Émile Driant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile Driant
Image illustrative de l'article Émile Driant

Naissance
Neufchâtel-sur-Aisne (Aisne - Drapeau de la France France)
Décès (à 60 ans)
Beaumont-en-Verdunois (Meuse - Drapeau de la France France)
Mort au combat
Origine Drapeau de France Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Chasseur à pied
Grade Lieutenant-colonel
Années de service 1879-19051914-1916
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement Chef de corps du 1er bataillon de chasseurs à pied puis des 56e et 59e bataillons de chasseurs à pied
Faits d'armes Bataille de Verdun : secteur du bois des Caures
Distinctions Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (décret du 13 août 1914).


Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918

Autres fonctions Député de la 3e circonscription de Nancy

Émile, Augustin, Cyprien Driant (Neufchâtel-sur-AisneBeaumont-en-Verdunois) est un officier de carrière français. Gendre du général Boulanger, « Jules Verne militaire[1] » sous le pseudonyme de Danrit ou capitaine Danrit, député de Nancy, il reprend le service au début de la Première Guerre mondiale. Il meurt à Verdun à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs, en février 1916.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le sous-lieutenant Driant à Saint-Cyr.

Émile Driant naît le , à Neufchâtel-sur-Aisne, où son père est notaire et juge de paix. Élève au lycée de Reims[2], il obtient le premier prix d'histoire au Concours général. Contrairement au souhait de son père de le voir lui succéder, Émile désire être soldat, marqué par la défaite de 1871 et le passage des troupes prussiennes. Après avoir obtenu une licence ès-lettres et en droit, il intègre Saint-Cyr à vingt ans, en 1875. Sorti quatrième deux ans plus tard, il entame une carrière militaire des plus méritantes : « petit, mais solide, santé à toute épreuve, très actif et toujours prêt ; monte fort bien à cheval et a un goût très prononcé pour l'équitation, très intelligent a devant lui le plus bel avenir » écrira un de ses supérieurs. À sa sortie, le sous-lieutenant Driant choisit l’infanterie.

En mai 1884, il devient en Afrique officier d’ordonnance du général Georges Boulanger, qui commandait la division d’occupation en Tunisie. Il reste au service du général pendant plusieurs années et le suit aux mêmes fonctions lorsque Boulanger devient ministre de la Guerre en 1886.

Madame É. Driant.

Le , il épouse à Paris Marcelle Boulanger, une des filles du Général Boulanger alors que celui-ci venait juste d’être mis assez brutalement à la retraite au mois de mars précédent. Celui qu’on surnommait le général Revanche après l’humiliation de 1871 achève son parcours par une chute à la mesure de sa popularité. Il se suicidera en septembre 1891, sur la tombe de sa maîtresse.

Fin 1892, Driant prend huit jours d’arrêts pour avoir défendu la mémoire de son beau-père dans Le Figaro.

Nommé chef de bataillon depuis 1896, le commandant Driant est nommé en juillet 1899 chef de corps du 1er bataillon de chasseurs à pied en garnison à Troyes. Il exerce son commandement avec mérite relatent ses subordonnés et la presse locale, et fait du premier bataillon, un bataillon d’élite bientôt connu dans toute l’armée française sous le nom de « Bataillon Driant »[3].

Promis aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire, trois affaires successives lui en enlèvent tout espoir. L’affaire des fiches, en 1904, provoque un scandale. De 1900 à 1904, un système de hiérarchie parallèle illustre la lutte entre le socialisme et la franc-maçonnerie d'un côté et le catholicisme au sein de l’armée. Le ministère avait fait établir pour chaque officier une fiche de renseignements politiques et confessionnels indépendante des notes attribuées par les supérieurs hiérarchiques, bloquant l'avancement des officiers de confession catholique. Émile Driant crée 2 ligues après l’affaire des fiches : la ligue antimaçonnique, ne comprenant que des hommes, et la ligue de Jeanne d'Arc, réservée aux femmes. Ces deux ligues fusionnent en 1906 avec l'Union française antimaçonnique, dirigée par Paul Copin-Albancelli. La nouvelle entité prend alors le nom de Ligue française anti-maçonnique[4]. Mais elle éclate en 1909 et Copin-Albancelli fonde la Ligue de défense nationale contre la franc-maçonnerie[5].

Certes, le général André, ministre de la Guerre, démissionne, mais Driant manifeste haut et fort devant ses officiers son indignation. Il fait aussitôt l’objet d’un rappel à l’ordre de la part du ministre qui, par ailleurs, l’écarte du tableau d’avancement pour l’année suivante.

En 1905, il prend 15 jours d’arrêts simples pour avoir fait publier dans la presse des notes personnelles.

Dernière affaire, la célébration de la bataille de Sidi-Brahim à Troyes débute par une messe à laquelle une partie du bataillon participe librement. Mais en plein climat de séparation des Églises et de l’État, Maurice Berteaux, ministre de la Guerre, demande des explications au général commandant le 20e corps. La presse s’empare de l’incident et publie la réponse de Driant à son supérieur. Quinze jours d’arrêts de rigueur sanctionnent cet écart, après quoi Driant décide de démissionner de l'armée.

Après l’armée, la politique[modifier | modifier le code]

Émile Driant
Image illustrative de l'article Émile Driant
Fonctions
Parlementaire français
1910-1916 (†)
Gouvernement IIIe république
Groupe politique Action libérale
Biographie
Résidence Nancy

Émile Driant dit Capitaine Danrit, quitte l’armée à 50 ans, le . Bien noté mais ayant publiquement pris position sur son institution car défenseur intransigeant de l’armée, ennemi de toute concession faite à l’Allemagne, il se lance sans tarder en politique.

Il est élu aux élections législatives de 1910 dans la troisième circonscription de Nancy, sous l’étiquette de l’Action libérale. Il renouvelle son mandat quatre ans plus tard.
Il consacre ces législatures aux questions militaires comme membre actif de la commission de l’Armée. Ami de Paul Déroulède et de Maurice Barrès, il devient rapidement un des principaux intervenants contre la gauche dans les débats parlementaires portant sur l’armée et la défense.

Assidu aux séances de la Chambre des députés, mêlant le catholicisme social d'Albert de Mun aux idées de Vogüé et de Lavisse, il intervient pour faire voter les crédits militaires et soutient Barthou lors du vote de la « loi de Salut » qui porte à trois ans le service national. Il s'insurge contre le déclassement des places fortes frontalières – il parvient à sauver celle de Lille en 1912 – et s'intéresse avant guerre à la toute récente aéronautique militaire. Driant s'oppose aux thèses de Briand et de Jaurès, s'appuyant sur des exemples tirés des événements de Russie. L'armée doit jouer un rôle essentiel, avant tout comme instrument d'éducation des classes populaires et le cas échéant comme instrument contre-révolutionnaire. C'est le concept de l'armée-école et de l'apostolat social, qui s'inscrit alors dans la mouvance des Dragomirov, Art Roë et Lyautey. Il s'intéresse ainsi aux luttes sociales, dans la mesure où elles peuvent compromettre la Défense nationale. Il soutient le syndicalisme indépendant, dit « jaune », fondé par Pierre Biétry avec l'appui de l'industriel Gaston Japy. Ceux-ci prônent l'association entre le capital-travail et le capital-argent. Les textes de Driant défendent le principe de la liberté par la propriété individuelle, au moyen de la participation progressive des ouvriers au capital des entreprises. Parmi les principaux votes du député Driant, durant la législature 1910-1914, figurent des résolutions telles que la journée de dix heures, les retraites, les libertés syndicales, et diverses mesures d'aide sociale.

Driant devient l’écrivain Danrit[modifier | modifier le code]

Capitaine Danrit
Description de cette image, également commentée ci-après

1909, publication dans le Journal des voyages.

Nom de naissance Émile Driant
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • La Guerre des forteresses (Roman, 1892)
  • Histoire d’une famille de soldats (Roman, 1898)
  • La guerre fatale (Roman, 1898)

Très tôt, encore à l'armée, Émile Driant se lance dans la littérature sous le nom de « capitaine Danrit », anagramme de son nom pour échapper à la censure de ses chefs[6], dans ce genre nouveau du roman d’anticipation dans lequel Jules Verne, le plus célèbre d’entre eux, a ouvert la voie, et qui s’alimente des progrès que connaît l’époque (électricité, moteur à explosion, débuts de l’aviation…)

Driant aborde les thèmes militaires les plus divers en écrivant près de trente romans en vingt-cinq ans, et le succès est au rendez-vous.

Ses récits s'inspirent du modèle vernien de roman d'aventures, mais revu à travers la défaite de Sedan et l'expansionnisme colonial français. La découverte du monde et de ses merveilles devient l'évocation de richesses à puiser ou de menaces à circonscrire ; les machines extraordinaires, qui permettaient, chez Verne, de voyager à travers les airs et les mers, sont désormais avant tout des engins de guerre, pour détruire l'adversaire. Son œuvre est caractéristique du roman d'aventures coloniales de la fin du XIXe siècle à la logique plus spécifique des années précédant la Première Guerre mondiale. Ses écrits, où il accorde une vaste place à l'armée, affirme son goût des grands hommes et sa défiance des parlementaires, sont le reflet d'une opinion publique obsédée par la menace d'une guerre. Ils accompagnent les discours quotidiens de la presse, toujours attentive aux incidents internationaux.

Son premier livre paru en 1892, La Guerre de forteresse, met en avant la valeur stratégique des forts construits sur la frontière est de la France, forts qui préservent le pays d’une attaque surprise et qui, en résistant quelques jours, permettent aux armées françaises de se mobiliser et de rejoindre les frontières. Le fort de Liouville qu’il décrit dans son livre connaîtra effectivement le feu en septembre 1914.

Son deuxième roman, La Guerre en rase campagne, donne un exemple de mobilisation, de transport des troupes par mer et par voie ferrée. Le troisième, La Guerre en ballon, apporte un peu d’apaisement à sa préoccupation majeure qui est la prochaine guerre. Cette trilogie porte le nom générique de La Guerre de demain.

Dans cette œuvre romanesque, Driant exalte sans cesse le service de la France, l’exemple de l’officier, la mission à accomplir. Cette obsession de la guerre se poursuit en 1894, avec La guerre des bicyclettes puis par L’Invasion Noire, où les populations d’Afrique Noire soulevées par les Turcs envahissent l’Europe et ne seront stoppées que par des gaz asphyxiants lâchés des dirigeables français.

Cet état d’esprit inspire des ouvrages plus pédagogiques avec l’Histoire d’une famille de soldats, une trilogie courant de la Révolution à l’époque de l’auteur qu’il écrit à partir de 1898 : Jean Tapin, où il évoque la période de 1792 à 1830, et démontre, au travers de l’histoire d’un jeune tambour, la nécessité de s’instruire pour prétendre commander les hommes. Dans les Filleuls de Napoléon, sous le Second Empire, il souligne le rôle d’éducateur de l’officier, et Petit Marsouin parle de cette armée de la Troisième République en pleine refondation avec la généralisation de la conscription.

En 1898, il échafaude La guerre fatale qui se déroule, d’abord sur les mers contre la perfide Albion (sans-doute influencé par la grave crise diplomatique franco-anglaise liée à l’affaire de Fachoda, et puis pendant la Seconde Guerre des Boers) avec le rôle prédominant du sous-marin. Driant défend et illustre ainsi les thèses de l’Amiral Aube et de la Jeune École.

En 1905, très fortement impressionné par la victoire japonaise sur la flotte russe, lors de la bataille des îles Tsoushima, Driant conçoit L’Invasion jaune où les Japonais soulèvent la masse humaine chinoise et indienne contre l’Europe. Le roman se termine par le succès des armées sino-japonaises sur la meilleure armée européenne, celle de l’empire allemand, entraînant la fin de la prédominance de l’Europe.

À cette époque, il a décrit Les Quatre dangers qui doivent être à l’esprit des Français : l’Angleterre, l’Allemagne, les Jaunes, les Noirs. Sous la pression des évènements, il écrit Les Robinsons sous-marins en 1901, Ordre du Tzar en 1906, Au-dessus du continent noir, Alerte en 1911, et La Guerre souterraine en 1913 avec le pressentiment d’une guerre imminente. Paru en 1910, La Révolution de demain, où il raconte comment la CGT et les socialistes ont pris le pouvoir en France[7], décrit la populace parisienne déchaînée attaquant une caserne et massacrant les soldats désarmés à coups de pavés lancés du haut des toits.

Dans L’Aviateur du Pacifique paru en 1910, il raconte l’histoire d’un génial inventeur français qui invente un aéronef au moteur polycarburant et décide de faire le tour du monde pour prouver aux nations industrialisées la fiabilité de son invention. Quand il arrive au-dessus du Pacifique du côté de Pearl Harbour – Midway attaqué, il ne peut prévenir les États-Unis par radio-télégraphie car les Japonais ont disposé dans le Pacifique une chaîne de chalutiers équipés d’antennes destinées à brouiller les ondes radio.

Ses ouvrages, illustrés le plus souvent par Paul de Sémant ou Georges Dutriac, ont un tel succès qu’ils sont remis lors des distributions des prix en fin d’année scolaire.

En décembre 1915, il brigue le siège d’Albert de Mun à l’Académie française : sa mort, le , arrête sa candidature.

Première Guerre mondiale: l’officier de chasseurs[modifier | modifier le code]

Au Bois des Caures et une voie Decauville.

Député à l’entrée de la guerre, il a 59 ans. Son mandat de député et son âge l’écartent facilement de toute obligation militaire. Cet anglophobe (La Guerre Fatale) demande pourtant à reprendre du service contre l'Allemagne et obtient, le , le commandement des 56e et 59e bataillons de chasseurs à pied. C’est à l’automne 1915 qu’il prend en charge le secteur du bois des Caures, devant Verdun.

Fin 1915, sans préjuger encore d’une attaque sur Verdun qu’on n’imagine pas, Driant alarme les élus, et même le président de la République, sur la très grande insuffisance des moyens de défense de la zone. Le 1er décembre, il en fait état auprès de la Commission de l’Armée de la Chambre. Gallieni, ministre de la Guerre écrit, le 16 suivant, à Joffre, qui prend mal la chose et ne trouve pas autre chose que d’offrir sa démission.

La bataille de Verdun : le bois des Caures[modifier | modifier le code]

Driant s'adresse à ses chasseurs au Bois des Caures.
Combat du Bois des Caures.

À partir de janvier, de nombreux indices annoncent pourtant une offensive prochaine.

Le , à la veille du déclenchement de la bataille de Verdun, le lieutenant-colonel Driant adresse ce dernier courrier à sa femme :

« je ne t'écris que quelques lignes hâtives, car je monte là-haut, encourager tout mon monde, voir les derniers préparatifs ; l'ordre du général Bapst que je t'envoie, la visite de Joffre, hier, prouvent que l'heure est proche et au fond, j'éprouve une satisfaction à voir que je ne me suis pas trompé en annonçant il y a un mois ce qui arrive, par l'ordre du bataillon que je t'ai envoyé. À la grâce de Dieu ! Vois-tu, je ferai de mon mieux et je me sens très calme. J'ai toujours eu une telle chance que j'y crois encore pour cette fois.

Leur assaut peut avoir lieu cette nuit comme il peut encore reculer de plusieurs jours. Mais il est certain. Notre bois aura ses premières tranchées prises dès les premières minutes, car ils y emploieront flammes et gaz. Nous le savons, par un prisonnier de ce matin. Mes pauvres bataillons si épargnés jusqu'ici ! Enfin, eux aussi ont eu de la chance jusqu'à présent… Qui sait ! Mais comme on se sent peu de chose à ces heures là. »

Le , à 7h15, la Ve armée allemande déclenche un orage d’acier d’une puissance inouïe[8]. Les positions de la côte de Brabant, des bois d’Haumont, des Caures, de Ville et de l’Herbevois[9]. Le tir laboure la première et en même temps la deuxième ligne[9]. Des obus à gaz explosent dans les ravins séparant le bois d’Haumont de Vacherauville[9]. Les chasseurs de Driant attendent l’assaut[9].

Au bois des Caures, c’est le 59e Bataillon de Chasseurs qui est en ligne[9]. La première ligne est complètement désorganisée[9]. De nombreux chasseurs périssent ensevelis par le bombardement. À la ferme de Mormont, le 56e B.C.P. se prépare à appuyer le 59e[9]. Vers 16 heures, le feu se reporte sur l’arrière, signe de l’assaut imminent[9].

Les régiments du 18e Corps surgissent devant le bois des Caures et les bois voisins[9]. Au bois d’Haumont, il ne reste rien des deux bataillons en ligne[9]. L’ennemi occupe le terrain sans difficulté[9].

Or au bois des Caures, les chasseurs de Driant sont toujours là et accueillent les Allemands[9]. Trois compagnies sur quatre finissent par céder[9]. Driant fait monter en ligne le 56e B.C.P.[9]. Ses chasseurs contre-attaquent à la nuit tombée et reprennent presque toutes les tranchées perdues[9]. Mais il faut tenir, et Driant réclame des renforts qui arrivent sous les obus allemands[9].

Toute la nuit du 21 au 22 février, les renforts affluent sous la neige et les obus[9]. En pleine nuit, l’artillerie allemande redouble de violence[9]. Au matin, elle suspend son tir et l’infanterie attaque à nouveau[9]. Lancée en masse, elle submerge les chasseurs[9]. Le 59e B.C.P. disparaît presque sur place[9].

Le lieutenant-colonel Driant, un fusil à la main, se tient sur la ligne de repli avec les survivants de ses bataillons alors que l’ennemi enveloppe ses positions[9].

Vers 16 heures, il décide le repli vers le sud-ouest, en direction de Beaumont. Les chasseurs partent en quatre colonnes. Une seule parviendra à peu près intacte. Driant part dans les derniers, accompagné des sergents Coisne et Hacquin, sautant de trous d’obus en trou d’obus. Driant s’arrête pour faire un pansement provisoire à l’un de ses hommes, blessé au fond d’un entonnoir. Alors qu’il repart et qu’il va sauter dans un nouveau trou d’obus, une balle de mitrailleuse le frappe à la tempe. « Oh, là, là, mon Dieu » entendent les deux sergents. Driant est donc mort sur le territoire de Beaumont en Verdunois.

Le bois des Caures a été pris par les Allemands avec deux divisions contre les deux bataillons de chasseurs[9]. Il ne reste pas le tiers des effectifs de ces unités, mais leur sacrifice est sans prix pour l’armée française : le 56e et le 59e bataillons de chasseurs ont suffisamment ralenti l’ennemi, dès son premier assaut, pour permettre aux troupes envoyées en renfort de contenir peu à peu la poussée allemande et de protéger Verdun[9].

Le lieutenant-colonel Driant et la plupart de ses hommes sont inhumés dans le Bois de Caures, par les Allemands à proximité des lieux de leur trépas. Ses effets sont retournés à sa veuve via la Suisse. En octobre 1922, le corps de Driant est exhumé. Un mausolée, décidé par d'anciens combattants dont Castelnau y est érigé. Sur le monument, on peut lire « Ils sont tombés, silencieux sous le choc, comme une muraille. » Chaque année, une cérémonie y est célébrée le 21 février, en souvenir du colonel Driant et de ses chasseurs tombés pour la défense de Verdun.

La construction du mythe Driant[modifier | modifier le code]

Monument à Émile Driant et son bataillon, au Bois des Caures, Flabas.

Le bruit de la mort du lieutenant-colonel Driant circule à Paris, dès les 24 et 25 février. Maurice Barrès, qui prend une part décisive dans la construction du « mythe Driant », refuse tout d’abord de croire aux « premières rumeurs ». Il attend le 8 avril pour écrire dans l’Écho de Paris : « le lieutenant-colonel Driant, député de Nancy, demeure allongé sur la terre lorraine, baignée de son sang. » Mais « il respire, il agit, il crée ; il est l’exemple vivant », ajoute le lendemain Maurice Barrès.

Sa mort a un retentissement d’autant plus important que pour beaucoup, elle est celle du « capitaine Danrit », dont les ouvrages ont été la lecture de la jeunesse française avant la Grande Guerre[10]. La mort de l’écrivain a dépassé et magnifié celle du soldat[11].

Son sacrifice est récupéré par la presse et les publications de la guerre, pour galvaniser les troupes. La Chambre des députés annonce officiellement sa mort, son éloge funèbre est prononcé, le 7 avril, par Paul Deschanel, le 28 juin, la Ligue des patriotes de Maurice Barrès fait célébrer un service solennel à Notre-Dame de Paris présidé par le cardinal Amette.

Après la Grande Guerre, le lieutenant-colonel Driant est élevé au rang de gloire nationale au même titre que les maréchaux Joffre, Gallieni, Pétain et Foch… En octobre 1922, le corps de Driant est exhumé. Un mausolée, décidé par d'anciens combattants dont Castelnau y est érigé. Chaque année, une cérémonie y est célébrée le 21 février, en souvenir du colonel Driant et de ses chasseurs tombés pour la défense de Verdun.

La résistance héroïque de ses chasseurs et sa mort sont aussi l’illustration d’une bataille, celle de Verdun, où les hommes furent opposés aux canons (163 000 français tués, 143 000 du côté allemand), 80 % des pertes furent causées par des obus. Cette bataille accrédite l’idée que la guerre a été gagnée par les simples soldats, en dehors du commandement et parfois contre celui-ci…

Le lieutenant-colonel Driant, officier dévoué à son pays, illustre, par la fidélité à ses principes, par la défense de la grandeur de la France dans sa carrière d’écrivain ou d’officier, par l’influence des idées du début du XXe siècle sur ses écrits et ses pensées, un homme français de son temps, attaché à la défense de son pays, honnête et courageux « qui ne fut jamais pris en contradiction entre ses idéaux et ses actes[12] ».

Descendance[modifier | modifier le code]

Son arrière-petite-fille, Laure Driant, a épousé Xavier Darcos[réf. nécessaire].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Médaille d'or de la Société Nationale d'Encouragement au Bien, 1899.

Décorations françaises :

Décorations étrangères :

Médaille d'Encouragement au Bien en 1895 et 1899.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Évasion d'Empereur par le capitaine Danrit.
  • La guerre de demain (Flammarion, 1888-1893, cycle de 3 romans :)
  1. La guerre de forteresse
  2. La guerre en rase campagne
  3. La guerre en ballon
  • Le Journal de guerre du lieutenant Von Piefke
  • La guerre des bicyclettes, 1894
  • L’Invasion noire, 1895.
  1. Mobilisation africaine
  2. Le grand pèlerinage à la Mecque
  3. Fin de l'Islam devant Paris
  • Histoire d’une famille de soldats
  • La guerre fatale, 1898
  1. À Bizerte
  2. En sous-marin
  3. En Angleterre
Couverture de « La Guerre Fatale : en Angleterre » du capitaine DANRIT (couv de H.-P. Dillon)
  • L’Invasion jaune, 1905
  1. La Mobilisation sino-japonaise
  2. Haines de jaunes
  3. À travers l'Europe
  • La Révolution de demain, 1910
  • Les Quatre dangers
  • Les robinsons sous marins (1901)
  • Ordre du Tzar : de Samarcande à Lhassa (1906)
  • Au-dessus du continent noir
  • Alerte (1911)
  • La Guerre souterraine (Robinsons souterrains) (1913)
  • Robinsons de l'air

Odonymes[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Dans le film Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Amélie, qui souhaite retrouver l'ancien occupant de son appartement, commence ses recherches par un Dominique Bredoteau habitant rue du Colonel-Driant, à Paris.
  • Au bois des Caures, à l'endroit même où Driant a été tué, une stèle a été dressée, sur laquelle on peut lire : « Ils sont tombés, silencieux sous le choc, comme une muraille. »
  • Le Colonel Driant donne son nom à la promotion 1965-1967 de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.
  • Le roman Les Grands jours de l'écrivain Pierre Mari (Fayard, 2013) fait de Driant un de ses personnages.
  • Le quartier militaire de Bitche (57230) du 16e bataillon de chasseurs porte son nom.
  • Apocalypse Verdun d'Isabelle Clarke et Daniel Costelle

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Illustration, nos 3800 à 3852, 1916.
  2. Annuaire de la guerre, Association amicale des anciens élèves du lycée de Reims, impr. Matot-Braine (Reims), 1920 disponible sur Gallica
  3. Jacques Isorni, Histoire véridique de la Grande guerre, t. 3, Paris, Flammarion, 1970, p. 313.
  4. Les sociétés secrètes catholiques
  5. Revue Politica hermetica, no 4, 1990, Maçonnerie et antimaçonnisme : de l'énigme à la dénonciation, p. 38 Texte en ligne
  6. Jean-Pierre Guéno, Dans la peau du soldat inconnu, Magnaville, le Passeur, 2014, 187 p., (ISBN 978-2-36890-142-7).
  7. Jean-Yves Le Naour, Nostradamus s’en va-t-en guerre : 1914-1918, Paris, Hachette littératures, 2008, p. 27, (ISBN 978-2-01237-635-9).
  8. Géraud Bénech, Laurent Loiseau, Champs de bataille de la Grande Guerre : traces & témoignages, Paris Flammarion, 2008, (ISBN 978-2-08120-946-6), 191 p., p. 130.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Bertrand Picard, Le Bois des Caures : 21 février 1916, au nord de Verdun, Paris, Les Impliqués, 2016, 118 p., (ISBN 978-2-343-08179-3).
  10. Charles Le Goffic, La Littérature française au XIXe siècle : tableau général, t. 2, Paris, Larousse, 1919, p. 276.
  11. Daniel David, Le Colonel Driant : de l'armée à la littérature, le Jules Verne militaire, Thionville, Gérard Klopp, 2006, 271 p., (ISBN 978-2-91199-254-4), p. 229.
  12. Patrick Germain, « Les députés-soldats », sur 14-18hebdo.fr,‎ (consulté le 30 mai 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]