Villenouvelle (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villenouvelle.
Villenouvelle
Villenouvelle, mairie.
Villenouvelle, mairie.
Blason de Villenouvelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Revel
Intercommunalité Communauté de communes Cap-Lauragais
Maire
Mandat
Nicolas Fedou
2014-2020
Code postal 31290
Code commune 31589
Démographie
Gentilé Villenouvellois, Villenouvelloises
Population
municipale
1 389 hab. (2014en augmentation de 6.52 % par rapport à 2009)
Densité 175 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 11″ nord, 1° 39′ 50″ est
Altitude Min. 158 m – Max. 241 m
Superficie 7,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Villenouvelle

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Villenouvelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villenouvelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villenouvelle
Liens
Site web Site officiel

Villenouvelle est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Villenouvellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire urbaine de Toulouse en Lauragais, à 27 km au sud-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villenouvelle
Baziège Mauremont
Villenouvelle
Montesquieu-Lauragais Saint-Rome Montgaillard-Lauragais

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Thésauque un affluent de l'Hers-Mort.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 795 hectares ; son altitude varie de 158 à 241 mètres[1].

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Elle se trouve dans une importante zone de communication matérialisée à la fois par la ligne ferroviaire Bordeaux-Sète (gare de Villenouvelle), la route nationale 113, l'autoroute A61 et le canal du Midi. Le lit de l'Hers-Mort constitue partiellement sa limite sud. Le tracé de l'antique voie romaine Via Aquitania coïncide presque avec l'actuel tracé de la RN 113 dans la commune. L'une des quatre principales branches françaises des chemins de Compostelle, la via Tolosana, traverse également la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le centre primitif se trouvait à huit cent mètres au nord-est du village actuel, autour d'un prieuré très ancien sur la colline de Saint-Sernin de Goudourville, où se trouvent encore un hameau et le cimetière.

Selon François de Gélis dans son ouvrage sur Villenouvelle[2] : vers la fin du XVe siècle, le village se transporta au pied du coteau, à l'intersection de la voie de Toulouse à Narbonne et du ruisseau Merdéric.

Selon Jean Odol[3], l'établissement à l'actuel emplacement serait plus ancien et remonterait aux environs de 1270, sous Alphonse de Poitiers ; ainsi le village serait en fait une bastide, une de ces villes nouvelles créées par le roi pour pacifier le Lauragais, haut-lieu du catharisme. Le plan du noyau central du village semble confirmer cette dernière hypothèse.

Toujours selon François de Gélis[4], l'église actuelle (Saint-Sernin, anciennement Notre-Dame-des-Anges) date de 1509, construite sans doute sur les traces d'un oratoire plus ancien (voir section Blason). Elle est donc ce que l'on nomme une église du pastel, car financée grâce aux richesses amenées par cette culture et la production des cocagnes.

Le 31 mars 1554, Catherine de Médicis signe l'aliénation de ses possessions du Lauragais parmi lesquelles la seigneurie de Villenouvelle. Le sieur Guillaume du Cros, châtelain de Villenouvelle et de Saint Rome est déclaré adjudicataire de la seignerie de Villenouvelle pour la somme de 3 500 livres tournois. Il a le droit de nommer un juge ou bailli qui exercera en son nom la haute, moyenne et basse justice.

En 1564, au terme d'un procès, les consuls du village rachètent les droits de seigneurie à l'héritier de Guillaume du Cros, Guillaume dit de Berry, pour la somme de 1 253 livres (deux gros sacs bourrés de pièces d'or et d'argent). Le droit de justice revient ainsi à la reine Catherine et les consuls sont chargés d'en assurer l'exécution. À cette fin, ils désignent un bailli : le sieur Jehan de Raubaly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la dixième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cap-Lauragais et du canton de Revel (avant le redécoupage départemental de 2014, Villenouvelle faisait partie de l'ex-canton de Villefranche-de-Lauragais).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean Soucale    
  1983 Castelle    
mars 1983 2001 Francis Fédou PS  
mars 2001 2014 Louis Cazeneuve PS  
mars 2014 en cours Nicolas Fédou PS Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 389 habitants, en augmentation de 6,52 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 103 1 061 996 1 035 1 055 1 035 997 1 001 985
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
885 822 753 748 724 692 661 622 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
597 557 532 486 494 519 505 501 535
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
590 619 645 762 905 940 1 280 1 373 1 389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 106 126 138 138 145 132 132 130
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Villenouvelle fait partie de l'académie de Toulouse.

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Étoile Sportive Villenouvelloise[13] évolue en championnat de 2e série régionale de rugby à XV (saison 2013/2014).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Villenouvelle, église de style toulousain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Villenouvelle (Haute-Garonne).svg

Blason : Parti : au premier d'azur à l'arbre arraché d'or, au second de gueules aux trois étoiles d'or posées en pal.

L'origine probable du blason peut être retrouvée dans la légende de saint Dominique (de Guzmán) citée par François de Gélis[17] : On raconte que saint Dominique, se rendant au monastère de Prouille par l'ancienne voie romaine de Toulouse à Narbonne, s'arrêta, avec plusieurs de ses compagnons, au pied d'un chêne qui bordait la route. Les travailleurs des champs, attirés par la vue de ces étrangers s'approchèrent et le nombre de curieux augmenta rapidement quand la personnalité du saint prêtre fut connue et signalée. Cédant à son ardeur apostolique, celui-ci se mit à prêcher .../... jusqu'à la fin du jour. Dominique adressa à Marie une prière que tous les assistants répétèrent avec ferveur et quand l'obscurité fut venue, l'horizon s'embrasa d'une lueur phosphorescente et trois étoiles d'or s'allumèrent à la voûte céleste. Le lendemain à l'aube, les pèlerins reprirent leur route après avoir cloué, sur l'arbre qui les avait abrités pendant la nuit, une image de la Vierge entourée des saints Anges. Le chêne fut abattu plus tard et un petit oratoire élevé sur son emplacement. Telle est, selon la tradition, l'origine de Notre-Dame-des-Anges

On trouve ainsi le chêne et les trois étoiles d'or. Quant aux partis d'azur et de gueules, ils sont sans doute à l'identique des armes d'Alphonse de Poitiers. Voir section Histoire

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. François de Gélis, Villenouvelle au bon vieux temps, 1906, réédition Le Livre d'Histoire, monographies des villes et villages de France, 2007, p.7.
  3. http://www.couleur-lauragais.fr/pages/journaux/2002/cl39/balade.htm
  4. François de Gélis, op. cit., p. 9
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. Site de l'Étoile Sportive Villenouvelloise
  14. Notice no PA00094663, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no PA00094664, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. http://www.claude.dupras.com/les_mercure.htm ou http://genealogiequebec.info/testphp/info.php?no=7760
  17. François de Gélis, op.cit., p.135.