Alain-Dominique Perrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain-Dominique Perrin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Alain-Dominique PerrinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Distinctions
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Commandeur de l'ordre national du Mérite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alain-Dominique Perrin, né le à Nantes (Loire-Atlantique), est un homme d'affaires français et un collectionneur d'art.

Président de la société Cartier de 1975 à 1998 et fondateur, en 1984, de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, Alain-Dominique Perrin devient, en 1999, vice-président du groupe Richemont, holding suisse spécialisée dans l'industrie du luxe (dont Cartier, Van Cleef & Arpels et Piaget en font partie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain-Dominique Perrin est diplômé de l’École des cadres du commerce et des affaires économiques à Paris (1968).

En 1969, Alain-Dominique Perrin rentre comme attaché commercial dans la maison Cartier pour y développer les ventes des briquets Silver Match de la maison. Il travaille alors avec Robert Hocq qui devient son mentor. Alors que celui-ci prépare avec ses banquiers le rachat de Cartier, il demande à Alain-Dominique Perrin de lui proposer des nouvelles pistes de stratégie. Alain-Dominique Perrin élabore et lui soumet "le petit livre rouge" qui propose un développement basé sur les Must de Cartier, des séries limitées de produits Cartier must-haves et accessibles qui vont faire exploser la marque dans les années 1970[1],[2].

En 1975, il est nommé président de la société Cartier, poste qu'il occupe jusqu'en 1998.

En 1980, il rachète le château Lagrézette et son vignoble et les réhabilite. Ce château est classé monument historique depuis 1982 ; 100 ha de vignes y sont exploités.

Fondation Cartier

Au début des années 1980, avec l'arrivée du gouvernement de gauche, Alain-Dominique Perrin réfléchit à la meilleure manière d'inscrire sa marque dans cette nouvelle société civile. Il identifie le mécénat d'art comme le meilleur levier d'ancrage. Son ami, le sculpteur César, le pousse également dans cette direction[3]. En 1984, il fonde la Fondation Cartier pour l'art contemporain, une initiative de mécénat d'entreprise alors totalement novatrice[4].

En 1986, François Léotard, ministre de la Culture, le nomme chargé de mission pour le mécénat d'entreprises. La loi sur le mécénat d'entreprise qui s'ensuit est votée en juillet 1987[3].

En 1990, il crée l'Institut supérieur du marketing de luxe. En 1997, après le rachat de l’École des cadres du commerce et des affaires économiques par des anciens élèves en 1995 à son initiative, il la transforme en École des dirigeants et créateurs d'entreprise (EDC)[5].

En 1999, Alain-Dominique Perrin devient vice-président du groupe Richemont. Il prend sa « retraite » en décembre 2003 mais reste au poste d'administrateur de la SCI Financière Richemont et continue à conseiller le groupe[4].

En 2005, il crée l'Institut supérieur de marketing du goût[2]. En 2010, il ouvre un camping 4 étoiles avec tipis et écolodges à Noirmoutier. Plus qu'un camping, c'est une marque de campings, Original camping, que Alain-Dominique Noirmoutier souhaite lancer[6],[4].

Alain-Dominique Perrin est collectionneur d'art contemporain, d'œuvres du XVIIe et de voitures des années 1950 et 1960.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Père de cinq enfants, Alain Dominique Perrin est remarié depuis 2011 à Florence Delattre. Il a traversé 4 mariages[4].

Il était ami de Claude François. Lors de la mort de ce dernier, il est devenu son exécuteur testamentaire, il s'est occupé de régler les dettes jusqu'en 1988. Il a conservé la Mercedes 450 SEL du chanteur, qu'il a finalement vendue le 5 septembre 2015 pour la somme de 97 500 €. Son ex-épouse, Marie-Thérèse Dehaeze, a été l'attachée de presse du chanteur de 1974 à 1978[8].

Alain-Dominique Perrin a aussi été l'exécuteur testamentaire du sculpteur César[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valérie Lescable, Carnet : Alain Dominique Perrin, Lesechos, 3 juillet 2004 (consulté le 12 mars 2017)
  2. a et b Katya Pellegrino, Alain-Dominique Perrin, un homme pas comme les autres !, Luxe-magazine.com, février 2008 (consulté le 11 mars 2017)
  3. a et b Cristina d'Agostino, Alain Dominique Perrin, de Cartier à l'art contemporain, Bilan.ch, 24 septembre 2014 (consulté le 12 mars 2017)
  4. a, b, c et d Fabienne Reybaud, Alain Dominique Perrin, en mouvement perpétuel, Lefigaro.fr, 20 février 2014 (consulté le 12 mars 2017)
  5. Olivier Rollot, « Le luxe est un vrai métier ! » : Alain Dominique Perrin (Sup de Luxe), Lemonde.fr, 21 septembre 2016 (consulté le 11 mars 2017)
  6. Anne-Laure Le Gall, Avec Alain Dominique Perrin, le camping devient le must de l’été, Parismatch.com, 18 avril 2010 (consulté le 11 mars 2017)
  7. Décoration remise par l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.
  8. Claude François : la Mercedes de l'attentat vendue 97.500 € aux enchères, Leparisien.fr, 6 septembre 2015 (consulté le 11 mars 2017)
  9. « http://lexpansion.lexpress.fr/economie/cinq-questions-autour-de-la-polemique-woerth-cesar_236863.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Lexpress.fr, consulté le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]