Gabriel Dauchot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dauchot.

Gabriel Dauchot est un artiste peintre et lithographe français[1] né à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) le , et mort à Paris le [Note 1].

Surnommé « le peintre de la comédie humaine »[2], il est associé au mouvement figuratif de la Jeune Peinture[3] au sein de l'École de Paris[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Dauchot est né le 10 mai 1927 à Livry-Gargan[4]. Soutenu par les encouragements de son père, architecte, et peignant dès l'âge de quatorze ans[5], Gabriel Dauchot, dont l'admiration va à Maurice Utrillo et Chaïm Soutine[5], reçoit en 1940 les conseils d'Émile Othon Friesz et d'Yves Brayer à l'Académie de la Grande Chaumière, puis entre en 1942 à l'École nationale supérieure des beaux-arts. Il participe dès sa jeunesse aux Salons parisiens et n'a pas encore vingt ans lorsque la galerie Katia Granoff[6], puis la galerie Cardo[7], organisent ses premières expositions personnelles.

« Le lauréat est un moins de trente ans » observe Claude Roger-Marx, qui ne manque pas de relever « l'atmosphère de déguisement qui lui est chère » ainsi que « la sourde truculence qu'il donne aux fonds opaques où chantent avec distinction des gris froids, des verts, des carmins et des safrans »[8] lorsqu'en 1951 le prix de la Société des collectionneurs et amateurs d'art est attribué à Gabriel Dauchot.

Son appartement-atelier était situé au no 5 place Pigalle à Paris[7].

Réception critique[modifier | modifier le code]

« Dauchot est le peintre de la nostalgie. Il aurait voulu vivre entre 1850 et 1900 et les personnages qu'il représente portent généralement des costumes désuets. Il peint des arlequins tristes, des oiseleurs accablés, des violonistes des rues, des paysages de neige, des natures mortes et des enterrements. Mais, s'il exprime la nostalgie par le choix de ses sujets, il l'exprime aussi par sa technique. Il n'emploie jamais de couleurs pures. Sa manière évoque Soutine par l'importance des effets de matière, Degas et Toulouse-Lautrec par la mise en page. »

— Connaissance des arts, n°17, novembre 1956, p.106.

« Il est aujourd'hui l'un des plus grands artistes de Paris, dans la tradition d'un Utrillo, d'un Marquet ou d'un Dufy. Il nous convie à une promenade nostalgique dans un Paris hors-du-temps, celui des petits métiers, des mécanos et des grisettes, des mansardes et des bistrots, ce Paris gouailleur qui l'amuse et l'attendrit et qu'il nous restitue à sa manière. »

— Jacques Chirac, Rétrospective Gabriel Dauchot, [catalogue], Lanobre, château de Val, été 1992[7].

« […] La saveur d'une réalité tragi-comique contée dans cet expressionnisme truculent, teinté d'humour noir, qui fut unanimement salué par la critique dans les années d'après-guerre. »

— Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, p.302.

« Dauchot affectionne, en dehors des natures mortes et des paysages, ces êtres anonymes, mélancoliques, rêveurs, garçons de café, mariés qui se mêlent à des personnages directement issus d'un univers de saltimbanques: pierrots, arlequins […] Ce “marchand de merveilleux” ; comme l'appelle René Domergue, sait aussi teinter d'humour noir certaines de ces scènes, notamment ses enterrements. »

— Lydia Harambourg[2]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions particulières[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unisd
En France
En Suisse

Collections privées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Katia Granoff, Histoire d'une galerie, auto-édition, 1949.
  • Ivan Bettex, « Gabriel Dauchot », Les Cahiers d'Arts-Documents, no 41, Éditions Pierre Cailler, 1956.
  • Gabriel Dauchot, dix ans de peinture, Galerie Durand-Ruel, 1956.
  • « Dauchot regrette la Belle Époque », Connaissance des arts, n°17, novembre 1956.
  • Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Editions Pierre Tisné, Pais, 1957.
  • Gabriel Dauchot, œuvres récentes, Galerie Durand-Ruel, 1958.
  • René Barotte, « Gabriel Dauchot », in Les peintres témoins de leur temps, le sport, co-édition Achille Weber et Hachette, 1957.
  • René Clair, Gabriel Dauchot, Cannes, Éditions Galerie 55, 1959.
  • (en) Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris since 1910, Londres, Oldbourne Press, 1960.
  • Patrick-F. Barrer, Histoire du Salon d'Automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001[16].
  • Pierre Basset, Les insoumis de l'art moderne - La Jeune Peinture, Paris, 1948-1958, Éditions Un Certain Regard, 2009.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Ides et Calendes, 2010.
  • La Réalité retrouvée - La Jeune Peinture - Paris, 1948-1958, Saint-Rémy de Provence, éditions Musée Estrine, 2010.
  • Eric Mercier, Années 1950, La Jeune Peinture, 2 volumes : Vol.1, « L'alternance figurative » ; Vol. 2, « Panorama de la Jeune Peinture », Éditions Art Acatos, 2010[3].
  • René Chabannes, Quarante ans d'expositions au Château de Val, Artogue, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les dates étant différentes selon les sources (on trouve également 1926 pour la naissance de Gabriel Dauchot, 2003 ou 2009 pour son décès), ici sont mentionnées celles qui sont le plus communément admises.
  2. Le thème du Salon des peintres témoins de leur temps 1957 étant le sport, Gabriel Dauchot y présenta une toile intitulée L'arrivée de course cycliste (toile illustrant, en page 81, le texte de René Barotte Gabriel Dauchot dans le livre Les peintres témoins de leur temps, le sport, Achille Weber et Hachette co-éditeurs, 1957.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Benezit
  2. a, b et c Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Éditions Ides et calendes, 2010.
  3. a et b Éric Mercier, « Liste des peintres », in Années 1950, La Jeune Peinture, Éditions Acatos, 2010.
  4. (en) Extrait de la notice de Gabriel Dauchot dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. 2006, (ISBN 9780199773787)
  5. a et b Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle du cubisme à l'absraction, 1914-1957, Editions Pierre Tisné, Paris, 1957, page 153.
  6. a et b Katia Granoff, Histoire d'une galerie, auto-édition, 1949.
  7. a, b, c, d, e et f René Chabannes, Gabriel Dauchot in Catalogue Les 40 ans d'expositions du château de Val, 2014 Source: artogue.fr.
  8. Claude Roger-Marx, Le Figaro littéraire, 1951[réf. incomplète].
  9. Patrick-F. Barrer, Histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  10. Georgia Kelly, Beautifully obscene, the history of the erotic print, Université de Kent
  11. Musée d'art de Mendrisio, La collection - Acquisitions 2007-2013
  12. Musée d'art de Pully, Fonds et collection
  13. Contemporary Arts Center, la collection Julius Fleischmann
  14. Jesse Y., Garbo's personal art collections Source : Association Garbo Forever.
  15. Kahn et Dumousset, commissaires-priseurs à Paris, catalogue de la collection Jean Jansem, 20 juin 2015.
  16. Jean-Pierre Delarge, « Gabriel Dauchot », in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]