Michel Thompson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thompson.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (mars 2016).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Michel Thompson
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Michel Thompson, né le à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) et mort le à Paris, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Thompson est né de mère française et de père américain.

Ayant passé un concours pour être météorologiste, il passe deux ans à Lyon puis rentre à Paris en 1942, désire devenir pianiste mais en abandonne l'idée et, pour subsister, exerce différents métiers. Réalisant des aquarelles qu'il vend bien en faisant du porte à porte, il fréquente en 1944 l'Académie de la Grande Chaumière et se lie notamment avec Paul Rebeyrolle et Bernard Buffet. En 1945, il expose pour la première fois au Salon des Indépendants.

Exposant à partir 1946 à la galerie Maeght, Michel Thompson est membre fondateur du groupe L’Homme témoin en 1948 avec Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, Bernard Buffet, Paul Rebeyrolle, André Minaux et Simone Dat. Ce mouvement prônait le retour aux réalités concrètes de l’existence : « Notre peinture est résolument figurative et s’oppose nettement au courant à la mode qui est la peinture abstraite » professe ainsi le critique d'art Jean Bouret au nom de ces artistes dans le Manifeste de l'homme témoin. il considère que message du peintre (le « beau », le « sacré ») existe dans les choses les plus simples de notre quotidien.

En juin 1952, il est retenu avec Paul Aïzpiri, André Minaux, Paul Rebeyrolle par Raymond Cogniat pour participer à la Biennale de Venise.

Michel Thompson expose ses œuvres au Salon de la jeune peinture de 1950 à 1961, ainsi qu'à l'exposition La Nouvelle Vague (avec François Heaulmé, Paul Rebeyrolle et Jean Pollet) à la galerie Framond en 1955.

En 1968, Michel Thompson entre dans une grande période d’incertitude et ne reprend réellement son œuvre que quelques années plus tard. Il travaille alors sur la matière et la simplification des formes et réduit la réalité à des géométries rectilignes.

Réception critique[modifier | modifier le code]

M.-T. Maugis, dans Arts de juin 1957, écrit : « On peut trouver sans doute que les toiles de Thompson sont trop graphiques, mais c'est justement ce qui en fait son métier. En effet, il arrive à substituer à la perspective traditionnelle, au modelé et sans le recours à un quelconque symbolisme de couleurs, un art qui, par le seul rapport des surfaces et des lignes colorées suggère à la fois l'espace et l'atmosphère. ».

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Thompson, préface de Georges-Emmanuel Clancier, Galerie Artko, Toulouse, 1988.
  • Lydia Harambourg, « Michel Thompson », dans L'École de Paris, 1945-1965, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 1993.
  • Caroline Benzaria, Michel Thompson, préface d'Edgar Morin, Éditions Altamira, Paris, 2006.