Gare de Tournai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tournai
Image illustrative de l’article Gare de Tournai
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Tournai
Quartier centre-ville
Adresse Place Crombez
7500 Tournai
Coordonnées géographiques 50° 36′ 47″ nord, 3° 23′ 49″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) ferroviaires :
94, Hal à Froyennes (frontière)
78, Saint-Ghislain à Tournai
de tramway :
1 Tournai - Toufflers (HS)
3 Tournai - Kain (HS)
4 Tournai - Hertain (HS)
5 Tournai - Rumillies (HS)
6 Tournai - Rumillies (HS)
Tournai - Ath (HS)
Tournai - Courtrai (HS)
Tournai - Péruwelz (HS)
Tournai - Wez-Velvain (HS)
Voies 5 + 2 en impasse (+ voies de service)
Quais 3 (dont deux centraux
Altitude 22 m
Historique
Mise en service 24 octobre 1842
Architecte Henri Beyaert [1]

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

(Voir situation sur carte : Hainaut)
Tournai

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Tournai

La gare de Tournai est une gare ferroviaire belge de la ligne 94, de Hal à Froyennes (frontière), située à proximité du centre de la ville de Tournai dans la province de Hainaut en Région wallonne.

Elle est mise en service en 1842. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains InterCity (IC), Omnibus (L) et d'Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 22 m d'altitude, la gare de Tournai est située au point kilométrique (PK) 60,3 de la ligne 94, de Hal à Froyennes (frontière), entre les gares ouvertes de Leuze et de Froyennes. Gare de bifurcation, elle est l'aboutissement de la ligne 78, de Saint-Ghislain à Tournai après la gare d'Antoing. Elle était également l'origine des lignes 87 vers Renaix et 88A vers Nomain.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première gare[modifier | modifier le code]

Le premier train arriva à Tournai le 24 janvier 1842. Le premier bâtiment de style néo-classique construit par Auguste Payen et datant des années 1840 a été mis en service le [réf. nécessaire].

La première gare de Tournai était installée près du pont des Trous, sur le quai de l'Arsenal (actuel quai Andreï Sakharov) au-delà de ce pont. Elle comportait quelques voies, la plupart fort courtes[2] et un atelier de réparation de locomotives juste au pied du pont[3].

Dès 1865, cette petite gare en impasse, n'offrant plus de possibilités d'agrandissement, doit être déplacée comme le décrète l'arrêté royal du  ; les travaux prirent plusieurs années. À cette époque, seules les lignes venant de Mouscron et de Bruxelles existent (cette dernière est alors implantée plus au nord que sa position actuelle) ; en 1865, la ligne vers Lille est à son tour mise en service.

Après une trentaine d'années de service, le bâtiment d'Auguste Payen estt démonté et reconstruit à Leuze-en-Hainaut pour servir également de gare. En 1888, les anciens terrains perdent définitivement toute vocation ferroviaire[4].

La seconde gare[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la gare en 2011

Le nouvel emplacement, rendu possible par la démolition des remparts coïncide avec le comblement de la "petite rivière" qui longeait les remparts à cet endroit. Le quartier fut urbanisé dans les années 1870, alors que les installations de la gare déménageaient vers cet emplacement[3].

L'actuel bâtiment fut dessiné par Henri Beyaert et construit de 1874 à 1879. Il comprenait à l'origine une grande verrière couvrant l'entièreté des quais. La gare des marchandises située dans un bâtiment à part, comprenant un entrepôt pour les douanes[4], construite dans le style d'une halle aux draps flamands du Moyen Âge tardif. Celui-ci et la verrière furent gravement endommagés durant la Seconde Guerre mondiale ne furent pas reconstruits. Le bâtiment de la poste, qui existe toujours, est également construit en style néo-flamand.

Incendie à la gare, le 5 mars 1912.

Le bâtiment principal a subi un grave incendie accidentel en 1912; selon un journal, "Un incendie a complètemnt [sic] détruit le bureau central des téléphones et télégraphes, ainsi que le dôme central et la salle d'attente de deuxième classe de la gare. Les dégâts sont très importants. Le service téléphonique est complètement interrompu. Deux pompiers ont été gravement blessées." [5] "Le feu a pris, par suite d'un court-circuit dans la salle des téléphones et s'est développé rapidement. Les chevalets téléphoniques se sont effondrés et toutes les communications ont été interrompues. Quelques appareils télégraphiques sont sauvés. Presque toutes les archives du chemin de fer, des postes, des télégraphes et des téléphones sont détruites." [1]

La gare échappa aux nombreuses destructions causées par les Allemands en 1918 lors de leur retraite. La gare fut relativement épargnée par les terribles bombardements du 16 mai 1940, causés par les Allemands[4], mais sera pratiquement détruite en 1944 par plusieurs raids aériens alliés, visant les installations ferroviaires, dans le cadre de l'opération Fortitude[6].

Cas pratiquement unique dans l'histoire des chemins de fer belges, on opta pour une reconstruction à l'identique du beau bâtiment de 1879 dont la disposition intérieure fut cependant modernisée[7]. La gare, dont les travaux furent terminés en 1953, est dépourvue de marquise ; en outre, la tour centrale et les toitures ont un aspect légèrement différent.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[8] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite.

Desserte[modifier | modifier le code]

Tournai est desservie par des trains InterCity (IC), Omnibus (L) et d'Heure de pointe (P) de la SNCB, qui effectuent des missions sur les lignes 94 (Bruxelles - Hal - Mouscron), 78 (Mons - Tournai - Lille-Flandres)[9] (voir brochure SNCB en lien externe).

En semaine, la desserte comprend :

Les weekends, il n'existe que des trains IC :

Le dimanche, en période scolaire, un unique train P relie Mouscron à Louvain-la-Neuve.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[8]. Des bus desservent la gare.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anonyme, « Tournai. — La gare de Tournai, œuvre de l'architecte Beyaert, et qui datait de 1879, a été en-partie, détruite par un incendie. », La Liberté, no 16.812,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 27 août 2019)
  2. « La gare de Tournai I », sur Le Chemin de Fer en Tournaisis (consulté le 18 mai 2019)
  3. a et b « La gare de Tournai II », sur Le Chemin de Fer en Tournaisis (consulté le 18 mai 2019)
  4. a b et c « La gare de Tournai III », sur Le Chemin de Fer en Tournaisis (consulté le 18 mai 2019)
  5. Anonyme, « Un incendie détruit le bureau des téléphones et télégraphes de Tournai », Le Grand Écho du Nord et du Pas-de-Calais, no 67,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le 27 août 2019)
  6. « 70 ans du bombardement de Tournai par les américains dans le cadre du débarquement - 06/06/14 », sur www.notele.be (consulté le 18 mai 2019)
  7. G. Hendricks, « Les bâtiments des voyageurs », Le rail,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Site SNCB Mobility : Tournai lire (consulté le 19 avril 2012).
  9. Site SNCB : Fiches horaires (brochure) lire (consulté le 19 avril 2012).

Traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Lille-Flandres
ou Terminus
Froyennes
ou Terminus
IC
(en semaine)
Saint-Ghislain Namur
Lille-Flandres Froyennes IC Terminus Terminus
Terminus Terminus IC Leuze Bruxelles-National-Aéroport
Courtrai Froyennes IC
(en semaine)
Leuze Saint-Nicolas
Mouscron Froyennes IC
(week-ends et fériés)
Antoing Liers
Terminus Terminus IC
(en semaine)
Leuze Liège-Guillemins
Mouscron
ou Terminus
Froyennes
ou Terminus
L
(en semaine)
Antoing Mons
Terminus Terminus P
(en semaine)
Leuze Schaerbeek
Mons Antoing P
(en semaine)
Terminus Terminus
Mouscron Herseaux P
(week-ends et fériés)
Leuze Louvain-la-Neuve