Centre d'études des littératures d'expression graphique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la bande dessinée
Cet article est une ébauche concernant la bande dessinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Club des bandes dessinées est une association consacrée à l'étude de la bande dessinée qui a existé de mars 1962 à mi-1967. En novembre 1964, elle fut renommée Centre d'études des littératures d'expression graphique (Celeg).

Présidée par Francis Lacassin, avec le réalisateur Alain Resnais et la sociologue Évelyne Sullerot pour vice-présidents, le Club des bande dessinées, première organisation européenne du genre, avait pour objectif d'affirmer l'importance et la légitimité de la bande dessinée, notamment en définissant un canon et en l'étudiant sérieusement[1]. Durant son existence, ses travaux sont diffusés dans Giff-Wiff, première revue francophone d'étude de la bande dessinée, distribuée par Jean-Jacques Pauvert à partir de 1966. Son action se marque également par l'organisation du premier festival international de bande dessinée en Italie à partir de 1965 et de diverses expositions.

Concurrencé à partir de fin 1964 par la Socerlid, association formée par des membres dissidents lui reprochant une vision trop nostalgique de la bande dessinée, et handicapé par des problèmes d'argent, le Celeg cesse ses activités en 1967.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le club est né d'un débat (articles, courrier de lecteurs, annonces) qui s'est tenu en 1961-1962 dans les numéros 92 à 98 de la revue Fiction à la suite d'un article du Suisse Pierre Strinati et qui, partant d'une certaine nostalgie de la bande dessinée de science-fiction d'avant-guerre, a abouti à un questionnaire portant sur l'intérêt de créer un club d'amateurs notamment dédié à la réédition d'œuvres disparues[1]. Dans ses mémoires, Francis Lacassin raconte que Chris Marker et Alain Resnais tentaient mutuellement de pousser l'autre à prendre la direction de l'association[2]. L'Association est officiellement formée le 29 mars 1962.

Renommé Centre d'études des littératures d'expression graphique (Celeg) le 5 novembre 1964 après le départ de certains membres également intéressés par la création contemporaine partis fonder un club concurrent, l'association accroît sa notoriété avec l'organisation en février 1965 à Bordighera du premier festival international de bande dessinée, déplacé à Lucques à partir de 1966. La même année, Jean-Jacques Pauvert reprend l'édition de Giff-Wiff à partir du numéro 20, lui assurant une diffusion plus massive.

Le Celeg disparaît en 1967 à la suite de la concurrence de la Socerlid, ainsi que d'ennuis financiers, de nombreuses rééditions souscrites par ses membres n'ayant jamais été livrées[3]. Selon une rumeur relayée par Francis Groux, l'argent aurait servi à financer un voyage américain d'Alain Resnais en vue de réaliser une adaptation du comic strip de Lee Falk Mandrake le Magicien[3].

Jacques Champreux, Pierre Couperie, Alain Dorémieux, Lee Falk, Jean-Claude Forest, Alejandro Jodorowsky Jacques Lob, Chris Marker, Edgar Morin, Alain Robbe-Grillet, Delphine Seyrig ou encore Pierre Zucca en ont fait partie.

Expositions organisées[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ameline (2009), §2.a)
  2. Lacassin 2006
  3. a et b Groux 2011, p. 20.