Sinzos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sinzos
Sinzos
Paysage dans les environs du village de Sinzos
Blason de Sinzos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Val d'Arros
Maire
Mandat
Didier Lacassagne
2020-2026
Code postal 65190
Code commune 65426
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2018 en diminution de 8,84 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 07″ nord, 0° 13′ 02″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 381 m
Superficie 4,11 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tarbes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Vallée de l'Arros et des Baïses
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Sinzos
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Sinzos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sinzos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sinzos

Sinzos est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du bourg.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Sinzos se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 12 km à vol d'oiseau de Tarbes[2], préfecture du département, et à 4 km de Tournay[3], bureau centralisateur du canton de la Vallée de l'Arros et des Baïses dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Tournay[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Gonez (1,7 km), Bordes (1,8 km), Moulédous (1,9 km), Lhez (2,2 km), Clarac (2,4 km), Peyraube (2,9 km), Coussan (3,0 km), Goudon (3,1 km).

Sur le plan historique et culturel, Sinzos fait partie de l’ancien comté de Bigorre, comté historique des Pyrénées françaises et de Gascogne créé au IXe siècle puis rattaché au domaine royal en 1302, inclus ensuite au comté de Foix en 1425 puis une nouvelle fois rattaché au royaume de France en 1607. La commune est dans le pays de Tarbes et de la Haute Bigorre[5].

Carte de la commune de Sinzos et des proches communes.
Communes limitrophes de Sinzos[6]
Laslades Gonez Moulédous
Lansac Sinzos Clarac
(sur 100 m)
Lespouey Bordes

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de l'Adour, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par l'Arrêt-Darré et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 5 km de longueur totale[8],[Carte 1].

L'Arrêt-Darré, d'une longueur totale de 25,5 km, prend sa source dans la commune de Pouzac et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans l'Arros à Goudon, après avoir traversé 23 communes[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré de type océanique dû à l'influence proche de l'océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Données climatiques à Sinzos.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[10].


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 2] est recensée sur la commune[11] : les « coteaux de Haget à Lhez » (4 261 ha), couvrant 32 communes dont quatre dans le Gers et 28 dans les Hautes-Pyrénées[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sinzos est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tarbes, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 153 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35 %), terres arables (25,9 %), zones agricoles hétérogènes (23,4 %), prairies (9,8 %), eaux continentales[Note 5] (5,8 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 70[19].
Parmi ces logements, 85,0 % sont des résidences principales, 5,5 % des résidences secondaires et 9,5 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les routes départementales D 14 et D 514.

Toponymie[modifier | modifier le code]

65 HP 00 8861.jpg
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Sinzos au nord-ouest de Tournay.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[20] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Sindòu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Sinzos provient d'une source réputée bénéfique pour les maladies des os (« saints os »). Il s'agit du ruisseau Souric, évoqué sur le blason, qui coule dans la zone du Couret.
Le château de Boucarez (aujourd'hui disparu), appartenait aux seigneurs de Boucarez, de la famille des Seigneurs d'Angos, une branche de la maison des vicomtes de Lomagne.
Leurs armes étaient d'or, à trois corneilles de sable, becquées et membrées de gueules et un fer de lance au milieu de l'écu.

  • Source : Ludovic Lalanne, Dictionnaire historique de France, 1872[21].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les habitants de chaque village avait un sobriquet (en patois bien sûr) donné par ceux des villages voisins. Celui des habitants de Sinzos évoque un caractère assez renfermé: en effet leurs voisins les avaient surnommés : « Ets cucos » (les blattes) ou « Ets rucats » (les recroquevillés, les cachés).
On en avait même fait une formulette : « Quan la cuco s'arruco, sanctus, amen... » (Quand la blatte se recroqueville, sanctus, amen...).

  • Source : Norbert Rosapelly, 1910. Pour en savoir plus sur les autres sobriquets des villageois des Hautes-Pyrénées[22].

Pourtant, dans les années 1830, dans le contexte de la "Petite Révolution", la paroisse de Sinzos était sensible à un vent de liberté soufflé par une tentative de réforme religieuse : celle de monseigneur Chatel, fondateur de l’Église catholique française, indépendante de Rome. Celui-ci prêchait la liberté en religion. Ses positions novatrices comprenaient la permission du mariage pour les prêtres. Celui de Sinzos à l'époque a fait partie de cette Église. On ignore son nom ou s'il s'est marié. Plus de détails sur ce mouvement[23].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Comme le suggère le blason, les bois de Sinzos sont connus localement pour fournir une grande quantité de champignons (cèpes, tête-noire, girolles...). Aussi, dans les années 1990 a eu lieu ce que les journaux locaux ont qualifié de « Guerre des Champignons ». En effet, une année particulièrement favorable à la collecte attira par dizaines les cueilleurs « non autochtones ». Ceci ne fut pas du goût des habitants, en particulier des propriétaires terriens à qui appartiennent une grande partie des forêts. Ces derniers, excédés par des actes de vandalisme du style rupture de barbelés laissant échapper les animaux, se sont livrés à une traque des cueilleurs « indésirables » et à des actes de sabotages (pneus crevés, arbres mis en travers des routes, dépôt de lisier de porc sur les véhicules...). Depuis, l'accès aux bois de Sinzos est réglementé et seulement autorisé aux riverains.

Cadastre napoléonien de Sinzos[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Sinzos est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2016.
Le foyer rural en 2016.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1993 mars 1999 Robert Mailhe   Maire
mars 1999 mars 2005 Jean Bernard Barrère   Maire
mars 2005 en cours Didier Lacassagne   Maire

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de Tarbes, canton de Tournay (depuis 1790)[25].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sinzos appartient à la communauté de communes des Coteaux du Val d'Arros créée en et qui réunit 54 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Le ramassage des ordures ménagères est réalisé depuis la fin de la décennie 1980. Avant cela la plupart des habitants procédait à l'incinération ou la mise en décharge sauvage de leurs déchets. Le village possède également le gaz de ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[28].

En 2018, la commune comptait 134 habitants[Note 6], en diminution de 8,84 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,14 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
98147294235247266282283292
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
279268276246260236207185190
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
172169149135128118114125117
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
108102113117124136138139147
2018 - - - - - - - -
134--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[31].

L'école, située en plein cœur du village a proposé une classe unique (du CP au CM2) jusqu'à la rentrée 1990. En effet cette année-là, pour pallier un manque d'élèves, elle dut se regrouper avec des écoles de communes voisines (Peyraube et Mouledous). Un regroupement a vu le jour avec une organisation par niveau, les « petits » débutant à Moulédous, les « moyens » se retrouvant à Peyraube et les « grands » préparant l'entrée en 6e à Sinzos. Depuis, la démographie ayant évolué, l'école comporte une vingtaine d'élèves à chaque rentrée.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête du village : weekend du 11-Novembre, ainsi qu'une fête estivale (mi-juillet).

Sports[modifier | modifier le code]

Une randonnée balisée au départ de Sinzos : « le cassoulet » (petit chêne)[32].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village de Sinzos ne possède pas à proprement parler de commerce. Néanmoins passe trois fois par semaine un service de boulangerie ambulant. La proximité des villages de Bordes (épicerie-café-presse-poste) et de Tournay (tous commerces + supermarché) fait qu'en aucun cas ce village ne paraît isolé.
Il existe plusieurs gîtes ruraux.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le village de Sinzos, par ses bois et son charme campagnard, est un site propice aux balades.

À proximité des bois de Sinzos se trouve le lac de l'Arrêt-Darré, retenue collinaire de plus de deux kilomètres de long qui permet de s'adonner à des promenades le long des berges (environ 10 km, entre bois et prairies).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Françoise Pawlak, artiste-peintre, a vécu pendant 10 ans à Sinzos[33].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la fasce ondée d'azur, accompagnée en chef de deux fleurs de lys d'argent* et en pointe d'un cèpe au naturel sur une terrasse de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Sinzos » sur Géoportail (consulté le 4 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Sinzos », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Sinzos et Tarbes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Sinzos et Tournay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Sinzos », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 287-289.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Sinzos », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  9. Sandre, « l'Arrêt-Darré »
  10. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  11. « Liste des ZNIEFF de la commune de Sinzos », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF les « coteaux de Haget à Lhez » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Tarbes », sur insee.fr (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Sinzos
  20. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307)..
  21. Lalanne/dict France V1, 1030 p. (ISBN 978-0-8337-1983-6, lire en ligne), p. 78.
  22. Sobriquets & Dictons
  23. L'Église Catholique Française de Monseigneur Chatel
  24. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Sinzos en 1824
  25. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  26. « Liste des juridictions compétentes pour Sinzos », sur le site du ministère de la Justice (consulté le )
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  32. randonnée
  33. Françoise Pawlak