Rarécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Meuse
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Meuse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Rarécourt
Clocher de l'église.
Clocher de l'église.
Blason de Rarécourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Clermont-en-Argonne
Intercommunalité Communauté de communes du Centre Argonne
Maire
Mandat
Jacques Fagot
2014-2020
Code postal 55120
Code commune 55416
Démographie
Gentilé Rarécourtois
Population
municipale
200 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 38″ nord, 5° 07′ 28″ est
Altitude Min. 191 m – Max. 302 m
Superficie 15,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Rarécourt

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Rarécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rarécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rarécourt
Liens
Site web www.rarecourt.info

Rarécourt est une commune française située dans le département de la Meuse en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Rarécourt: Radherei-curtis (961), Rhasherei-cortis (962), Rureicurtis (984), Raherei-curtis (1049), Waheri-curtis (1106), Raherei-villa (1125), Rarcourt (1382), Rarrecourt (1394), Rarecourt (1501), Rarecuria (1580), Rarecour (1656), Larecour (1700), Larecourt (1707).
  • Salvange : Solvengis (984, 1137, 1147), Salvengis (1179), Silvange (1418).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2008 Claude Behaegel    
mars 2008 mars 2014 Didier Louis    
mars 2014 en cours Jacques Fagot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 200 habitants, en diminution de -12,66 % par rapport à 2009 (Meuse : -1,29 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
809 875 840 906 952 949 961 947 887
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838 838 798 708 761 806 841 722 687
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
613 630 619 532 440 409 400 354 302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
308 276 271 210 201 208 231 218 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Rarécourt a donné son nom à une maison de nom et d'armes qui portait : d'hermines en champ d'argent à cinq annelets de même en sautoir[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ferme de La Vallée : Microbrasserie et confiturerie artisanale : [1]
  • Moulin à Coquins : exploitation locale (jusque 1947) de nodules de phosphate de chaux pour la fabrication d'engrais (en poudre) ;
  • Musée de la Faïence, ancienne maison forte de La Vallée : consacré aux faïences régionales.
  • Le château de Rarecourt : visites jusqu'au 31 août de 10 h 30 à 12 h et de 14 h à 18 h 30. Celui-ci date du XVIIe siècle. Dans cette maison forte se trouve le Musée des faïences d'Argonne, avec 800 pièces des Islettes, Waly, Lavoye, Salvange etc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille de Rarécourt de La Vallée de Pimodan, usuellement appelée la famille de Pimodan, est une famille française d'extraction chevaleresque, attestée en 1363, titrée duc pontifical au XIXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Hochedez, « Un petit Monaco en Argonne ? Rarécourt : terre autonome et zone franche fiscale (XIVe siècle - 1790) », Horizons d'Argonne, nº 84, 2007, p. 5-30 (publication du Centre d'études argonnais www.centretudargonnais.org)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872