Rodolfo Martín Villa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir villa (homonymie).
Rodolfo Martín Villa
Image illustrative de l'article Rodolfo Martín Villa
Fonctions
1er vice-président
du gouvernement espagnol
Président du gouvernement Leopoldo Calvo Sotelo
Gouvernement Calvo-Sotelo
Prédécesseur Aucun
Successeur Juan Antonio García Díez
Ministres de l'Administration territoriale
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Leopoldo Calvo Sotelo
Gouvernement Suárez III
Calvo-Sotelo
Prédécesseur José Pedro Pérez-Llorca
Successeur Rafael Arias-Salgado
Ministres de l'Intérieur
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Gouvernement Suárez I et II
Prédécesseur Manuel Fraga
Successeur Antonio Ibáñez Freire
Ministre des Relations syndicales
Président du gouvernement Carlos Arias Navarro
Gouvernement Arias Navarro III
Prédécesseur Alejandro Fernández Sordo
Successeur Enrique de la Mata (en)
Biographie
Nom de naissance Rodolfo Martín Villa
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Santa María del Páramo
(Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique UCD (1977-1983)
PDP (1983-1989)
PP (depuis 1989)
Profession Entrepreneur

Rodolfo Martín Villa Rodolfo Martín Villa
Premiers vice-présidents
du gouvernement d'Espagne

Ministres de la Politique territoriale d'Espagne
Ministres de l'Intérieur d'Espagne

Rodolfo Martín Villa (né le 3 octobre 1934 à Santa María del Páramo, dans la province de León) est un homme politique et entrepreneur espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il a étudié le génie industriel à l'université complutense de Madrid et appartient au Corps des inspecteurs des finances de l'État. Il entre alors dans le Syndicat vertical, au sein duquel il occupera diverses fonctions.

Sous le régime franquiste[modifier | modifier le code]

Nommé chef national du Sindicato Español Universitario en 1962, il conserve ce poste deux ans puis devient président du Syndicat du papier, de la presse et des arts graphiques entre 1964 et 1965. Cette même année, il est désigné délégué provincial des syndicats dans la province de Barcelone, puis directeur général des Industries textiles du ministère de l'Industrie en 1966. En novembre 1969, il devient secrétaire général de l'Organisation syndicale (qui a succédé aux Syndicats verticaux) et conserve cette fonction pendant cinq ans.

Devenu Gouverneur civil et chef provincial du Mouvement national de Barcelone en 1974, il est nommé, en , ministre des Relations syndicales par Carlos Arias Navarro, sous le premier gouvernement de la monarchie.

Ministre de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1979, il est ministre de l'Intérieur dans les gouvernements d'Adolfo Suárez, devenant ce de fait l'un des personnages-clés de la Transition démocratique espagnole. Dans le même temps, il adhère à l'Union du centre démocratique, le parti centriste désormais au pouvoir. Il est alors inscrit sur le quota des indépendants, un terme utilisé pour désigner les anciens cadres du régime de Franco.

Nommé au Sénat par Juan Carlos Ier en 1977, il est élu représentant de la province de León au Congrès des députés à l'occasion des législatives de 1979. Il quitte le ministère de l'Intérieur et prend la présidence de la commission parlementaire de l'Industrie et de l'Énergie.

Vice-président du gouvernement[modifier | modifier le code]

Cependant, il est rappelé par Suárez au poste de ministre de l'Administration territoriale dans son troisième gouvernement à l'occasion du remaniement ministériel du 9 septembre 1980. Confirmé dans ses fonctions le au sein du nouveau gouvernement conduit par Leopoldo Calvo-Sotelo, il les abandonne dès le 2 décembre pour devenir premier vice-président du gouvernement.

Il quitte l'exécutif en , soit peu de temps avant le triomphe des socialistes aux élections législatives anticipées du 28 octobre 1982. À cette occasion, il est réélu député de León et fait partie des onze parlementaires que conserve l'UCD.

De l'UCD au PP[modifier | modifier le code]

Après la dissolution de l'UCD en 1983, il décide de rejoindre le Parti démocrate populaire (PDP). Il n'est pas réélu au Congrès en 1986. Trois ans plus tard, le PDP rejoint le Parti populaire (PP). Il retrouve peu après un siège de député dans la circonscription de Madrid. À la suite de la victoire du PP en 1996, il devient président de la commission de la Justice et de l'Intérieur.

Il démissionne cependant du Congrès en et met fin à sa carrière politique.

Après la politique[modifier | modifier le code]

Il est mandaté par le second gouvernement de José María Aznar pour enquêter sur la marée noire causée par le naufrage du pétrolier Prestige. Il a également été président de diverses entreprises, parmi lesquelles Endesa entre 1997 et 2000 (il est en depuis le Président d'honneur). Il est actuellement président de la société Sogecable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]