Bataille de Tabankort (2015)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Tabankort
Informations générales
Date 16 -
Lieu Tabankort, près d'Anéfis
Issue Victoire des loyalistes et de la MINUSMA
Belligérants
Plateforme

Flag of the United Nations.svg MINUSMA

CMADrapeau.JPG CMA
Forces en présence
inconnues
Drapeau des Pays-Bas
1 hélicoptère AH-64 Apache[1]
inconnues
Pertes
5 morts
(selon les loyalistes)[2]
11 morts
21 blessés
(selon les rebelles)[3]

26 morts
(selon les loyalistes)[2]

Guerre du Mali

Coordonnées 17° 43′ 46″ nord, 0° 12′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Bataille de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Bataille de Tabankort

La deuxième bataille de Tabankort se déroule du 16 au lors de la guerre du Mali. Elle oppose les groupes loyalistes de la Palteforme aux groupes rebelles de la CMA pour le contrôle de la localité de Tabankort.

Prélude[modifier | modifier le code]

Six mois après les premiers combats à Anéfis et Tabanfort, la situation reste tendue entre les loyalistes et les rebelles. Les premiers occupent la bourgade de Tabankort tandis que les seconds restent basés à Anéfis[4]. Les deux camps s'accusent mutuellement de pillages et d'exactions[5]

Le 17 janvier, la Coordination des mouvements de l'Azawad annonce avoir décidé « d'engager une opération d'envergure visant à démanteler » les milices loyalistes[6].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 16 et le 17 janvier, des escarmouches opposent loyalistes et rebelles à Tabankort, les échanges de tirs ne font cependant pas de victimes[7],[8]. Le 19, les rebelles maintiennent leurs forces près de la localité et demandent à la MINUSMA de se retirer, ce qu'elle refuse[9].

Le 20 janvier, un incident oppose les casques bleus aux rebelles ; un hélicoptère néerlandais de la MINUSMA intervient près de Tabankort et tire au moins six missiles sur un véhicule du MNLA qui transportait de armes lourdes[10],[11],[1]. La MINUSMA déclare dans un communiqué avoir été « contrainte de recourir à la force en réponse à des tirs directs à l'arme lourde sur ses Casques bleus » et précise avoir procédé à des tirs de sommation mais sans résultat[12]. De son côté la coordination des Mouvements de l'Azawad, nie avoir ouvert le feu sur les positions des casques bleus et accuse les forces de l'ONU d'« absence de neutralité », elle déclare « suspendre toute collaboration sur le plan sécuritaire avec la MINUSMA » mais affirme demeurer « attachée au respect du cessez-le-feu »[13],[14].

Le même jour, des combats ont également lieu pendant plusieurs heures entre les rebelles et les loyalistes[15].

Le 21 janvier, à Kidal, 200 manifestants, principalement des femmes et des enfants, occupent l'aéroport de la ville. Les casques bleus sont attaqués à coups de pierres et se replient dans leur camp[16]. La situation s'apaise le lendemain, les soldats de la MINUSMA ne sortent pas de leur camp et les chefs coutumiers appellent au calme[17].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, la coordination des Mouvements de l'Azawad affirme que selon un bilan provisoire, les tirs de la MINUSMA ont causé la mort d'au moins cinq de ses hommes et fait une vingtaine de blessés[7]. Le 21 janvier, les victimes sont ramenées à Kidal, RFI rapporte que selon un responsable de la ville, le bilan est de 11 morts et 21 blessés du côté des groupes armés rebelles[3].

De son côté, la Plateforme des groupes armés loyalistes affirme avoir perdu 5 combattants et 2 véhicules, et enregistré 26 corps pour les rebelles[2]. Par la suite elle revendique également la destruction de 14 véhicules rebelles et deux BRDM-2[18].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier, la MINUSMA et les rebelles concluent un accord pour l'établissement d'une zone temporaire de sécurité, large de 10 kilomètres et située entre Anéfis et Almoustarat. La zone demeure contrôlée par les forces de l'ONU et le port d'armes y est interdit aux combattants des groupes armés[19],[20],[21],[22],[23],[24]. Cet accord est dénoncé par au moins un millier d'habitants de Gao qui manifestent violemment contre la MINUSMA le 27, des casques bleus rwandais ouvrent le feu, tuent trois manifestants et en blessent quatre autres[25],[26],[27],[28],[29],[30]. Le 28, la MINUSMA annonce retirer son projet de sécurisation à Tabankort[31]. Le 29, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta se rend à Gao[32].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Opex 360 : Mali : Les hélicoptères Apache néerlandais sont intervenus contre un groupe armé à Tabankort
  2. a, b et c L'Indicateur du Renouveau : Affrontements de Tabankort : La Plateforme des groupes armés s’insurge contre la Minusma
  3. a et b RFI : Mali : manifestation de colère à Kidal
  4. Dakana : MALI: sur la route d'Anefis, foyer de tensions régionales (Reportage)
  5. MNLAMOV : Coordination des Mouvements de l’Azawad, 16 janvier 2015.
  6. MNLAMOV : Coordination des Mouvements de l’Azawad, 17 janvier 2015.
  7. a et b RFI : Mali: combats pour le contrôle de la localité stratégique de Tabankort
  8. Malijet : Nord du Mali : des violents combats en cours entre les groupes armés à Tabancor
  9. RFI : Mali: la CMA demande le départ de l’ONU avant de prendre Tabankort
  10. RFI : Mali: la Minusma détruit un véhicule des rebelles, au moins 5 morts
  11. Sahélien : Mali : 4 morts dans un raid de la MINUSMA sur une position du MNLA au nord de Gao
  12. MINUSMA : La MINUSMA contrainte de faire usage de la force aujourd’hui à Tabankort
  13. MNLAMOV : Quand la Minusma bombarde la coordination
  14. Reuters : Les soldats néerlandais de l'Onu bombardent des rebelles au Mali
  15. Le Progrès : Le MNLA et alliés ont attaqué hier Gao : 26 morts et des blessés parmi les assaillants
  16. Le Figaro : Manifestation contre l'Onu au nord du Mali
  17. RFI : Mali: un calme précaire règne sur Kidal
  18. Le Témoin : Goundam : Le commandant de brigade de la gendarmerie abattu par des assaillants
  19. Malijet : Accord pour l’établissement d'une zone temporaire de sécurité entre la MINUSMA et MNLA
  20. Malijet : Communiqué - Mise au point de la MINUSMA
  21. L'Indicateur du Renouveau : Nord du Mali : L’UA condamne le comportement « inacceptable » des mouvements armés
  22. Reuters : Les rebelles touaregs du Mali menacent de rompre les pourparlers
  23. Nouvel Horizon : Suite aux accrochages entre le Mnla et la Minusma à Tanbakort : Les rebelles demandent « les excuses officielles et des indemnités »
  24. Le Figaro : Au Mali, les groupes touaregs s'entredéchirent
  25. AFP : Mali : trois morts dans une manifestation à Gao contre la Minusma
  26. RFI : Mali: une manifestation à Gao contre la Minusma tourne mal
  27. L'Indicateur du Renouveau : Situation explosive à GAO : La population demande le départ du bataillon rwandais
  28. Soir de Bamako : Marche de protestation contre l’établissement d’une "zone temporraire de sécurité": Qui a tiré sur les manifestants à Gao ?Deux responsables de la Minusma se contredisent
  29. RFI : Manifestants tués à Gao: une «bavure» de la Minusma
  30. RFI : Mali: des casques bleus responsables de la mort de trois manifestants
  31. MINUSMA : COMMUNIQUE - La MINUSMA annonce le retrait de son projet de sécurisation à Tabankort
  32. RFI : Mali: visite surprise du président IBK à Gao