Gare d'Anvers-Central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antwerpen-Centraal
Image illustrative de l'article Gare d'Anvers-Central
Vue de la gare en 2010 depuis la place Reine Astrid
Localisation
Pays Belgique
Commune Anvers
Adresse Koningin Astridplein
2018 Anvers
Coordonnées géographiques 51° 13′ 01″ Nord 4° 25′ 16″ Est / 51.21687, 4.421235
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
SNCB
Exploitant SNCB
Services Thalys
InterCity (IC)
InterRegion (IR)
Ominibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 25, Bruxelles à Anvers
12, Anvers à Essen (frontière)
27, Bruxelles à Anvers
Voies 14 (6 + 4 + 4)
Altitude 7 m
Historique
Mise en service
(station d'Anvers-Borgerhout)
Ouverture
(bâtiment actuel)
Architecte Louis de la Censerie
Protection Depuis 1975
Correspondances
Prémétro Lignes 2, 3, 5, 6, 15

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Antwerpen-Centraal

Géolocalisation sur la carte : Province d'Anvers

(Voir situation sur carte : Province d'Anvers)
Antwerpen-Centraal

Géolocalisation sur la carte : Anvers

(Voir situation sur carte : Anvers)
Antwerpen-Centraal

La gare d'Anvers-Central (en néerlandais : station Antwerpen-Centraal) est une gare ferroviaire belge des lignes ligne 25 de Bruxelles à Anvers et 12, d'Anvers à Essen (frontière) , située sur la place Reine Astrid à proximité du centre de la ville d'Anvers, chef-lieu de la province d'Anvers en Région flamande. Elle est considérée comme l'un des monuments les plus fastueux de Belgique et l'une des plus belles gares du Monde.

Depuis mars 2007, les travaux de la gare et les réaménagements des voies sur trois niveaux ont permis de créer une liaison directe vers les Pays-Bas via un tunnel ferroviaire sous la gare et la ville, alors que la gare était historiquement une gare terminus.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à environ 7 mètres[1] d'altitude, la gare d'Anvers-Central est située au point kilométrique (PK) 43,80 de la ligne 25 de Bruxelles à Anvers, entre les gares d'Anvers-Berchem et d'Anvers-Luchtbal.

Elle est également l'origine, au PK 0,00, de la ligne 12 d'Anvers à Essen (frontière) et l'aboutissement de la ligne 27 (doublement en parallèle de la ligne 12).

Histoire[modifier | modifier le code]

Station d'Anvers-Borgerhout[modifier | modifier le code]

À Anvers, sur le site de la gare actuelle, la première station dénommée alors « Borgerhout », située à l'extérieure des fortifications près de la porte du même nom, est mise en service le par les Chemins de fer de l’État belge, lorsqu'a lieu l'inauguration de la deuxième section, de Malines à Anvers de la première ligne de chemin de fer en Belgique. Le train inaugural, formé à Malines, est arrivé en gare sous un « temps affreux », mais cela n'empêche pas qu'une foule nombreuse soit présente pour accueillir les personnalités, les premières d'entres elles étant le roi Léopold et la reine. C'est sous une tente dressées pour l'occasion que le couple royal reçu ses invités de Bruxelles et d'Anvers. Après un discours, auquel le roi fit une réponse, le convois fut reformé pour le retour vers Bruxelles[2]. Le bâtiment voyageurs n'est qu'une « petite baraque en bois »[3].

Extrait plan d'Anvers réalisé entre 1844 (création du Zoo) et 1854. On y trouve la ligne, la station et sa place près de la porte de Borgerhout dans les anciennes fortification.

Lors de sa séance du un échange a lieu entre le ministre des travaux publics et les sénateurs, dans le cadre du budget 1854 des travaux publics sur le problème de la station du chemin de fer qui, bien que ce sujet ait été souvent évoqué, est resté dans l'état qu'elle avait lors la livraison de la ligne. Les sénateurs insistent sur le fait soit peu convenable pour une si grande ville et qu'il faudrait construire une vraie station voyageurs et peut-être la déplacer à l'intérieure des fortifications si le problème de la construction de nouveaux bâtiments est refusée par les militaires du fait de sa proximité en dehors des fortifications. Le ministre explique qu'il y a il est vrai un problème militaire puisque la station est située dans le rayon stratégique de la place forte et que son collègue du département de la guerre lui a répondu qu'il refuserait un établissement à Borgerhout. Néanmoins un accord est intervenu lors d'un conseil des ministres pour « l'établissement d'une station provisoire, mais qui offrira pour le commerce et pour le public d'Anvers plus d'avantages que la station d'aujourd'hui ». Il souligne également que le déplacement en ville serait difficile à mettre en œuvre et extrêmement couteux. Il ne faut oublier que l'emplacement actuel est important dans le cadre de la réalisation du chemin de fer d'Anvers à Rotterdam permettra d'accoler les deux stations à Borgerhout. Le ministre précise également ce que veut dire provisoire pour le ministère de la guerre. C'est une station construite en bois et en fer, pour pouvoir être facilement détruite, mais cela n'empêche pas d'établir un bâtiment solide capable de durer. Il prend pour exemple la station de Valenciennes qui n'est pas en pierres de taille mais est bien construite et il indique également qu'il est déjà prévu, par le gouvernement d'édifier plus tard un « nouveau monument »[4].

La station terminus de Borgerhout devient une station de passage, le , avec la mise en service de la ligne d'Anvers à Essen (frontière), vers la gare de Rosendael aux Pays-Bas, par la Société anonyme des chemins de fer d'Anvers à Rotterdam[5]. La station de la société est séparée de celle de Borgerhout, des chemins de fer de l'État, par la rue de la commune. Il faut remarquer que cette ouverture permet une traversée de la ville, sur un axe Nord-Sud, par chemin de fer.

La ville a besoin d'aménager les espaces entre l'ancienne fortification détruite et la nouvelle ligne de forts. Le elle signe une convention, avec monsieur Ybry pour l'aliénation de terrains destinés à la création de quartiers nouveaux, approuvée par un arrêté royal du de la même année. Cette décision avoir d'importantes incidences sur la situation des voies ferrées dans la ville, un arrêté du , décrète la suppression des embranchements de chemins de fer qui relient les établissements maritimes d'Anvers à la station dite de Borgerhout, et le un arrêté royal s'appuie sur ces éléments pour justifier la suppression de la partie du chemin de fer d'Anvers à Rotterdam comprise entre la station de Borgerhout et le pont sur le Schyn, au hameau le Dam.

Gare d'Anvers-Est[modifier | modifier le code]

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare d'Anvers-Est (homonymie).
La nouvelle gare d'Anvers-Est en construction avant 1905.

En 1898, Anvers dispose de plusieurs gares, la gare d'Anvers-Est est la plus centrale et la principale gare pour les voyageurs tout en étant également une gare marchandises[6]

Gare d'Anvers-Central[modifier | modifier le code]

Les travaux pour la construction d'une nouvelle gare débutent en 1895, la mise en service sans cérémonie a lieu le ( suivant d'autres sources). C'est à cette occasion qu'elle est renommée « Anvers-Central »[3].

La gare avant la Première Guerre mondiale sur l'avenue De Keyser.
Noter la rame du tramway d'Anvers à droite du cliché et la légende qui relaye les polémiques de l'époque sur le gigantisme de la gare

Le terminus construit en pierre, recouvert d'un vaste dôme sur la salle d'attente a été dessinée par Louis de la Censerie, la structure recouvrant les voies (185 mètres de long et 44 mètres de hauteur) faite de fer et de verre a été pensée par Clément van Bogaert. La gare est largement considérée comme un des plus beaux exemples de l'architecture ferroviaire en Belgique. Le viaduc de gare est également un ouvrage d'art remarquable, dessiné par l'architecte local Jan van Asperen.

La gare d'Anvers connut avec la gare de Bruxelles-Midi, fin des années 1950, un des trafics les plus denses d'Europe avec 136 trains de voyageurs par jour et dans chaque sens circulant entre Anvers et Bruxelles !

Depuis 1998, un travail de reconstruction à large échelle a été mené à bonne fin pour faire de ce qui était un terminus une gare de passage vers le nord et les Pays-Bas permettant le passage des TGV Bruxelles-Amsterdam. Un nouveau tunnel a été creusé entre la gare de Berchem au sud de la ville et la gare d'Anvers-Dam au nord, ce tunnel passe sous la gare centrale sans que les trains n'aient besoin de faire demi-tour (alors qu'auparavant les trains d'Amsterdam-Bruxelles ne pouvaient passer que par Berchem ou changer de sens à la gare centrale). La gare comporte aujourd'hui 4 étages et 14 voies.

En 2009, la gare d'Anvers-Central est jugée par le magazine américain Newsweek quatrième plus belle gare du monde. La première étant la gare de Saint-Pancras de Londres, la seconde, le Grand Central Terminal de New York et la troisième, le Chhatrapati Shivaji Terminus de Bombay[7],[8].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Voies/Quais[modifier | modifier le code]

La station d'Anvers-Central comporte 8 quais donnant accès à 14 voies, dont 10 en cul-de-sac, sur 3 niveaux: le niveau +1 (4 quais en cul-de-sac sous la grande verrière, prolongés à l'extérieur, répartis en 6 voies: 1, 2, 3, 4, 5 et 6), le niveau -1 (2 quais en cul-de-sac, répartis en 4 voies: 11, 12, 13 en 14) et le niveau -2 (2 quais, accueillant les trains internationaux et le Thalys, répartis en 4 voies: 21, 22, 23 et 24).

Desserte[modifier | modifier le code]

InterCity (IC) 
Interrégion (IR) 
Divers 

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source Google Earth, élévation (consulté le 18 janvier 2016).
  2. Guioth, « N° CCXXXVII. Pl. 31 - Médaille : Inauguration du chemin de fer », dans Histoire numismatique de la révolution Belge, Milis, (lire en ligne), p. 217-219
  3. a et b ZOO Anvers, vol. 53-54, Anvers, Société royale de zoologie d'Anvers, (lire en ligne), p. 16-17
  4. Belgique Sénat, « Discussion des articles du budget des travaux publics pour l'exercice 1854 », dans Annales parlementaires de Belgique, (lire en ligne), p. 75-77
  5. « 12 Antwerpen - Roosendaal (NL) », sur Wim Derrider (consulté le 12 janvier 2016).
  6. Notice sur le port d'Anvers, Anvers, E. Guyot, , 99 p. (lire en ligne), p. 25
  7. http://www.lesoir.be/regions/liege/2009-09-18/inauguration-nouvelle-gare-liege-728068.shtml
  8. http://www.newsweek.com/id/178825

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Amsterdam-Central Rotterdam-Central Thalys Bruxelles-Midi Lille-Europe
ou Paris-Nord
Amsterdam-Central Rotterdam-Central Thalys
(Saisonnier l'été)
Bruxelles-Midi Marseille-Saint-Charles
Amsterdam-Central Rotterdam-Central Thalys
(Saisonnier l'hiver)
Bruxelles-Midi Bourg-Saint-Maurice
Amsterdam-Central Rosendael Benelux Anvers-Berchem Bruxelles-Midi
Essen Ekeren IC Bruxelles-Nord Bruxelles-Midi
Terminus Terminus IC Anvers-Berchem Bruxelles-Midi
ou Charleroi-Sud
ou Courtrai
ou Gand-Saint-Pierre
ou Hamont
ou Hasselt
ou Liège-Guillemins
ou Lille-Flandres
ou Louvain
ou Poperinge
ou Turnhout
Noorderkempen Anvers-Luchtbal IC Terminus Terminus
Rosendael Anvers-Luchtbal L Puurs
ou Lokeren
Puurs
ou Lokeren
Terminus Terminus S Anvers-Berchem Bruxelles-Midi
ou Charleroi-Sud