Combat de la forêt de Foulsaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de la forêt de Foulsaré
Informations générales
Date 29 -
Lieu Forêt de Foulsaré
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France France ShababFlag.svg Ansarul Islam
ShababFlag.svg Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin
Commandants
Ibrahim Malam Dicko
Forces en présence
quelques dizaines d'hommes
2 hélicoptères Tigre[1]
2+ hélicoptères Caïman[1]
2+ avions Mirages 2000[1]
quelques dizaines d'hommes[2]
Pertes
aucune ~ 20 morts ou prisonniers[1]
2 pick-up capturés[1]
20 motos capturées[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 14° 46′ 44″ nord, 1° 08′ 18″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de la forêt de Foulsaré

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de la forêt de Foulsaré

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

(Voir situation sur carte : Burkina Faso)
Combat de la forêt de Foulsaré

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de la forêt de Foulsaré

Le combat de la forêt de Foulsaré a lieu les 29 et pendant la guerre du Mali. L'offensive est baptisée Opération Bayard par l'armée française.

Prélude[modifier | modifier le code]

Entre le 27 mars et le 10 avril, une première opération baptisée « Panga » est menée par 1 300 soldats maliens, burkinabés et français dans la forêt de Foulsaré, aussi appelée forêt de Fhero, au sud de Hombori, à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso[3]. Le 5 avril, un soldat français est tué dans un accrochage revendiqué par le Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10]. En douze jours de fouilles, deux djihadistes sont tués, huit faits prisonniers, et entre plusieurs dizaines et 200 suspects sont arrêtés[3],[11],[12]. Mais les renseignements collectés lors de l'opération Panga permettent à l'armée française de mener une nouvelle attaque quelques semaines plus tard[13]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les , l'armée française lance une opération dans la forêt de Foulsaré, près de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso[1],[14]. Cette zone est considérée comme un sanctuaire du mouvement Ansarul Islam[2],[13],[15]. Le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l'état-major de l'armée française, précise aussi qu'il s'agit d'une zone où le Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin tente de s'implanter et indique que la « possibilité d’alliance de circonstance entre les deux » groupes n'est pas exclue[16].

Un groupe de djihadistes est repéré puis ciblé par des Mirages 2000[1],[17]. Deux hélicoptères Tigre interviennent ensuite, suivis d'hélicoptères Caïman qui déposent un groupe de commandos de montagne de la 27e brigade d'infanterie de montagne[1],[17],[18]. Celui-ci progresse ensuite contre les positions djihadistes pendant la nuit, mais ces derniers décident de prendre la fuite sans opposer de résistance, divisés en petits groupes, et en emportant une partie de leurs morts et de leurs blessés[1],[19]. À la fin de la nuit, des commandos parachutistes et des équipes de déminage sont également héliportées sur place[1].

Au lever du jour, vers 05h30, les soldats français commencent à ratisser la zone[17]. Un nouvel accrochage éclate quelques heures plus tard en fin de matinée, mais une fois encore les djihadistes prennent la fuite sans vraiment combattre[1]. Après avoir fouillé la zone, les Français se retirent en fin de journée[1].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'armée française, près d'une vingtaine de « terroristes » ont été mis hors de combat, tués ou capturés selon le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l'état-major[1],[17],[13]. De plus, 20 motos et deux pick-up sont saisis, ainsi que des armes, des munitions, du matériel informatique et des composants utilisés pour la fabrication d'engins explosifs[1].

Ibrahim Malam Dicko, le chef d'Ansarul Islam, aurait été présent dans la forêt de Foulsaré au moment de l'Opération Bayard[19]. Visé avec sa garde rapprochée par un hélicoptère français au cours de la nuit, il serait parvenu à fuir, mais affaibli par son diabète, il aurait succombé quelques jours plus tard[19]. En juillet 2017, Jeune Afrique indique que selon des sources sécuritaires burkinabées, sa mort est pratiquement certaine[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o La force Barkhane intervient contre des Groupes Armés Terroristes dans la forêt de Foulsaré (Actualisé), Ministère de la Défense, 5 mai 2017.
  2. a et b Laurent Larcher, Au Mali, les Français frappent les islamistes d’Ansarul Islam, La Croix, 1er mai 2017.
  3. a et b Barkhane : opération transfrontalière Panga dans la boucle du Niger élargie, Ministère de la Défense, 14 avril 2017.
  4. Mali: opération anti-terroriste d’envergure à la frontière avec le Burkina Faso, RFI, 6 avril 2017.
  5. Mali: un soldat français tué près de la frontière avec le Burkina Faso, RFI, 6 avril 2017.
  6. Burkina Faso-Mali : Un soldat français tué par des tirs djihadistes près de la forêt Fhero, Nord Sud Journal, 6 avril 2017.
  7. Mali : Nusrat al-Islam revendique la mort du soldat français Julien Barbé, Alakhbar, 7 avril 2017.
  8. Mali: un groupe jihadiste revendique l'attaque fatale à un soldat français, AFP, 7 avril 2017.
  9. Exclusif: Bataille de la forêt de Fhero : Le caporal Julien Barbé est mort au Burkina Faso pas au Mali, Nord Sud Journal, 10 avril 2017.
  10. Mali-Burkina Faso : Les djihadistes montrent aux villageois « l’arme du soldat français tué» près de la forêt Fhero, Nord Sud Journal, 24 avril 2017.
  11. Mali: la force Barkhane indique avoir tué deux terroristes durant une opération, RFI, 16 avril 2017.
  12. Burkina Faso-Mali : Plus de 200 personnes arrêtées et des djihadistes toujours visibles après la bataille de la forêt de Fhero, Nord Sud Journal, 13 avril 2017.
  13. a, b et c Mali: l'armée française «neutralise» une vingtaine de «terroristes», RFI, 2 mai 2017.
  14. Point de situation sur les opérations au 04 mai 2017, Ministère de la Défense, 4 mai 2017.
  15. Au Mali, opération des forces françaises près de la frontière burkinabée, Le Monde, 1er mai 2017.
  16. Mali: l'armée française dresse le bilan de l'opération «Bayard», RFI, 5 mai 2017.
  17. a, b, c et d Mali : une vingtaine de jihadistes tués ou capturés par Barkhane en deux jours, AFP, 30 avril 2017.
  18. Laurent Lagneau, Les forces françaises ont neutralisé une vingtaine de jihadistes au Mali, Opex360, 1er mai 2017.
  19. a, b, c et d Burkina Faso : les derniers jours d’Ibrahim Malam Dicko ?, Jeune Afrique, 12 juillet 2017.