2046 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
2046

Titre original 2046
Réalisation Wong Kar-wai
Scénario Wong Kar-wai
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de Hong Kong Hong Kong
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Durée 129 min
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

2046 est un film hongkongais réalisé par Wong Kar-wai, tourné à Shanghai et qui est sorti le à Hong Kong, le en France et le en Belgique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1966, M. Chow, un écrivain en mal d'inspiration tente de finir un livre d'anticipation dont l'action se déroule en 2046[1], ce chiffre est aussi le numéro de la chambre d'hôtel à Hong Kong où il a vécu un amour clandestin avec Su LiZhen raconté dans In the Mood for Love. Par l'écriture, M. Chow se souvient des femmes qu'il a connues dont Su LiZhen, la seule qu'il ait vraiment aimée... Le film s'ouvre sur l'évocation d'une tradition sur les secrets, qui est citée et réalisée par Mr Chow à la fin d'In the Mood for Love.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur AlloDoublage[2]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film, parfois vu comme une sorte de work in progress[3],[4], débute au moment de celui d'In the mood for love pour s'achever quatre ans plus tard, passant par Hong Kong, Shanghai et Macao[3]. Il est notamment interrompu en , durant l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère[5]. Autre incident : un photographe travaillant pour un tabloïd hongkongais réussira à photographier l'intérieur de la chambre de l'Hôtel Oriental. À la suite des publications, le cinéaste ordonne que la chambre soit entièrement reconstruite. Peu après, le photographe sera condamné à trois mois de prison pour corruption[5].

Wong Kar-wai emploie pour ce film le format cinémascope pour la première fois de sa carrière[6]. Durant les scènes où Faye Wong doit pleurer, il filmera son profil gauche, l'actrice ayant des problèmes avec son œil droit[5].

Si dans la version originale, chaque personnage s'exprime dans sa propre langue (M. Chow en cantonais, Bai Ling en mandarin, Tak en japonais, Bird en thaï), ces derniers paraissent tous se comprendre parfaitement à l'écran[5].

Maggie Cheung, mobilisée plusieurs mois, n'apparaîtra finalement plus que très brièvement à l'écran[6]. A l'inverse de Gong Li, actrice avec laquelle le réalisateur tourne son sketch pour le film Eros durant l'interruption du tournage de 2046[7] : elle arrive plus tardivement au casting, quand la structure final du film commence à se dégager pour le cinéaste[8]. Finalement, Won-Kar-wai estimera qu'avec l'ensemble des scènes tournées et celles finalement coupées, il aurait pu monter trois films d'une heure et demie[9].

Accueil du film[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes 2004[modifier | modifier le code]

2046 est sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes en 2004 où le cinéaste y diffuse une version de travail, achevée seulement quelques-heures auparavant[10], obligeant d'ailleurs les organisateurs à décaler l'horaire de projection[11]. Rétrospectivement, Wong Kar-wai revoit l'acceptation de cette sélection comme un risque, mais aussi comme une contrainte qu'il a besoin de s'imposer pour achever la production[9].

L'accueil sur la croisette est partagé[12], et le film ne figurera pas au palmarès[13].

Sortie en salle[modifier | modifier le code]

2046 bénéficie encore d'un montage différent de celui de Cannes pour sa sortie dans les salles[14]. Avec une moyenne sur Allociné de 4,2/5 pour 32 titres de presse[15], l'accueil critique en France pour la sortie française s'avère bien plus favorable que celui connu au festival de Cannes quelques mois plus tôt. Au box-office français, le film totalisera 476 632 entrées[16].

Postérité[modifier | modifier le code]

En France, le film est choisi pour figurer au programme du baccalauréat L, spécialité cinéma, pour les sessions 2007 - 2008 - 2009[17].

Analyses et interprétations[modifier | modifier le code]

Au travers notamment de la figure de Su Li Zhen jouée par Maggie Cheung, Nos années sauvages, In the Mood for Love et 2046 sont considérés comme une trilogie dans plusieurs analyses[18],[19]. Le cinéaste lui-même parle d'une "trilogie des années 60"[9].

Le narrateur désire quitter 2046, où il espérait retrouver la première Su Li-zhen, pour changer car dans cette dimension, « rien ne change jamais » et aucun de ses autres amours ne peut aboutir. Ainsi il s'est lui-même rendu coupable de l'échec de sa relation avec la deuxième Su Li-zhen qu'il cherchera par ailleurs à revoir une fois sorti de 2046[réf. nécessaire].

On remarque par ailleurs le port de la moustache chez Chow Man Wan dans 2046 et non dans In the Mood for Love. Pour autant certaines scènes de 2046 se situent avant la fin d’In the Mood for Love, on peut alors se demander pourquoi Chow ne porte pas la moustache dans In the Mood for Love à Singapour en 1963 et à Hong Kong/au Cambodge en 1966 alors qu'il la porte dans 2046 à ces mêmes périodes.[pertinence contestée]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix du meilleur film étranger, lors des Prix du cinéma européen 2004.
  • Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2004.
  • Nominations pour le prix du meilleur acteur (Tony Leung Chiu-wai), meilleure actrice (Zhang Ziyi), meilleure photographie (Christopher Doyle), meilleurs costumes et maquillages (William Chang et Alfred Yau), meilleur film et meilleurs effets sonores (Du-Che Tu), lors du Golden Horse Film Festival 2004.
  • Prix de la meilleure direction artistique (William Chang et Alfred Yau) et meilleure musique, lors du Golden Horse Film Festival 2004.
  • Nominations au prix du meilleur réalisateur, meilleur montage (William Chang), meilleur film, meilleur scénario, meilleurs effets sonores (Du-Che Tu) et meilleurs effets visuels, lors des Hong Kong Film Awards 2005.
  • Prix du meilleur acteur (Tony Leung Chiu-wai), meilleure actrice (Zhang Ziyi), meilleure direction artistique (William Chang et Alfred Yau), meilleure photographie (Christopher Doyle), meilleurs costumes et maquillages (William Chang) et meilleure musique, lors des Hong Kong Film Awards 2005.
  • Prix du film du mérite, meilleur acteur (Tony Leung Chiu Wai) et meilleure actrice (Zhang Ziyi), lors des Hong Kong Film Critics Society Awards 2005.
  • Prix du meilleur film étranger lors du Mainichi Film Concours 2005 et des Sant Jordi Awards 2005.

BO du film (CD)[modifier | modifier le code]

  1. 2046 main Theme (With Percussion) - Shigeru Umebayashi
  2. Siboney (Instrumental) - Xavier Cugat
  3. Sway - Dean Martin
  4. The Christmas Song (Fast Version) - Shigeru Umebayashi
  5. Julien et Barbara (extrait de "Vivement dimanche !") - Georges Delerue
  6. Siboney - Connie Francis
  7. Interlude I - Shigeru Umebayashi
  8. Polonaise - Shigeru Umebayashi /
  9. Aria Casta Diva (extrait de l'opéra Norma de Vincenzo Bellini) - Angela Gheorghiu / London Symphony Orchestra / Dir. Evelino Pido
  10. Perfidia - Xavier Cugat
  11. 2046 - Main Theme (Rumba Version) - Shigeru Umebayashi
  12. Lost - Shigeru Umebayashi
  13. Dark Chariot - Peer Raben
  14. Sisyphos At Work Peer Raben
  15. Decision - Tu ne tueras point (Live) Zbigniew Preisner
  16. Long Journey - Shigeru Umebayashi
  17. Adagio - Secret Garden, avec David Agnew (Cor Anglais)
  18. Interlude II - Shigeru Umebayashi
  19. The Christmas Song Nat King Cole and The Nat King - Cole Trio
  20. 2046 main Theme (With Percussion Train Remix) - Shigeru Umebayashi
  21. 2046 - Images Du Film (Bonus Exclusif)

À noter que la mélodie du morceau 2046 main Theme est très proche du morceau The Fight Part 3 The Big Weapon composé par Eric Serra et tiré de la bande originale du film Léon de Luc Besson.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 2046, c'est 49 ans après la rétrocession de Hong Kong à la Chine, qui eut lieu le et une possible allusion de la promesse du gouvernement continental de cinquante années d'auto-régulation pour l'ancienne colonie britannique« 2046 (2004) - IMDb » [vidéo], sur imdb.com (consulté le )
  2. Fiche de doublage V. F. du film sur AlloDoublage, consulté le 21 juillet 2012
  3. a et b Norbert Creutz, « «2046», secrets de fabrication », sur Le Temps, (consulté le )
  4. Philippe Gajan, « Les temps de l'amour », 24 images, no 29,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  5. a b c et d « 2046 (2004) - TriviaTRIVIA »
  6. a et b Stéphane Bouquet, Wong Kar-Wai : 2046, CNC, coll. « Lycéens et apprentis au cinéma », , 20 p. (lire en ligne)
  7. « La Main », sur festival-lumiere.org (consulté le )
  8. Olivier Nicklaus, « Entretien Wong Kar-wai – « 2046 » – 05/04 », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  9. a b et c Jean-Marc Lalanne, « Entretien Wong Kar-Wai & Tony Leung – « 2046 » – », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  10. Charles-Stéphane Roy, « 2046 : La chair plane », Séquences, no 236,‎ , p. 50 (lire en ligne)
  11. Stéphane Defoy, « Souvenirs retrouvés : 2046 de Wong Kar-Wai », Ciné-Bulles, vol. 23, no 4,‎ , p. 10-11 (lire en ligne [PDF])
  12. Alexandra Gardes (journaliste), « Festival de Cannes : avis partagés sur "2046" de Wong Kar Wai », sur Ina.fr, 12-14 édition nationale, France 3, (consulté le )
  13. « Tout le palmarès : 2004 », sur festival-cannes.com (consulté le )
  14. Philippe Azoury, « «2046» ne fera pas date », sur Libération, (consulté le )
  15. « 2046 : Critiques Presse », sur Allociné (consulté le )
  16. « 2046 », sur JP's Box-Office (consulté le )
  17. http://www.education.gouv.fr/bo/2007/14/MENE0700701N.htm ; http://www.education.gouv.fr/bo/2008/19/MENE0800363N.htm ; http://www.education.gouv.fr/bo/2006/1/MENE0502774N.htm
  18. Victor Plisson, « Évolution du Personnage de Su li-Zhen dans la Trilogie des années 60 de Wong Kar Wai : Nos années sauvages, In the Mood for Love et 2046. », sur LEMAcinéma, (consulté le )
  19. Xavier Collet, « L'essence du maître », sur Critikat, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]