Attaque de Bintagoungou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Attaque de Bintagoungou

Informations générales
Date
Lieu Bintagoungou
Issue Victoire des djihadistes
Belligérants
Drapeau du Mali MaliShababFlag.svg Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
5 morts[1]
8 blessés[1]
4 disparus[1]
8 véhicules détruits[1]
1 véhicule capturé
1 mort[2]

Guerre du Mali

Coordonnées 16° 44′ 17″ nord, 3° 43′ 55″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Attaque de Bintagoungou

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Attaque de Bintagoungou

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Attaque de Bintagoungou

L'attaque de Bintagoungou a lieu le a lieu pendant la guerre du Mali.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , un camp militaire de l'armée malienne est attaqué vers 5 heures du matin à Bintagoungou, à l'ouest de Tombouctou[3],[1]. Les djihadistes arrivent sur les lieux avec trois pick-up qu'il arrêtent cependant en périphérie pour progresser silencieusement à pied vers le camp[1]. Une sentinelle est tuée par arme blanche[1]. L'assaut est ensuite donné : le camp est investi par les assaillants et les soldats mis en fuite[1]. Le magasin de munitions du camp est incendié, huit véhicules de l’armée sont brûlés et un autre est emporté[3],[1].

Des renforts venus de Goundam réinvestissent la zone vers huit heures du matin, mais les djihadistes se sont repliés[1].

Les pertes[modifier | modifier le code]

L'armée malienne annonce dans un communiqué publié le jour même de l'attaque que cinq soldats ont trouvé la mort lors des affrontements, huit autres sont blessés et neuf véhicules sont perdus[3],[1]. Les blessés sont évacués vers Tombouctou par un hélicoptère de la MINUSMA[1]. Quatre autres soldats seraient également portés disparus selon une source sécuritaire régionale de RFI[1].

L'attaque est revendiquée le 21 juin par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans qui affirme s'être emparé de plusieurs véhicules et indique avoir perdu un homme[2].

Références[modifier | modifier le code]