Claude Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claude Durand (homonymie) et Durand (homonymie).
Claude Durand
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude Durand, lors du Livre sur la Place à Nancy en 2011.
Alias
L'empereur Claude
Le pape de l'édition[1]
Naissance
Livry-Gargan, France
Décès (à 76 ans)
Paris 13e
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

Claude Durand, né le à Livry-Gargan et mort le [2] à Paris[3], est un éditeur, traducteur d'anglais et espagnol en français[4] et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Félix Durand et de Suzanne Thuret. Époux de la traductrice Carmen Perea (1937-2016)[5], il a deux fils, Jean-Marc et Frédéric[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Claude Durand entre dans la vie active à 14 ans et devient instituteur à 19 ans, après un passage par l'École normale d'instituteurs de Versailles[6] ; il exerce un temps cette profession, faisant écrire à chaque élève un roman pendant l'année scolaire. Il milite dans sa jeunesse pour Pierre Mendès-France et à la Ligue des droits de l'homme[7]. Après avoir envoyé un manuscrit, il entre en 1958 comme lecteur aux éditions du Seuil. En 1965, il devient éditeur à la direction de la collection « Écrire »[8]. Il crée ensuite la collection « Combats »[9] publiant des auteurs de gauche d'Amérique latine et des pays de l'Est. En 1967, il découvre Gabriel García Márquez avec Cent ans de solitude, dont il réalise une traduction en compagnie de sa femme Carmen, et en 1973 sort L'Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne. En 1978, il accède au poste de directeur général des éditions Grasset qu'il quitte bientôt pour les éditions Fayard[10] en 1980. Il prend sa retraite d'éditeur en 2009[11].

Claude Durand n'a écrit qu'un seul livre durant sa carrière d'éditeur, La Nuit zoologique, qui a cependant obtenu le Prix Médicis en 1979. En 2010, il publie une fiction, J'aurais voulu être éditeur, sous un pseudonyme qu'il dénonce paradoxalement dès la quatrième de couverture et poursuit une carrière d'écrivain. Par ailleurs, il tient depuis 2010 un bloc-note mensuel dans le magazine international de langue française La Revue.

Claude Durand a traduit en français des œuvres de Gabriel García Márquez, Isabel Allende, Jorge Semprún, Alan Sillitoe, ainsi que d'autres auteurs hispanophones ou anglophones.

Comme autres livres polémiques, il publia Une jeunesse française et La Face cachée du Monde de Pierre Péan ou La Bible des peuples, attaqué par des éditeurs religieux. Il a également publié Serge Klarsfeld, et Renaud Camus au nom de la liberté d'expression. Certains livres font régulièrement l'objet de campagnes de dénigrement médiatiques ; à cela, il répond : « un des fléaux de la vie intellectuelle de ce pays, c'est que lorsqu'on est à court d'arguments contre quelque'un et qu'on veut néanmoins l'exécuter, on a tout de suite recours à la bombe atomique : on l'accuse d'être antisémite, raciste, pédophile, quand ce n'est pas les trois à la fois »[7].

Il a accompagné des centaines d'auteurs au cours de sa carrière, dont Hélène Carrère d'Encausse, Élisabeth Badinter, Jean Delumeau, Régis Debray, Max Gallo, Régine Desforges, Frédéric Vitoux, Jacques Attali, Jean Vautrin, Patrick Besson ou encore Michel Houellebecq et fait publier en France des ouvrages de personnalités politiques comme François Mitterrand, Alain Peyrefitte, Lech Wałęsa, Hillary Clinton, Shimon Pérès et Nelson Mandela. Il quitte son poste de PDG de Fayard en 2009[7].

En octobre 2013, il fait partie des dix-neuf signataires de « Touche pas à ma pute ! Le manifeste des 343 salauds » pour protester contre les sanctions qui pourraient toucher les clients des prostituées[12]. Il est dans le même temps candidat infortuné à l'Académie française[13]. Il est promu commandeur de la Légion d'honneur le 14 juillet 2014[14].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1963 : L'Autre Vie, éditions du Seuil
  • 1979 : La Nuit zoologique, éditions Grasset - prix Médicis.
  • 2010 : J'aurais voulu être éditeur, sous le pseudonyme de François Thuret, postface de Claude Durand, éditions Albin Michel
  • 2011 : Agent de Soljenitsyne, éditions Fayard - prix des Editeurs.
  • 2011 : J'étais un numéro un, éditions Albin Michel
  • 2013 : Le Pavillon des écrivains, éditions de Fallois
  • 2015 : Usage de Faux, éditions de Fallois
  • 2015 : M'man, éditions Fayard

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]