, Angoulême, 2005).
  • Storyboard, le cinéma dessiné (Palais de Tokyo, Paris / CNBDI, Angoulême, 1992).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « « Ciment, Gilles », notice d'autorité personne n° FRBNF12931333 », catalogue Bn-Opale Plus, Bibliothèque nationale de France,
  2. « Que du positif sur la toile », Sud Ouest, .
  3. Auprès, à l'époque, de Georges Charensol et Jean-Louis Bory : « Histoire du Masque et la Plume », France Inter (consulté le 1er septembre 2010)
  4. « Je me souviens des Cahiers de la bande dessinée », Le site de Thierry Groensteen, (consulté le 29 mars 2016).
  5. « Le dernier des grands chantiers du président, entrouvert », Les Echos, (consulté le 16 juin 2015)
  6. « MK2, comme un seul homme », Stratégies,
  7. « Démission de la numéro deux de MK2 », Libération, (consulté le 10 avril 2010)
  8. « MK2 se réorganise », AlloCiné, (consulté le 4 septembre 2010)
  9. « Philippe Aigle Gilles Ciment », Les Echos, (consulté le 24 juillet 2013)
  10. « Cannes 2006, remise du premier HD DVD à WKW », QOL, société de pressage,
  11. « Nomination du président et des membres de la commission des prix de qualité », Bulletin Officiel du ministère de la Culture et de la Communication,
  12. Brochure« Grand Prix du Meilleur Scénariste » (sur le site officiel de la SOPADIN)
  13. « L'État crée une Cité internationale de la bande dessinée », Le Figaro,
  14. « Gilles Ciment reconduit à la tête de la Cité de la BD » (8 janvier 2011, sur le site de Sud Ouest).
  15. « Gilles Ciment reconduit à la tête de la Cité de la BD » (26 juillet 2013, sur le site ActuaLitté).
  16. « Prix de la Nuit du Livre 2010 » (2010, sur le site de La Nuit du Livre).
  17. « Bientôt un incubateur autour de la BD à Charleroi ? » (28 novembre 2014, sur le site du Soir).
  18. « Bande dessinée: création à Marcinelle de "R/O", pôle visuel de demain » (22 décembre 2015, sur le site de la RTBF).
  19. « Gilles Ciment, nouveau directeur-adjoint de l’ECPAD » (18 mai 2016, sur le site de l'ECPAD).
  20. Jean-Jacques Aillagon, Bruno Bourg-Broc, Bernard Cerquiglini, Gilles Ciment, Joëlle Garriaud-Maylam, José Luís Dicenta Ballester, Renaud Donnedieu de Vabres, Mercedes Erra, Pierre-Antoine Gailly, Jérôme Gouadain, Claudie Haigneré, Jean-Hervé Lorenzi, Jean Musitelli, Alain-Dominique Perrin, Odile Quintin, Bernard Ramanantsoa, Jean-François Rial, Pierre Simon
  21. Appel « L'économie mauve, une nouvelle alliance entre culture et économie » (19 mai 2011, sur le site Le Monde.fr).
  22. Nominations dans l'Ordre des Arts et Lettres de juillet 2006, Ministère de la Culture et de la Communication
  23. « La BD provocatrice n'est pas morte » (28 janvier 2009, sur le site Le Monde.fr).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :