Espieilh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Espieilh
Espieilh
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton La Vallée de l'Arros et des Baïses
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses
Maire
Mandat
Gilbert Fourcade
2014-2020
Code postal 65130
Code commune 65167
Démographie
Gentilé Espieilhois
Population
municipale
26 hab. (2016 en diminution de 13,33 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 38″ nord, 0° 14′ 38″ est
Altitude 455 m
Min. 360 m
Max. 568 m
Superficie 2,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Espieilh

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Espieilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Espieilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Espieilh

Espieilh est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Espieilhois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Espieilh dans les Hautes-Pyrénées
Localisation d'Espieilh dans le département des Hautes-Pyrénées.

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune de Bigorre fait partie des Baronnies des Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Espieilh et des proches communes.
Communes limitrophes d’Espieilh[1]
Bettes Bourg-de-Bigorre
Espieilh
Esconnets

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Esquéda, affluent de rive gauche de l’Arros, traverse la commune du sud au nord et forme la limite est avec la commune de Bourg-de-Bigorre.
Le ruisseau du Bidaudos, affluent de rive gauche de l’Arros, traverse la commune du sud au nord et forme une partie de la limite ouest avec la commune de Bettes.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 26[2].
Parmi ces logements, 45.8 % sont des résidences principales, 40.6 % des résidences secondaires 13.5 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

  • d’Esphel, (1300, enquête Bigorre) ;
  • De Aspielh, (1313, Debita regi Navarre) ;
  • De Aspieilh, (1342, pouillé de Tarbes) ;
  • de Aspilh, (1379, procuration Tarbes) ;
  • Aspieilh, (1760, Larcher, pouillé de Tarbes) ;
  • Espieilh, (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Étymologie : du gascon ancien espelh (= poste de guet, du latin speculum) devenu espielh par attraction de espiar.

Nom occitan : Espielh.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monographie[modifier | modifier le code]

Cadastre d'Espieilh[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien d'Espieilh est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2008 Rémi Fourcade    
2008 en cours Gilbert Fourcade    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Sénéchaussée de Toulouse, élection de Nébouzan, viguerie de Mauvezin, canton de Bagnères-de-Bigorre , de Bourg (1790), de Lannemezan (depuis 1801)[6].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Espieilh appartient à la communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses créée en janvier 2017 et qui réunit 57 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9]. En 2016, la commune comptait 26 habitants[Note 1], en diminution de 13,33 % par rapport à 2011 (Hautes-Pyrénées : -0,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
856796108117126132136150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
132112115107121135134132124
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11210490908580736275
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
706951514445363533
2013 2016 - - - - - - -
2626-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Insee : Rapport statistique communal pour la ville d' Espieilh
  3. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Monographie d'Espieilh en 1887
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d'Espieilh en 1830
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  7. « Liste des juridictions compétentes pour Espieilh », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017).