Avenue Matignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matignon.
8e arrt
Avenue Matignon
image illustrative de l’article Avenue Matignon
Hôtel Mortemart, au no 16.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Champs-Élysées
Faubourg-du-Roule
Madeleine
Début Rond-point des Champs-Élysées
Fin Rue de Penthièvre, avenue Delcassé
Morphologie
Longueur 450 m
Largeur 40,6 m
Historique
Création 1774-1780
Dénomination 1837, 1926
Ancien nom Allée des Veuves
Rue Millet
Petite-Rue-Verte
Rue Matignon (1787)
Géocodification
Ville de Paris 6093
DGI 6178

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Matignon
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue Matignon est une voie du 8e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle commence rond-point des Champs-Élysées et se termine au carrefour de la rue de Penthièvre et de l'avenue Delcassé.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Sa dénomination rend hommage à Charles Auguste Goyon de Matignon (1647-1729), maréchal de France. Elle n’a rien à voir avec l’hôtel de Matignon, résidence officielle du Premier ministre, situé rue de Varenne dans le 7e arrondissement, ainsi nommé pour avoir appartenu à un frère du maréchal, Jacques III Goyon de Matignon (1644-1725).

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque de rue de l’avenue Matignon à Paris.

La rue fut ouverte par le marquis de Marigny entre le rond-point des Champs-Élysées et la rue du Faubourg-Saint-Honoré dans le prolongement de l’allée des Veuves (voir « Avenue Montaigne ») dont la section comprise entre les Champs-Élysées jusqu’à la rue Rousselet (aujourd’hui rue Rabelais) porta d'abord le nom avant de devenir « avenue Matignon » en 1837 et d’être replantée et améliorée en 1846.

La section entre la rue Rousselet et la rue du Faubourg-Saint-Honoré s’appela d’abord « rue Millet », du nom de Jacques Millet, maître menuisier, propriétaire des terrains sur lesquels elle fut ouverte de 1774 à 1780. Celui-ci entreprit de percer la voie sur des terrains lui appartenant, avec une largeur de 24 pieds, en dépit de trois ordonnances du bureau des finances des 14 mai 1774, 27 avril 1779 et 5 septembre 1780 qui défendirent la poursuite des ouvrages relatifs à ce percement. Consulté, le bureau de la Ville fut d'avis, dans sa séance du 30 mars 1781, qu’il n’y avait pas lieu de comprendre la nouvelle rue au nombre des voies publiques de Paris. Mais, en définitive, des lettres patentes données à Troyes le 8 septembre 1787 approuvèrent l’ouverture de la nouvelle rue tout en ordonnant que sa largeur soit portée à 30 pieds et en lui donnant la dénomination de « rue Matignon ».

La partie au nord de la rue du Faubourg-Saint-Honoré s’appelait la « Petite-Rue-Verte » avant d’être intégrée à la rue Matignon.

La totalité de la voie prit la dénomination d’avenue en 1926.

Une décision ministérielle du 2 messidor an VIII (21 juin 1800) fixa la largeur de la rue Matignon à 10 mètres.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Plaque avenue Matignon à Paris.
  • Nos 9-11 : locaux de Callot Sœurs.
  • No 11 : le maréchal Achille Baraguey d'Hilliers (1795-1878) a habité à cette adresse.
  • No 12 : siège de la maison de couture de Marcel Rochas (créée en 1925, place Beauvau) puis de la société Parfums Rochas (créée en 1944 en collaboration avec Albert Gosset), de 1931 à 1955[2].
  • No 15 : ancienne galerie François Heim.
  • No 16 : hôtel de la marquise de Mortemart, puis de la marquise de Laguiche en 1910[3]. Le couturier Lucien Lelong (1889-1958) y eut sa maison de couture à partir de 1924.
  • No 18 : ici se trouvait la galerie Romanet.
  • Nos 20-22 : immeuble construit en 1976 par Vittorio Mazzucconi pour l’agence de publicité J. Walter Thompson. Des fragments d’architecture classique sont incorporés dans une façade de verre et de métal « compromis entre le désir du client et les contraintes du site […] c’est le goût des ruines au XXe siècle[4] ».
  • No 24 : l'écrivain André Beucler (1898-1985) a vécu dans cet immeuble de 1948 à 1959. Une plaque commémorative a été posée sur la façade le 8 octobre 1998.
  • No 25 : hôtel de La Vaupalière. Construit en 1768 par l’architecte Louis-Marie Colignon en style Louis XVI et remanié au XIXe siècle par l'architecte Louis Visconti, il abrite aujourd’hui le siège de la compagnie d'assurances AXA.
  • No 26 : adresse de la galerie d'art André Weil.
Galerie Bernheim-Jeune, avenue Matignon.

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à la mémoire d'Henri Heine sur la façade du no 3.
  • No 3 : le poète Henri Heine s'établit à cette adresse, au cinquième étage, en 1854 et y mourut le 17 février 1856 au terme d'une longue agonie due à la syphilis (plaque commémorative). « Quand je vis pour la première fois Henri Heine, il habitait le cinquième étage d'une maison située avenue Matignon, assez près du rond-point des Champs-Élysées. Ses fenêtres, donnant sur l'avenue, ouvraient sur un étroit balcon qui, dans les grandes chaleurs, fut décoré d'une tente de coutil rayé comme on en voit aux devantures des petits cafés. L'appartement contenait trois ou quatre pièces, dont l'une était la salle à manger, et les deux autres, les chambres du maître et de la maîtresse de la maison. Une couche très basse derrière un paravent recouvert de papier peint, quelques chaises, puis, vis-à-vis de la porte, un secrétaire en bois de noyer, voilà de quoi se composait le mobilier de la chambre du malade. J'allais oublier deux gravures dans des cadres datant des premières années du règne de Louis-Philippe, Les Moissonneurs et Les Pêcheurs d'après Léopold Robert. Jusque-là, l'arrangement du logis ne trahissait point la présence de la femme. Elle se découvrait dans l'autre chambre, parmi les fausses guipures posées sur des transparents de cotonnade jaune, parmi les encoignures revêtues de velours brun, et surtout dans le jour favorable d'où se détachait un portrait, le portrait de madame Heine, peinte en pied, vêtue et coiffée à la mode de son jeune temps, robe noire décolletée et longs bandeaux collants comme on dut les porter vers 1840[5]. »
  • Ancien no 23 : hôtel de Chambrun, habité par le célèbre explorateur Pierre Savorgnan de Brazza, qui avait épousé en 1895 Thérèse de Chambrun.
  • No 17 : l'hôtel particulier situé à l'angle de l'avenue et de la rue Rabelais a été construit par l'architecte Henri Parent pour le baron Eiffel. Puis, à la mort de son propriétaire, Jean Dessès l'investit pour sa maison de couture, de 1948 jusqu'à sa démolition, en 1958. Suite à une opération immobilière, l'hôtel est détruit pour laisser place à l'immeuble d'architecture moderne[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Charles Lefeuve, Les Anciennes Maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris, C. Reinwald, 5e édition, 1875, 5 volDocument utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Cf. Véronique Prat, Douze ans de l'histoire d'Artcurial, 1987.
  2. toutenparfum.com consulté le 8 janvier 2011 .
  3. a, b et c Rochegude, op. cit., p. 32.
  4. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994, p. 327.
  5. Élise Krinnitz, Les Derniers Jours de Henri Heine, Paris, Calmann-Lévy, 1884.
  6. « L'hôtel particulier du baron Eiffel », www.musee-orsay.fr.