Épinonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Meuse
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Meuse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Épinonville
Église Saint-Baldéric.
Église Saint-Baldéric.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Clermont-en-Argonne
Intercommunalité Communauté de communes de Montfaucon-Varennes-en-Argonne
Maire
Mandat
Jean Trassart
2014-2020
Code postal 55270
Code commune 55174
Démographie
Population
municipale
67 hab. (2013)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 39″ N 5° 04′ 52″ E / 49.2775, 5.081149° 16′ 39″ Nord 5° 04′ 52″ Est / 49.2775, 5.0811
Altitude Min. 178 m – Max. 272 m
Superficie 14,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Épinonville

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Épinonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épinonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épinonville

Épinonville est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Épinonville, Eclisfontaine, Ivoiry.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Andon (rivière)
  • Liste des cours d'eau[1] :
    • 17402 Ruisseau de Baronvaux,
    • 17404 Ravin de Bouage,
    • 17405 Les Erables,
    • 17406 Russeau d'Exmorieux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 30 000 €, soit 493 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 33 000 €, soit 439 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 19 000 €, soit 262 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 53 000 €, soit 722 € par habitant.
  • endettement : 0 €, soit 0 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 8,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 4,70 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 12,95 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,61 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 2003 en cours Jean Trassart    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 67 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 340 342 377 429 440 431 421 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
412 411 407 401 402 397 361 365 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321 322 277 195 213 187 199 175 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
151 136 110 113 100 76 80 80 67
2013 - - - - - - - -
67 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry.
Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry le clocher.
Vestiges de l'église Saint-Nicolas d'Ivoiry.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Baldéric[5], la première début du XVIIe siècle détruite, remplacée par une nouvelle au XVIIIe siècle, restaurée après 1918.
  • Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry, la cloche de 1924 est offerte par madame Ditson de New-York en souvenir du colonel américain Frédérick Gabbaith du 147e régiment d'infanterie est blessé à Ivoiry.
  • Vestiges de l'église Saint-Nicolas d'Ivoiry.
  • Monument aux morts[6],[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Épinonville Blason De gueules au rameau d'aubépine tigé et feuillé d'or, fleuri d'argent au bouton d'or étoilé entouré de dix losanges de gueules; chapé ondé d'azur, bordé d'or, chargé à dextre d'un loup ravissant d'argent contourné et à senestre d'un lion du même à queue fourchue.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]