Hou Hsiao-hsien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Hou, précède le nom personnel.
Hou Hsiao-hsien
Nom de naissance Hou Hsiao-hsien (侯孝賢)
Surnom HHH
Naissance (68 ans)
Drapeau de la République de Chine Taïwan
Nationalité Taïwanaise
Profession Scénariste, Producteur, Acteur
Films notables La Cité des douleurs,
Le Maître de marionnettes,
Three Times

Hou Hsiao-hsien (chinois : 侯孝賢 — pinyin : Hóu Xiàoxián — Wade-Giles : Hou2 Hsiao4-hsien2) est un réalisateur taïwanais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant, Hsiao-hsien aime regarder des films et dévore des romans chinois. La maison de ses parents est située à côté d'un temple taoïste où avaient lieu des spectacles de marionnettes et où étaient données des représentations d'opéras chinois.

Adolescent voyou, il fait les 400 coups avec sa bande de copains.

Hsiao-hsien effectue son service militaire à 20 ans, et regarde jusqu'à quatre films par jour pendant ses permissions.

Son père, sa mère et sa grand-mère meurent successivement. Il part pour Taipei où il travaille dans une usine. Il s'inscrit à l'Académie nationale des arts, section Théâtre et Cinéma, et en sort diplômé. Il débute comme assistant-scénariste et assistant-réalisateur.

Chef de file, moderne et chinois[modifier | modifier le code]

Il réalise son premier film, une comédie Cute Girl en 1980. Ce film ainsi que les deux suivants (Cheerful Wind et Green, Green Grass of Home) sont des films mineurs dans l'œuvre de Hou.

Comme Hou en convient lui-même, Les Garçons de Fengkuei est le premier film important de sa carrière. Ce film ouvre la partie autobiographique de son œuvre qui est poursuivie avec les films Un été chez grand-père, Un temps pour vivre, un temps pour mourir et Poussières dans le vent. En 1984 et en 1985, il remporte la Montgolfière d'or au Festival des 3 Continents à Nantes pour Les Garçons de Fengkuei, puis pour Un été chez grand-père.

Hou crée la plupart du temps des drames minimalistes où il s'intéresse à l'histoire troublée de Taïwan (et parfois de la Chine) du siècle dernier en étudiant son impact sur des petits groupes de personnages. La Cité des douleurs (A City of Sadness) montre par exemple une famille prise dans le conflit entre les Taïwanais de souche et le gouvernement nationaliste chinois récemment arrivé après la Seconde Guerre mondiale. Ce film a innové en brisant un sujet longtemps tabou et a remporté un succès important malgré son caractère apparemment non-commercial.

Hou raconte ses histoires de manière oblique, réduit l'intrigue au strict minimum et privilégie la suspension du temps. Son style se compose de de très longs plan-séquences avec peu de mouvements de caméra mais une chorégraphie complexe des acteurs dans l'espace.

Il improvise beaucoup pour arriver à la forme finale de ses scènes avec le jeu dépouillé et naturel de ses acteurs. Il n'effectue généralement qu'une seule prise des séquences qu'il tourne, ne procède pas à des répétitions avec les acteurs. Il déclare : « Je fonctionne à l’instant. Si je sens que ça ne prend pas, on arrête assez vite. Si je sens que ça prend, là... Après, des contraintes influent. »[1]. L'image de ses films a gagné une beauté sensuelle au cours des années 1990, sous l'influence du directeur de la photographie Mark Lee Ping-Bin. Concernant la picturalité de ses plans, il explique : « Je suis très sensible [à la peinture], mais je ne me réfère à aucun peintre en particulier. Je partage avec eux l’intérêt pour la construction de l’espace et de la couleur. Avec ma décoratrice et mon assistant à la réalisation, on porte beaucoup de soin à la mise en place, aux lumières. Ensuite, mon chef opérateur arrive, on procède à des ajustements et on voit si ça fonctionne. »[1].

Hou collabore avec la renommée écrivaine Chu Tien-wen, à l'écriture de ses scénarios depuis L'Histoire du petit Bi (1983), film de Chen Kun-hou dont Hou a écrit le scénario et grandement participé à la mise en scène. Il a également travaillé avec le marionnettiste Li Tien-lu comme acteur, notamment dans Le Maître de marionnettes inspiré de la vie de Li.

En 2001, Hou Hsiao-Hsien révèle l'actrice Shu Qi dans Millennium Mambo, en compétition au Festival de Cannes 2001.

Hou réalise en 2003 un hommage à Yasujiro Ozu, le film Café Lumière qui ouvre le festival commémorant le centenaire de la naissance du maître. Ce film traite de thèmes récurrents chez Ozu : les tensions entre parents et enfants, entre tradition et modernité.

En 2005, Three Times qui a reçu de brillantes critiques, concourait en compétition au 58e Festival de Cannes. Cette chronique est composée de trois histoires d'amour situées en 1911, 1966 et 2005, toutes interprétées par Shu Qi et Chang Chen. Hou retrouve Shu et la compétition cannoise en 2015 avec The Assassin, fresque se déroulant sous la dynastie Tang au IXe siècle qui revisite de manière inédite le wu xia pian. Cette œuvre, à la narration complexe, reçoit également des critiques très élogieuses[2],[3],[4],[5].

Un cinéaste reconnu[modifier | modifier le code]

Les films de Hou ont été souvent récompensés lors des compétitions cinématographiques les plus prestigieuses. Il a ainsi reçu le Lion d'or de la Mostra de Venise pour La Cité des douleurs, le Prix FIPRESCI au Festival de Berlin pour Un temps pour vivre, un temps pour mourir, et des récompenses aux festivals d'Hawaii et de Nantes.

Sept de ses films ont été sélectionnés en compétition au Festival de Cannes où il a reçu le Prix du jury en 1993 pour Le Maître de marionnettes et le Prix de la mise en scène en 2015 pour The Assassin. La Palme d'or lui a néanmoins toujours échappé à ce jour.

Il a été en outre désigné comme réalisateur de la décennie 1990 par un groupe de critiques américains et internationaux rassemblés par les magazines américains The Village Voice et Film Comment.

Malgré cette reconnaissance critique à l'international, son œuvre reste peu montrée en Occident en dehors des grands festivals et peu distribuée, à l'exception des réseaux de salles spécialisées et « art et essai ».

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Films de distractions, légers :

Transition au cinéma d'auteur moderne:

  • 1983 : L'Homme-sandwich (兒子的大玩偶, The Sandwich Man) film collectif dont Hou signe l'épisode La Grande Poupée du Fils

Films autobiographiques :

Film de transition :

Trilogie embrassant l'histoire de Taïwan :

Films en quête d'un nouveau rapport avec le présent :

Par ailleurs, Hou a été le sujet d'un documentaire : HHH un portrait de Hou Hsiao-Hsien, réalisé en 1997 par Olivier Assayas dans la série Cinéastes de notre temps.

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sabrina Champenois, « Hou Hsiao-hsien : "Je fonctionne à l'instant" », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. Jacques Maurice, « The Assassin de Hou Hsiao-Hsien, un retour en beauté… à contempler », Télérama,‎ (lire en ligne)
  3. Jacques Mandelbaum, « The Assassin : la grâce ciselée de Hou Hsiao-hsien », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Didier Péron, « The Assassin, sabres émouvants », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Jean-Michel Frodon, « The Assassin : une écriture cinématographique à couper le souffle », Slate,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]