Juan José Rosón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan José Rosón
Image illustrative de l'article Juan José Rosón
Fonctions
Ministre espagnol de l'Intérieur

(2 ans 6 mois et 29 jours)
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Leopoldo Calvo-Sotelo
Gouvernement Suárez III
Calvo-Sotelo
Prédécesseur Antonio Ibáñez Freire
Successeur José Barrionuevo
Biographie
Nom de naissance Juan José Rosón Pérez
Date de naissance
Lieu de naissance Becerreá (Espagne)
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Parti politique UCD
Diplômé de Université de Madrid
Profession Journaliste

Juan José Rosón
Ministres de l'Intérieur d'Espagne

Juan José Rosón Pérez, né le à Becerreá et mort le à Madrid, est un homme politique espagnol membre de l'Union du centre démocratique (UCD).

Il est gouverneur civil de la province de Madrid entre 1976 et 1980, et ministre de l'Intérieur de 1980 à 1982.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Il étudie les sciences économiques et les sciences politiques à l'université de Madrid. Il occupe ensuite un poste de professeur à l'École officielle de radiodiffusion et de télévision (EORT). En 1962, il est nommé pour deux ans secrétaire général du syndicat étudiant universitaire (SEU).

Un long parcours journalistique[modifier | modifier le code]

Il devient en 1964 directeur de la coordination et secrétaire général de la Télévision espagnole (TVE). Membre du conseil d'administration de l'EFE entre 1968 et 1969, il est porté en 1970 à la direction du syndicat national du spectacle.

Le , Juan José Rosón est nommé directeur général de la Radio-télévision espagnole (RTVE). Il est relevé de son poste au bout de trois mois seulement.

Passage en politique[modifier | modifier le code]

Il est choisi le pour occuper le poste de gouverneur civil de la province de Madrid, et déclare dans son discours de prise de fonction au palais de La Moncloa que « il faut faire de Madrid une ville avec son autonomie et ses personnalités propres »[1].

À l'occasion du remaniement ministériel du 3 mai 1980, Juan José Rosón est désigné ministre de l'Intérieur, à la suite du refus exprimé deux fois par le général de police José Antonio Sáenz de Santa María et au changement de destination de Salvador Sánchez-Terán[2].

Reconduit le par Leopoldo Calvo-Sotelo, il s'oppose au mois de juin suivant au ministre des Affaires étrangères, José Pedro Pérez-Llorca pour la présidence de la fédération de l'UCD dans la province de Madrid[3]. Finalement, il s'accorde avec son adversaire et les deux appuient Miguel Doménech au cours de l'assemblée provinciale de juillet[4].

Au mois de , son nom est évoqué pour occuper la troisième place de la liste de l'UCD dans la circonscription de Madrid pour les élections législatives anticipées du 28 octobre 1982, ce qui irait à l'encontre de la volonté exprimée par Antonio Garrigues, chef du Parti démocrate-libéral[5]. Finalement, il est bien investi à cette position, après Landelino Lavilla et Calvo-Sotelo[6]. Le résultat final donne aux centristes un mandat, ce qui l'amène à quitter le jeu politique.

Hospitalisé une semaine en pour une insuffisance respiratoire[7], il meurt d'un cancer du poumon le , à l'âge de 53 ans[8].

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Marié et père de quatre enfants, il est le frère cadet d'Antonio Rosón, président pré-autonome de la Galice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]