Gare de Knokke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Knokke
Image illustrative de l’article Gare de Knokke
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Knokke-Heist
Section Knokke
Adresse M. Lippensplein
88300 Knokke
Coordonnées géographiques 51° 20′ 23″ nord, 3° 17′ 04″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 51A, Y Blauwe Toren à Zeebrugge-Strand
Voies 4
Quais 2 (centraux)
Altitude 4 m
Historique
Mise en service 29 juin 1920
Correspondances
Tram et bus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale

(Voir situation sur carte : Flandre-Occidentale)
Knokke

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Knokke

La gare de Knokke (en néerlandais : station Knokke) est une gare ferroviaire belge de la ligne 51B, de Y Dudzele à Knokke, située à Knokke, section de la commune de Knokke-Heist, dans la province de Flandre-Occidentale en Région flamande.

Elle est mise en service en 1920 par l'administration des chemins de fer de l'État belge. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains InterCity (IC) et Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 4 mètres d'altitude, la gare terminus de Knokke est située au point kilométrique (PK) 14,100 de la ligne 51B, de Y Dudzele à Knokke[1], après la gare de Duinbergen.

voies, quais et bâtiment
Quais de la gare.

Historique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de « Knocke-sur-Mer » est mise en service le 29 juin 1920 par l'administration des chemins de fer de l'État belge, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Bruges à Knocke via Zeebruges du fait de la création d'un prolongement de Heist à Knocke[2]. Le premier bâtiment est une construction provisoire en bois[3],[4].

En 1928, Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) fait publier une affiche pour un train de luxe « Pullman Express », de Paris à Lille et à la « Côte Belge », ayant pour terminus Knocke. Cette relation ne fut en service qu'une année, les Parisiens préférant le soleil de la Côte d'Azur[5].

En 1932 est ouvert un ensemble de bâtiments dus à l'ingénieur G. Duchateau et l'architecte Paul Nouille. La nouvelle gare comprend notamment un bâtiment principal, un autre pour les bureaux et une halle à marchandises[4]. La partie centrale est endommagée au début de la Seconde Guerre mondiale et détruite en 1944. La ligne entre Knokke et Duinbergen est rétablie le 18 avril 1946[4]. L'élément sinistré est remplacé par un nouvel édifice en 1956[3].

En 1983, afin d’agrandir le port de Zeebrugges la gare est desservie par une nouvelle ligne directe (ligne 51B) entre Bruges et Heist, ne passant plus par Zeebruges[2].

Nom de la gare[modifier | modifier le code]

Lors de sa mise en service, la station s'appelle « Knocke-sur-Mer ». En 1926 elle est citée en néerlandais et en français « Knocke-aan-Zee/Knocke-sur-Mer ». En 1930 « Knokke-Zee (Zoute) » puis « Knokke » à partir de 1978[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[7] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport et de consignes à bagages automatiques. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite.

Desserte[modifier | modifier le code]

Knokke est une gare terminus desservie par des trains InterCity (IC) en relation horaire cadencée et, uniquement en semaine, par des trains d’heure de pointe (P) de la SNCB (voir brochure de ligne[8]). Des trains supplémentaires (ICT), à destination de Blankenberge, peuvent être mis en circulation pendant la saison touristique.

Au départ de Knokke, il existe[9]

  • des trains IC entre Knokke et Bruxelles-National-Aéroport (en semaine et les weekends) les deux derniers de la soirée ne vont pas plus loin que Bruges
  • quatre trains P entre Knokke et Bruges (en semaine, en début de journée)
  • deux trains P entre Bruges et Knokke (en semaine, en début d'après-midi)
  • deux trains P entre Bruges et Knokke (en semaine, en début de soirée)

Durant certains jours de congés, des trains supplémentaires (ICT) desservent Knokke et sont répartis sur toute la journée dans chaque sens[8].

  • neuf trains entre Bruges et Knokke (en semaine et les weekends)
  • neuf trains entre Knokke et Brugge (en semaine et les weekends)

Le plan de transport de décembre 2017 de la SNCB a vu l'instauration d’une desserte directe entre Knokke et Brussels Airport séparée de la desserte Blankenberge - Genk, ce qui a mis fin au couplage des trains en gare de Bruges au profit de deux trains séparés (d’où un gain de temps dans chaque direction)[10].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[7]. Elle est desservie par le Tramway de la côte belge et des bus[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, p. 18/40 (3,63 Mo) (consulté le 23 juin 2012).
  2. a et b Site belrail.be, Knokke lire (consulté le 23 juin 2012).
  3. a et b (nl) Inventaris Onroerend Erfgoed : Station "Knokke" (ID: 58781) lire (consulté le 23 juin 2012).
  4. a b et c (nl) Sincfala - Museum van de Zwinstreek, Treub - 1920 - Brugge-Knokke lire (consulté le 23 juin 2012).
  5. Pieter Neirinckx, Affiches sur le rail : les affiches ferroviaires en Belgique, 1833-1985, Lannoo Uitgeverij, 2006 (ISBN 9789020968828), pp. 54-55 lire (consulté le 23 juin 2012)
  6. (nl) Yvette Schenkel-Latoir, Jan Schenkel & Marijke Moortgat-Schenkel, Knokke lire (consulté le 23 juin 2012)
  7. a b et c Site SNCB Mobility : Knokke lire (consulté le 23 juin 2012).
  8. a et b « Brochure Ligne 50A : Bruxelles-Midi - Ostende ; Ligne 51 : Bruges - Blankenberge ; Ligne 51A : Bruges - Knokke », sur http://www.belgianrail.be/, (consulté le 10 mai 2018)
  9. « BeLuxTrains en français », sur www.beluxtrains.net (consulté le 11 juin 2017)
  10. « Plan de transport de décembre 2017 : Flandre occidentale », sur www.belgianrail.be (consulté le 11 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Bruxelles-National-Aéroport
ou Bruges
Duinbergen IC Terminus Terminus
Bruges Duinbergen P
(en semaine)
Terminus Terminus
Bruges Duinbergen ICT Terminus Terminus