In the Mood for Love

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
In the Mood for Love

Titre québécois Les Silences du désir
Titre original 花樣年華
Fa yeung nin wa
Réalisation Wong Kar-wai
Scénario Wong Kar-wai
Musique Shigeru Umebayashi
Michael Galasso
Acteurs principaux
Sociétés de production Block 2 Pictures
Jet Tone Production
Paradis Films
Pays de production Drapeau de Hong Kong Hong Kong
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la France France
Genre Drame romantique
Durée 98 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

In the Mood for Love (花樣年華, Huāyàng niánhuá ), ou Les Silences du désir au Québec, est un film hongkongais réalisé par Wong Kar-wai, sorti en 2000.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Intertitre d'ouverture[modifier | modifier le code]

L'intertitre suivant ouvre le film :

那是一種難堪的相對。她一直羞低著頭,給他一個接近的機會。他沒有勇氣接近。她轉身,走了。(Tel qu'apparaissant à l'écran)
那是一种难堪的相对。他一直羞低着头,给他一个接近的机会。他没有勇气接近。她转身,走了。(En chinois simplifié)

Il peut se traduire par : « C'était un moment agité. Elle avait gardé la tête baissée pour lui laisser une chance de s'approcher. Mais il ne le put pas, par manque de courage. Elle se tourne et s'en va. »

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Hong Kong, colonie britannique, 1962. M. Chow, journaliste, et Mme Chan, secrétaire dans une société de livraisons, louent des appartements voisins. Leurs époux respectifs travaillent beaucoup et les laissent souvent seuls. De plus, la présence chaleureuse mais étouffante de la propriétaire de Mme Chan, Mme Suen, et de leurs voisins bruyants et amateurs de mah-jong, les force à souvent rester seuls chez eux. M. Chow et Mme Chan, au début simplement courtois l'un envers l'autre, commencent à tisser des liens plus forts quand ils apprennent que leurs deux conjoints ont entre eux une liaison amoureuse.

M. Chow invite Mme Chan pour l'aider à écrire une publication sur les arts martiaux. Le temps qu'ils passent ensemble attise la curiosité de leurs voisins : M. Chow loue alors une chambre d'hôtel, afin qu'ils puissent travailler tranquillement. Le temps passe et des sentiments commencent à naître entre eux. Quand M. Chow est envoyé à Singapour pour le travail, il demande à Mme Chan de l'accompagner. Elle accepte mais arrive trop tard à l'hôtel.

L'année suivante, Mme Chan va à Singapour et souhaite rendre visite à M. Chow, qui travaille maintenant pour un journal singapourien. Elle l'appelle, mais reste sans voix quand il décroche. Plus tard, M. Chow remarque une cigarette marquée de rouge à lèvres dans son cendrier et réalise que Mme Chan lui a rendu visite. Lors d'un dîner avec un ami, M. Chow raconte que jadis, quand quelqu'un voulait préserver un secret, il lui fallait gravir une montagne, faire un trou dans un arbre, y murmurer son secret et recouvrir le trou de boue.

Trois ans plus tard, Mme Chan rend visite à Mme Suen, qui s'apprête à émigrer aux États-Unis, et demande si l'appartement est disponible à la location. Quelque temps plus tard, M. Chow rend visite à ses anciens propriétaires, qui ont émigré aux Philippines. Il demande des nouvelles de la famille Suen, et le nouveau propriétaire de l'appartement lui dit qu'une femme et son fils y vivent à présent. M. Chow part sans savoir que c'est Mme Chan qui y habite.

M. Chow voyage à Siem Reap, au Cambodge, et va à Angkor Vat. Il murmure quelque chose dans le trou d'un mur en ruine et le recouvre de boue.

Intertitre de fermeture[modifier | modifier le code]

L'intertitre suivant conclut le film :

那些消逝了的歲月,彷彿隔著一塊積著灰塵的玻璃,看得到,抓不著。他一直在懷念過去的一切。如果他能衝破那塊積著灰塵的玻璃,他會走回早已消逝的歲月。(Tel qu'apparaissant à l'écran)
那些消逝了的岁月,仿佛隔着一块积着灰尘的玻璃,看得到,抓不着。他一直在怀念过去的一切。如果他能冲破那块积着灰尘的玻璃,他会走回早已消逝的岁月。(En chinois simplifié)

Il peut se traduire par : « Il se souvient de ces années révolues. Comme s'il regardait à travers une vitre poussiéreuse, il peut voir le passé, mais ne peut pas le toucher. S'il parvenait à la briser. il pourrait y retourner. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

À l'origine, le film devait raconter trois histoires centrées sur la nourriture et son impact sur les relations amoureuses. La première, qui prendra des proportions telles qu'elle éclipsera les deux autres et deviendra In the Mood for Love, était consacrée à la révolution sociale introduite par l'autocuiseur (l'appareil revient d'ailleurs plusieurs fois dans le film), qui a libéré la femme asiatique ; la seconde concernait l'apparition des soupes de nouilles précuites, associées à une restriction de cette même liberté (on en trouve une trace a contrario dans In the Mood for Love : Mme Chan peut encore sortir de son appartement pour aller chercher à manger dans un restaurant de nouilles… où elle croise M. Chow) ; la troisième étudiait les conséquences du succès du fast-food, associé au développement du « fast-love »…[réf. nécessaire] Le réalisateur avait deux projets de scénarios, l'un où les deux personnages devenaient effectivement amants à la fin du film et l'autre, qui est la version visible, où rien n'est dit explicitement. Comme toutes les scènes de fin ont été tournées avant les scènes de début, les acteurs ne savaient pas en tournant celles-ci la conclusion qui serait retenue au montage. Ce point augmente donc l'ambiguïté de leurs attitudes et les rapproche du monde réel où personne ne connaît son destin avec certitude.

Bien que la caméra et le décor confinent M. Chow et Mme Chan dans l'espace inévitablement étroit des appartements et des bureaux de Hong Kong, la date de 1962 correspond aux émeutes fomentées dans la colonie par la Chine contre les autorités britanniques de tutelle. C'est un moment de crise pour le territoire, soumis à deux autorités extérieures et qui mettent en question son identité et son devenir.

Le maquillage et la coiffure de Maggie Cheung prenaient une moyenne de cinq heures de préparation par jour.

La dernière partie du film se passe à Angkor. Elle commence par un bref document en français montrant l'arrivée du général de Gaulle à Phnom Penh en et sa réception par le Prince Norodom Sihanouk juste avant le discours de Phnom Penh.

Le titre du film en cantonais (Fa yeung nin wa) ne signifie pas In the Mood for Love (« D'humeur amoureuse ») mais bien « Le temps des fleurs », le titre d'une chanson de Zhou Xuan (Chow Hsuan), célèbre chanteuse de Shanghai des années trente. La chanson était, dans le film, commandée à la radio par M. Chan pour l'anniversaire de son épouse. Initialement, le film devait s'intituler Beijing Summer mais ce titre a été abandonné en cours de tournage[1]. 2046, le numéro de la chambre dans laquelle s'isole M. Chow, est également le titre du film que Wong Kar-Wai a sorti en 2004.

Musique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En , la BBC publie une liste des « 100 meilleurs films du siècle » (depuis 2000) réalisée suivant les réponses de 177 critiques de cinéma du monde entier. In the Mood for Love obtient la deuxième place derrière Mulholland Drive de David Lynch (2001) et devant There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson (2007)[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Studio magazine, n°153, février 2000, p. 133.
  2. Quels sont les meilleurs films du XXIe siecle ? sur le site Lemonde.fr.