Combat de Teghboubinene et In Arab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Combat de Teghboubinene et In Arab

Informations générales
Date 29 -
Lieu Timétrine
Issue Victoire du MLNA
Belligérants
MNLA flag.svg MNLAShababFlag.svg Les Signataires par le sang
Commandants
Abou Haq Younousse †
Forces en présence
inconnues~ 20 hommes
(selon le MNLA)[1]
Pertes
5 morts
4 blessés
(selon le MNLA)[1]
17 morts
1 prisonnier
(selon le MNLA)[2],[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 19° 28′ 04″ nord, 0° 40′ 33″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Teghboubinene et In Arab

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Teghboubinene et In Arab

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Teghboubinene et In Arab

Le combat de Teghboubinene et In Arab a lieu les 29 et lors de la guerre du Mali.

Prélude[modifier | modifier le code]

Vers la fin mars 2013, quelques accrochages ont lieu entre des combattants du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et des groupes djihadistes. Une première escarmouche éclate le 24 mars 2013, vers 17 heures de l'après-midi, lorsqu'une patrouille du MNLA rencontre un groupe d'islamiste du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) à Tin Tabanawt, au nord de Bourem. Selon le communiqué du porte-parole du MNLA, Mossa Ag Attaher, un combattant du MUJAO est tué lors du combat, et un véhicule est capturé. Il n'est fait mention d'aucune perte pour le MNLA[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Combat du 29 mars à Teghboubinene[modifier | modifier le code]

Le , un combat plus important oppose les forces du MNLA aux rebelles salafistes, près d'Anéfif. Selon le communiqué officiel de Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA à Kidal, l'affrontement dure toute la journée, deux combattants du MNLA sont tués et quatre légèrement blessés, tandis que les pertes du MUJAO sont de 5 tués et 1 prisonnier [2].

Selon un autre responsable du MNLA, Mohamed Ibrahim Ag Assaleh, contacté par l'AFP à Ouagadougou, au Burkina Faso, le combat livré entre Anéfif et Tarkint, a fait quatre morts et deux blessés, dans les rangs des autonomistes touaregs tandis que du côté des islamistes cinq sont morts, dont trois Algériens, un Mauritanien et un Arabe malien, et un prisonnier, un Touareg malien de 17 ans. Il affirme également que les jihadistes faisaient partie du mouvement des Signataires par le sang[4].

Selon une source sécuritaire régionale malienne de l'AFP, jointe depuis Bamako, un combat a eu lieu à Almoustarat le 29 mars, entre Anéfif et Bourem, et aurait fait 20 morts, du côté du MNLA et deux, chez les islamistes[4].

Combat du 30 mars à In Arab[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 2013, à In Arab, au Nord-Ouest de Timitrene, un combat oppose le MNLA aux Signataires par le sang. Selon le communiqué du MNLA publié par Mossa Ag Attaher à Kidal, l'affrontement débute dans l'après-midi du lendemain du combat de Teghboubinene. Le groupe islamiste, commandé par Abou Haq Younousse, est « démantelé dans sa totalité ». L'ensemble des combats du 29 et du 30 mars, a fait 5 morts et 4 blessés pour le MNLA contre 17 islamistes tués, et leurs quatre véhicules ont été détruits. L'affrontement du 29 mars, à Teghboubinene, avait 2 morts chez le MNLA, 5 pour le MUJAO, selon un précédent communiqué[1].

Références[modifier | modifier le code]