Entraîneur (football américain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bill Belichick (6 fois vainqueur du Super Bowl), coach principal (Head Coach) des Patriots au bord du terrain en 2019

L'entraineur de football américain ou entraîneur-chef au Québec (en anglais Head Coach) est la personne chargée de diriger les joueurs d'une rencontre de football américain et leurs entrainements.

Rôle général[modifier | modifier le code]

Au football américain, le rôle de l'entraîneur est très important, sans doute plus que dans n'importe quel autre sport, par leur impact direct et permanent sur le jeu à travers.

  • l'appel des jeux
  • la coordination avec les entraîneurs des différentes escouades
  • la gestion des formations et des substitutions permanentes
  • demander l'arbitrage vidéo auprès des arbitres (NFL)

L'effectif total d'une franchise de NFL peut compter jusqu'à 70 joueurs : 53 joueurs actifs, plus l'équipe d'entraînement (practice squad), 10 autres athlètes (réservistes) et la liste des blessés. Les joueurs sont répartis en trois escouades (équipes ou unités). L'attaque, la défense et les équipes spéciales.

Pour gérer un si grand nombre d'athlètes, il faut pas moins d'une vingtaine de personnes uniquement dans l'encadrement sportif. Ainsi, il y a un entraîneur différent pour presque chaque position, auquel on ajoute un entraîneur chargé de la condition physique, de l'analyse vidéo et de nombreux assistants.

En général, l'entraîneur principal est sous la responsabilité du General Manager (ou GM) de la franchise qui a un rôle proche de celui d'un directeur sportif. Le General Manager gère les contrats, le recrutement et la draft. Par conséquent, il est le responsable l'équilibre sportif et financier sur le long terme. Certains franchises n'ont pas de General Manager, dans ce cas, ce rôle revient à l'entraîneur principal ou au propriétaire de la franchise.

Les différents entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • Head Coach (entraîneur principal) : il est chargé des tactiques, du cahier de jeu (playbook) de l'équipe et de la gestion des autres entraîneurs (voir ci-dessous). C'est aussi son rôle de demander l'arbitrage vidéo (en NFL) auprès des arbitres en lançant un mouchoir rouge (red flag).
  • Assistant Head Coach (assistant de l'entraîneur principal) : il est chargé d'épauler l'entraîneur principal. Il cumule souvent avec un autre poste comme Defensive Coordinator, Offensive Coordinator ou Special Teams Coordinator. Il est sous la responsabilité Head Coach.
  • Defensive Coordinator (coordinateur défensif) : il est chargé de la gestion des joueurs défensifs. Son rôle est de définir les jeux de la défense, le plan de jeu du match et d'appeler des jeux durant la rencontre. Pour l'aider, il dispose de nombreux assistants spécialisés dans les postes de la défense. Il est sous la responsabilité Head Coach.
  • Offensive Coordinator (coordinateur offensif) : il est chargé de la gestion des joueurs offensifs. Son rôle est de définir les jeux de l'attaque, le plan de jeu du match et d'appeler les jeux durant la rencontre. Pour l'aider, il dispose de nombreux assistants spécialisés dans les postes de l'attaque. Il est courant que le coordinateur offensif soit dans les tribunes pendant les matchs, contrairement aux autres entraîneurs, qui sont au bord du terrain. La hauteur des tribunes permet une meilleure lecture du terrain et des positions des joueurs. Il est sous la responsabilité Head Coach.
  • Special Teams Coordinator (coordinateur des unités spéciales) : il est chargé de la gestion des joueurs des équipes spéciales, essentiellement les coups d'envoi (kickoff), les punts, coup de pieds à trois points et transformations aussi bien en attaque qu'en défense. Pour l'aider, il dispose de l'aide des assistants spécialisés dans les unités spéciales.
  • Position coach (entraîneur de position) : il est chargé de la gestion d'une position (poste), son rôle est centré sur un poste. Il est souvent sous la responsabilité du Defensive Coordinator ou de l'Offensive Coordinator.

Cahier de jeu[modifier | modifier le code]

Sean McVay lors son passage à Washington comme coordinateur offensif avec une feuille dans la main (call sheet en anglais : une version simplifiée pour un match, tirée du playbook)

Le cahier de jeu (playbook en anglais) regroupe et décrit : tous les jeux, les combinaisons et les tactiques travaillés à l'entraînement par les joueurs et qui peuvent être exécutés en match. Par conséquent, tous les athlètes se doivent de le connaitre par cœur. Chacune des trois escouades a un playbook qui lui est propre.

En plus des jeux, les joueurs offensifs doivent connaitre leurs variantes et les audibles[1]. Ainsi, chaque joueur a une tâche propre pour chaque jeu : cela peut être de suivre un tracé préfini, bloquer un adversaire, créer de brèches ou encore servir de fausse piste.

Au niveau défensif, le cahier de jeu est plus orienté sur type de formations (ou packages) : par exemple si l'attaque présente cinq receveurs alors une défense répliquera avec plus de defensive back pour les couvrir. En revanche, si l'attaque montre une formation sans receveur, la défense refoncera la position de defensive linemen et linebacker pour prévenir les courses. Le type de couverture, un marquage individuel ou une défense de zone est également un élément découlant des formations.

Durant le jeu[modifier | modifier le code]

Appel des jeux[modifier | modifier le code]

Mike Tomlin coach principal des Steelers avec son casque-micro servant à l'appel des jeux

L'appel de jeu (en anglais : play callng) est la phase avant chaque action de l’attaque où l'entraineur (rôle du coordinateur offensif) décide quelle stratégie va être mise en place[2]. L'entraîneur passe les consignes à son quarterback par radio[3]. Il est aussi possible de les passer via des signes ou bien des pancartes sur le bord du terrain, toutefois c'est plus commun dans le football universitaire ou en High School. L'appel de jeu se fait en termes codés prédéfinis, afin que l'adversaire ne puisse pas comprendre leurs intentions. Enfin, le quarterback transmets alors le jeu au reste de l'équipe lors du huddle. L'ensemble des jeux est regroupé dans le playbook (cahier de jeu).

En défense, l'entraineur (rôle du coordinateur défensif) passe aussi des consignes. Toutefois, les défenses s'adaptent à l'attaque, les appels de jeu sont moins complexes. Le but est d'adapter au mieux la défense par rapport à l'attaque. La situation (le down et nombre de yards à parcourir), la position sur le terrain est également pris en compte. Une défense ne défendra pas de la même manière une 3e et 5 yards dans les 20 yards adverses et la même situation dans ses propres 20 yards. Néanmoins, les défenses peuvent également dissimuler leurs intentions à travers une disposition et appliquer une toute autre défense, notamment lors d'un blitz.

En attaque, c'est le quarterback qui fait les derniers ajustements sur le terrain (audibles) par des consignes orales et des gestes. En défense, c'est le middle (ou inside) linebacker (considéré comme le quarterback de la défense). En effet, par sa position (au milieu de la défense), il est chargé des derniers ajustements, ses derniers passent le plus souvent par des gestes visibles car les défenseurs sont bien plus dispersés sur terrain.

Les jeux offensifs sont complexes et plus très précis, mais les défenses, elles ont une plus grande part d'anticipation et d'évaluation.

On retrouve les mêmes types d'organisation pour les équipes spéciales, néanmoins les variétés des jeux en équipes spéciales est relativement réduit, les formations étant très similaires.

Coaching tree[modifier | modifier le code]

Coaching tree ou arbre de coaching est à l'image d'un arbre généalogique, il met en avant les relations entre les entraîneurs. Il existe plusieurs façons de définir une relation entre deux coachs. La façon la plus courante, c'est quand un entraîneur a travaillé comme assistant pour un autre entraîneur. Enfin, le lien peut également montrer l'influence philosophique d'un entraîneur après une expérience d'assistant sous un autre entraîneur.

Le Coaching tree est un élément très présent à la fois dans la culture du sport, mais surtout dans les médias où il est commun de tracer la filiation d'un entraîneur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Salfino et Jim Chairusmi, « Super Bowl LIII: The Science Behind the Play Sheet », sur wsj.com (The Wall Street Journal), (consulté le 18 octobre 2020)
  2. (en) Justin Dottavio, « The art of calling plays as an offensive coordinator », sur stateoftheu.com, (consulté le 18 octobre 2020)
  3. (en) Robert Mays, « The Misunderstood Art of Play-Calling », sur theringer.com, (consulté le 18 octobre 2020)