Gibel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gibel
Gibel
Place de l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Escalquens
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Lauragais Sud
Maire
Mandat
Rachel Cahuzac-Lautré
2014-2020
Code postal 31560
Code commune 31220
Démographie
Gentilé Gibelains
Population
municipale
351 hab. (2015 en augmentation de 13,96 % par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 40″ nord, 1° 40′ 47″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 343 m
Superficie 19,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gibel

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gibel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gibel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gibel

Gibel est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Gibelains et les Gibelaines[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est une commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Lauragais, à 47 km au sud-est de Toulouse. Elle est limitrophe des départements de l'Aude et de l'Ariège.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Gibel est limitrophe de huit autres communes dont une dans le département de l'Ariège et trois dans le département de l'Aude.

Carte de la commune de Gibel et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Gibel[2]
Montgeard Monestrol Caignac
Calmont Gibel[2] Marquein
(Aude)
Mazères
(Ariège)
Molandier
(Aude)
Fajac-la-Relenque
(Aude)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Aïse affluent de Ariège et le Thésauque affluent de l'Hers-Mort.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 940 hectares ; son altitude varie de 215 à 343 mètres[3].

Le village même est situé sur une colline mais est entouré de plusieurs hameaux et fermes (le Titou, Marty, Galigné, Poutet, le Sabatier, Loubiez). C'est une commune très ventée mais peu boisée.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Accès par le réseau Arc-en-ciel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Gibel viendrait de l'arabe jabal (جبل) ou djebel qui désigne un relief allant de la colline au massif montagneux. La monographie communale réalisée par les instituteurs Dardier et Laporte en 1885 en témoigne. Selon leurs dires, une telle étymologie suggère que le village ait été fondé durant l'occupation sarrasine, aux alentours du VIIIe siècle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[5],[6].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes de la vallée de l'Ariège et du canton d'Escalquens (avant le redécoupage départemental de 2014, Gibel faisait partie de l'ex-canton de Nailloux).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1942 François Soulet    
1942 1944 Gaston Seguier    
1944 1945 Louis Clément    
1945 1982 Marius Lautré    
1982 1995 Yves Lafore    
1995 2014 Jeanine Fontez    
2014 en cours Rachel Cahuzac-Lautré SE Agent d'affaires

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2015, la commune comptait 351 habitants[Note 1], en augmentation de 13,96 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8611 2009009349891 0201 0971 0941 068
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0481 001954916814815839842810
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
683672671526548531548483449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
354288223246207261264308351
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 208 251 302 325 297 321 316 303
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est principalement basée sur l'agriculture.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La mairie a investi en 2011-2012 dans la rénovation de l'église et de son clocher. Par le passé, des travaux avaient été entrepris dans la restauration du presbytère désaffecté transformé en mairie, de l'ancien temple protestant, qui sert à présent de salle des fêtes, et de l'école, inaugurée par Pierre Izard.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gibel fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède une école primaire.

Sports[modifier | modifier le code]

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Foyer rural, salle des fêtes,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de CoLaurSud (communauté de communes des coteaux du Lauragais Sud)[16].

Une déchèterie est située sur la commune de Montgeard sur la route de Nailloux à Calmont[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de la Haute-Garonne », (consulté le 2 septembre 2015)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Conseil Départemental de la Haute-Garonne, « AD31 - Inventaires - Monographies communales de la Haute Garonne », sur archives.haute-garonne.fr (consulté le 11 juillet 2016)
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  7. MairesGenWeb : Les maires de Gibel
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. http://www.colaursud.fr/Ordures-menageres.html
  17. http://www.colaursud.fr/25-Jours-Horaires-ouvertures.html
  18. Notice no PA00094669, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Gibel : monument aux morts (relevé n° 15979) », sur Memorialgenweb.org