Driven (film, 2001)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Driven
Titre québécois À toute vitesse
Réalisation Renny Harlin
Scénario Sylvester Stallone
Musique BT
Acteurs principaux
Sociétés de production Franchise Pictures
Champs Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Australie Australie
Genre drame sportif
Durée 117 minutes
Sortie 2001


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Driven ou À toute vitesse au Québec (Driven) est un film américano-australo-canadien réalisé par Renny Harlin, sorti en 2001.

Il s'agit d'un film se déroulant dans l'univers du CART (Championship Auto Racing Teams).

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'Allemand Beau Brandenburg, champion en titre, domine le début de la saison 2000 de CART avec son écurie Chip Ganassi Racing. Mais un jeune rookie de l'écurie Pacwest Racing, Jimmy Bly, se révèle peu à peu. Après quelques victoires, il fait même rapidement jeu égal avec Brandenburg. Cette rivalité pour le titre de champion CART a des conséquences sur les deux pilotes. Désirant renouer sans tarder avec le succès, le champion allemand rejette sa fiancée Sophia qui se rapproche ensuite de Jimmy. Celui-ci, manquant de confiance en lui, subit les pressions de son patron, Carl Henry, de son frère ainé et manager Demille, et aussi de Brandenburg en piste. Après que Jimmy est parti à la faute sur quelques épreuves, permettant à l'Allemand de s'installer solidement en tête du championnat, Carl Henry rappelle son ancien pilote vedette, Joe Tanto, retiré des circuits après un grave accident. Celui-ci va prendre, à partir de la course de Toronto, la place du coéquipier de Jimmy, Memo Moreno, afin de l'aider à remporter le championnat. Mis sur la touche, Moreno semble ne pas en vouloir à Joe de lui prendre sa place, mais sa femme, Cathy (qui est aussi l'ex de Joe), est furieuse vis-à-vis de lui... La mission de l'ancien pilote ne s'annonce pas simple, d'autant plus que Jimmy, couvé par son frère, n'est pas disposé à suivre ses conseils...

Lors de la course de Toronto, Jimmy se retrouve en tête à quelques tours de l'arrivée, mais restant sous la menace de Brandenburg. Carl Henry décide alors de rappeler Joe aux stands pour un ravitaillement et de le relâcher juste devant l'Allemand afin de le gêner... Cette stratégie permet à Jimmy Bly de s'imposer et de revenir à hauteur de son rival au classement du championnat. Les protagonistes partent ensuite pour le Japon où la course suivante doit se dérouler sur l'ovale de Twin Ring Motegi. Brandenburg entend prendre sa revanche et se prépare assidument en vue de cette épreuve, tandis que Joe lui conseille de se réconcilier avec Sophia, visiblement toujours amoureuse de lui bien qu'elle fréquente Jimmy... Lors de la course, la lutte reprend entre les deux protagonistes, Jimmy mène devant son rival allemand qui lui met la pression et parvient à le dépasser. Le jeune rookie tente désespérément de repasser en tête mais, dans le dernier tour, il finit par perdre le contrôle de sa monoplace et est victime d'un spectaculaire accident, heureusement sans gravité. Après la course de Motegi, il ne reste plus que deux épreuves à disputer, le Grand Prix d'Allemagne et celui de Detroit. Avant ces courses, les pilotes du championnat CART se retrouvent à Chicago pour une soirée de gala pour présenter les futures monoplaces de la série. Mais la soirée se passe mal pour Jimmy... Alors qu'il répond à un journaliste, Beau Brandenburg en profite pour venir discuter avec Sophia qui accepte de revenir avec lui. Ne supportant pas cela, le jeune pilote s'enfuit... avec l'un des prototypes présentés et fonce à travers les rues de Chicago. Ayant assisté à la scène, Joe s'empresse de prendre place dans l'autre monoplace présentée et part à la poursuite de son coéquipier. À l'issue de cette course poursuite surréaliste, Joe parvient à rattraper Jimmy. Après un début de conversation houleux, le vétéran offre à son jeune coéquipier son premier trophée et lui révèle qu'il ne suffit pas d'être talentueux pour gagner, il faut aussi avoir un état d'esprit de vainqueur...

Jimmy se prépare donc uniquement avec Joe en vue du Grand Prix d'Allemagne, où son rival évoluera à domicile. Mais l'épreuve se déroule sous une pluie battante, et Joe est écarté par Carl Henry qui redonne à Memo Moreno sa place de pilote titulaire pour la course. Celui-ci reçoit la consigne de couvrir Jimmy afin de le protéger d'autres pilotes qui pourraient s'intercaler entre lui et Brandenburg à l'avant de la course. Mais Memo entend prouver que sa place est sur la piste. Alors que Brandenburg et Jimmy se disputent âprement la tête de la course dans des conditions dangereuses, Memo attaque son coéquipier et leurs monoplaces finissent par se toucher. La voiture de Memo Moreno s'envole dans les airs, prend feu et atterrit dans un étang. Le malheureux pilote est coincé sous l'eau et le carburant fuyant de sa monoplace risque de provoquer son explosion... Jimmy Bly fait aussitôt demi-tour pour aller secourir son coéquipier, bientôt rejoint par Brandenburg. Leur intervention commune sauve Memo, gravement blessé, d'une mort certaine, mais Jimmy s'est également blessé au pied droit pendant le sauvetage. Si cette action a permis de redorer son image, y compris aux yeux de Brandenburg, sa saison semble terminée et l'Allemand parait sacré champion avant la fin du championnat. De plus, Carl Henry annonce à Joe son intention de limoger Jimmy et de le remplacer par son rival allemand pour la saison suivante. Ce transfert, qui ruinerait la carrière du jeune pilote, est négocié à son insu par son frère Demille, qui lui reproche de l'avoir laissé tomber malgré tous les sacrifices qu'il a fait pour sa carrière.

C'est l'heure de l'épreuve finale de la saison, à Detroit, sur le circuit urbain de Belle Isle. À la suite du forfait de Memo, Joe Tanto redevient titulaire au Pacwest Racing. Jimmy, toujours blessé et presque résigné après la trahison de Demille, décide pourtant de participer à la course. Avant de l'autoriser à courir, Carl Henry le soumet à deux épreuves qu'il réussit avec le soutien de ses partenaires de l'équipe. Mais n'ayant pas participé aux qualifications, le jeune pilote est contraint de partir en dernière position tandis que Brandenburg a signé la pole position. La seule chance de Jimmy pour être sacré est de remonter et de gagner la course. Après le départ, l'Allemand mène tandis que Joe, aileron avant endommagé après avoir échappé à un carambolage, doit repasser par les stands pendant la neutralisation de la course et repart dernier, juste derrière son jeune coéquipier... Les deux pilotes du Pacwest Racing entament alors ensemble une remontée spectaculaire et reviennent aux deuxième et troisième positions derrière Brandenburg. À 10 tours de l'arrivée, Jimmy s'empare de la tête et semble parti pour s'imposer et remporter le titre... Mais ses vieux démons ressurgissent alors et, à 4 tours du drapeau à damiers, l'Allemand le repasse. Joe passe ensuite à l'attaque: dans le dernier tour, il dépasse son coéquipier puis se porte à hauteur du champion mais il endommage sa suspension sur un vibreur. Sa manœuvre permet à Jimmy de revenir au niveau de son rival. Les deux pilotes vont s'expliquer dans un sprint final jusqu'à la ligne d'arrivée... que Jimmy franchit en premier, d'un souffle. Cette victoire lui permet d'être sacré champion CART. Son triomphe est applaudi et célébré sur le podium avec Brandenburg et Joe, qui a réussi à terminer troisième malgré sa monoplace endommagée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Caméos

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone découvre l'univers de la compétition automobile dès les années 1990 alors qu'il tourne Judge Dredd en Europe. Il décide d'en faire une intrigue[4]. Son idée initiale est de faire un film sur la Formule 1, après avoir assisté au Grand Prix automobile d'Italie 1997[5]. Il évoque un temps l'idée de faire un film biographique sur Ayrton Senna[1]. Sylvester Stallone passe à cette époque beaucoup de temps sur les circuits, nouant des contacts avec Bernie Ecclestone (le grand argentier de la F1, dont l'accord est indispensable pour utiliser des images de F1) et certains pilotes (notamment Jean Alesi). Mais le projet capote. Sylvester Stallone utilise alors le CART d'Amérique du Nord.

Leonardo DiCaprio est initialement envisagé pour le rôle de Jimmy Bly[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage se déroule du 6 juillet à . Il a lieu à l'EuroSpeedway Lausitz (Allemagne), Gold Coast (Australie), Hamilton, Montréal (notamment le circuit Gilles-Villeneuve[1]), Toronto, Uxbridge, Vancouver (Canada), Chicago, Détroit, Homestead-Miami Speedway, Long Beach (États-Unis) et Twin Ring Motegi (Japon)[6].

Des caméras révolutionnaires sont utilisés pour des séquences automobiles, notamment des caméras filmant à 300 images par seconde[7].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il ne récolte que 14% d'opinions favorables pour 110 critiques et une note moyenne de 3,6110[8]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 29100 pour 26 critiques[9].

En France, le film obtient une note moyenne de 2,55 sur le site Allociné, qui recense 11 titres de presse[10].

Box office[modifier | modifier le code]

Le film marque un nouvel échec au box-office dans la carrière du réalisateur Renny Harlin. Il ne rapporte que 54 millions de dollars dans le monde, pour un budget de 94 millions de dollars[2].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
32 720 065 $[2] [11] 11[11]
Drapeau de la France France 373 473 entrées[12] - -

Monde Total mondial 54 744 738 $[2] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[13]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de la petite-amie Sophia et sa relation avec deux pilotes rappellent l'histoire de Corinna Betsch, qui était en couple avec Heinz-Harald Frentzen avant de se marier avec Michael Schumacher[1].
  • Le personnage de Carl Henry (le directeur d'équipe handicapé incarné par Burt Reynolds) est inspiré de Frank Williams, figure du monde de la F1, cloué dans une chaise roulante depuis un accident de la circulation survenu en 1986.
  • Le nom du personnage incarné par Cristián de la Fuente, Memo Moreno, est une combinaison du nom de deux véritables pilotes de CART : Memo Gidley (en) et Roberto Moreno[1].
  • La fin de course lors de la dernière étape de la saison rappelle celle d'une véritable course de CART ayant eu lieu à Portland en 1997, dans laquelle trois pilotes finissent avec 0,055 secondes d'écart[1].

Adaptation en jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le jeu vidéo Driven sur PlayStation 2, GameCube et Game Boy Advance, est adapté du film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. a b c et d (en) « Driven », sur Box Office Mojo (consulté le )
  3. C'est la dernière fois que Richard Darbois double Sylvester Stallone, après ce film Alain Dorval redevient définitivement le doubleur officiel de l'acteur.
  4. « ESPN.com - Page2 - What drove me to 'Driven' »
  5. « Williams » [archive du ], Williams.latphoto.co.uk (consulté le )
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. Secrets de tournage - Allociné
  8. (en) « Driven (2001) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  9. (en) « Driven Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  10. « Driven - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le )
  11. a et b (en) « Driven - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le )
  12. « Driven », sur JP's Box-office (consulté le )
  13. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]