Combat de Nara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Nara
Informations générales
Date
Lieu Nara
Issue Victoire malienne
Belligérants
Drapeau du Mali Mali ShababFlag.svg Ansar Dine
Commandants
Abou Yehiya
Forces en présence
inconnues inconnues
Pertes
3 morts[1] 7 à 9 morts[2],[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 15° 18′ 00″ nord, 7° 28′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Nara

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Nara

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Nara

Le combat de Nara a lieu le pendant la guerre du Mali. Il oppose l'armée malienne aux djihadistes d'Ansar Dine qui mènent une attaque contre la petite ville de Nara.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le matin du , des djihadistes attaquent Nara, une petite ville située près de la frontière mauritanienne, à quelques dizaines de kilomètres de la forêt de Wagadou, connue pour être un ancien repaire d'AQMI[3].

Venus à bords de pick-up et de motos, les assaillants se divisent en deux groupes ; le premier attaque le camp militaire de l'armée malienne, situé à l'ouest, tandis que le deuxième prend le contrôle de la ville sans rencontrer de résistance. Ils auraient également été soutenus par des combattants infiltrés dans la ville quelques jours avant l'attaque. Les combats durent quatre heures mais les djihadistes sont finalement repoussés. Ils se seraient un temps retranchés dans le centre de santé et la mosquée avant de prendre la fuite[3],[4].

Le jour même, l'attaque est revendiquée par Ansar Dine[5],[6]. Des militaires maliens accusent également les Peuls du Front de libération du Macina, une branche d'Ansar Dine active dans le centre du Mali[4],[7]. L'attaque aurait été organisée par leur chef, Mahmoud Barry, dit Abou Yehiya[8]. RFI, indique que selon des témoins, certains assaillants avaient la peau noire et d'autres la peau blanche[3].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Dans la soirée, le Ministre malien de la Défense et des Anciens Combattants déclare que le bilan est de neuf morts du côté des assaillants et de trois tués pour l'armée malienne[9],[1].

Le 5 juillet, Ansar Dine revendique une nouvelle fois l'attaque, il affirme qu'elle a été menée par la katiba « Macina » et reconnait avoir eu sept « martyrs »[2].

Références[modifier | modifier le code]