Rivière des Mille Îles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rivière des Mille-Îles)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec l'archipel des Mille-Îles situé au nord-est du lac Ontario.

Rivière des Mille Îles
Illustration
Vue aérienne de la rivière des Mille Îles avec le pont Marius-Dufresne à l'avant plan.
Caractéristiques
Longueur 42 km
Bassin 1 018 km2
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen 286 m3/s (Bois-des-Filion)
Régime Influencé mensuellement
Cours
Source Lac des Deux Montagnes
· Localisation Deux-Montagnes
· Coordonnées 45° 32′ 39″ N, 73° 53′ 59″ O
Confluence Rivière des Prairies
· Localisation Terrebonne
· Coordonnées 45° 42′ 30″ N, 73° 28′ 45″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Rivière du Chêne, rivière du Chicot, rivière aux Chiens et rivière Mascouche
· Rive droite Petits cours d’eau sans influence significative
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Principales localités Laval, Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Boisbriand, Rosemère, Lorraine, Bois-des-Filion, Terrebonne

La rivière des Mille Îles est un émissaire de la rivière des Outaouais, définissant la limite nord du grand archipel d'Hochelaga, dans le sud du Québec[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière des Mille Îles est située dans la grande région métropolitaine de Montréal et prend source au lac des Deux Montagnes (élargissement de la rivière des Outaouais) et se jette dans la rivière des Prairies à la limite est de Terrebonne (secteur Lachenaie). Elle borde l'île Jésus au nord. Sur sa rive sud, seule la ville de Laval est riveraine alors que du côté nord l'on retrouve, à partir de l'ouest, les villes de Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Boisbriand, Rosemère, Lorraine, Bois-des-Filion et Terrebonne.

Il s'y trouve, comme son nom l'indique métaphoriquement, une centaine d’îles de petite taille, qui font partie de l'archipel d'Hochelaga: l'île de Mai, l'île Saint-Jean, l'île Bélair, l'île Desroches, l'île Lefebvre, l'île Ducharme, l'île Locas, l'île Gagnon, l'île Garth, l'île Saint-Joseph, l'île aux Vaches, etc.

Eau potable[modifier | modifier le code]

Bien que petite (elle ne court que sur à peine 50 km) cette rivière est importante : 400 000 personnes dépendent d’elle pour leur approvisionnement en eau potable[2].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La rivière des Mille Îles recèle aussi une biodiversité très variée. Cependant, on y retrouve une espèce envahissante, la moule zébrée, qui représente une menace sérieuse pour les moules d'eau douce indigènes et, par conséquent, pour tout l'écosystème. En effet, les mulettes occupent un rôle trophique fort important : elles filtrent un volume d'eau élevé, contrôlent la densité de certaines espèces, favorisent la reproduction d'autres et ralentissent l'eutrophisation, notamment[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La rivière (anciennement orthographiée Mille Isles) s'est aussi appelée la rivière Saint-Jean au XVIIIe siècle.

Ponts[modifier | modifier le code]

Plusieurs ponts enjambent la rivière des Mille-Îles. De l'ouest vers l'est :

Galerie[modifier | modifier le code]

La rivière des Mille Îles vers la fin de son cours, à Terrebonne. De gauche à droite se trouvent l'Île Saint-Jean, l'Île aux Moutons et l'Île des Moulins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Brouillette, Qualité de l’eau de la rivière des Mille Îles 2000-2005, , 36 p. (ISBN 978-2-550-50314-9, lire en ligne)
  2. L’eau potable de la rivière des Mille Îles
  3. Paquet, A. et al. (2005). Les mulettes au Québec. Le Naturaliste Canadien. Vol. 129: p.78-85 (http://www.cdpnq.gouv.qc.ca/pdf/article-mulettes.pdf)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]