Embuscade d'Aguel'hoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Bataille d'Aguel'hoc ou Attaque d'Aguel'hoc.
Embuscade d'Aguel'hoc

Informations générales
Date
Lieu Près d'Aguel'hoc
Issue Indécise
Belligérants
Flag of the United Nations.svg MINUSMA ShababFlag.svg Ansar Dine
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
6 morts[1],[2]
2 blessés[1],[2]
inconnues

Guerre du Mali

Coordonnées 19° 27′ 54″ nord, 0° 51′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

[[Fichier:|280px|(Voir situation sur carte : Monde)|class=noviewer]]
Embuscade d'Aguel'hoc

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Embuscade d'Aguel'hoc

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Embuscade d'Aguel'hoc

L'embuscade d'Aguel'hoc a lieu le , lors de la guerre du Mali.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 18 mai 2016, un convoi de casques bleus tchadiens de la MINUSMA tombe dans une embuscade au nord d'Aguel'hoc, alors qu'ils escortaient un convoi logistique[1],[3]. L'attaque commence par l'explosion d'une mine, qui tue quatre soldats d'un coup[3]. Des djihadistes embusqués sur les côtés ouest et est de la route ouvrent ensuite le feu sur le convoi, tandis que les soldats tchadiens répliquent[3].

Les assaillants finissent par décrocher ; un avion de la MINUSMA survole la zone des combats pendant la nuit, tandis que les soldats tchadiens mènent des patrouilles le lendemain dans le même secteur[3].

Revendication[modifier | modifier le code]

L'attaque est revendiquée le 19 mai par Ansar Dine, dans un communiqué rédigé par Nourredine Ag Mohamed ; ce dernier déclare : « De nombreux ennemis sont restés couchés pour toujours », mais ne donne aucun bilan chiffré[3].

Les pertes[modifier | modifier le code]

La MINUSMA annonce le 19 mai que cinq soldats tchadiens ont été tués et trois autres blessés[1],[3]. Cependant un des blessés succombe le 24 mai, faisant passer le bilan à six morts[2].

Trois personnes sont arrêtées par les militaires tchadiens mais l'un d'eux, un berger touareg, meurt le 19 mai, quelques heures après son interpellation[1]. Les deux autres suspects, un fils et un parent du berger, sont relâchés[1].

Références[modifier | modifier le code]