Pierre Bourgeois (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Bourgeois et Bourgeois.
Pierre Bourgeois
Victor Servranckx 011.JPG
de gauche à droite : en haut, René Magritte, E. L. T. Mesens, Victor Servranckx, Pierre-Louis Flouquet, Pierre Bourgeois ; en bas, Georgette Berger, Pierre Broodcoorens, Henriette Flouquet
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Nationalité
Activités

Pierre Bourgeois, né à Charleroi le et décédé le , est un poète et cinéaste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère cadet de l'architecte Victor Bourgeois avec qui, à la fin des années 1920, il anime 7 Arts, revue pointue consacrée au cinéma dans laquelle Charles Dekeukeleire écrit des articles percutants et avant-gardistes. Dans cette foulée, ils créent le Club des Amis du Septième Art (CASA)[1]. En 1929, Pierre Bourgeois inspira le troisième film de Dekeukeleire Histoire de détective.

Selon ses propres termes, la poésie constituait pour Pierre Bourgeois « le tout » de sa vie : il a publié environ 800 poèmes, et des centaines de pages demeurent encore inédites à ce jour (dont un journal de 35 tomes).

Il fut aussi cinéaste, produisant des documentaires, parfois de propagande[2], notamment dans le domaine de l'architecture et de l'urbanisme. Il a réalisé Chemins de fer et gares dans une colline en 1952, film noir et blanc de six minutes sur la Jonction Nord-Midi et la Gare centrale (ce document se trouve sur le DVD Rail consacré à l'histoire des chemins de fer en Belgique, édité par la Cinémathèque royale de Belgique.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1919 Au Volant
  • 1922 La Foi du Doute
  • 1923 80 Compositions lyriques
  • 1927 Romantisme à toi
  • 1930 Nouvelles Compositions lyriques
  • 1937 Poèmes
  • 1948 Remous et regains
  • 1956 Politesses pour la radioactivité
  • 1959 Bricolage d'alvéoles
  • 1964 Trois-Six
  • 1970 Poèmes 70

Extrait poétique[modifier | modifier le code]

« Ma jeunesse, ah ! rends-moi embryon de violence ! »[réf. nécessaire]

« La colère a droit à la pureté »[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cinéma: cent ans de cinéma en Belgique par Jean Brismée, Éditions Mardaga, 1995, pages 48 et 51
  2. Comme Deviens mineur ! en 1947 qui incite les chômeurs à devenir mineurs, afin de participer à la reconstruction du pays et à la relance de l'économie.

Liens externes[modifier | modifier le code]