Basilique Saint-Epvre de Nancy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Epvre.
Basilique Saint-Epvre
Basilique Saint Epvre de Nancy.JPG
Présentation
Type
Basilique
Style
Architecte
Matériau
Construction
1864-1874
Hauteur
87 m (flèche)
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nancy
voir sur la carte de Nancy
Red pog.svg

La Basilique Saint-Epvre de Nancy est une basilique de style néogothique construite au XIXe siècle en pierre d'Euville, située place Saint-Epvre dans la Vieille-Ville.

La basilique est dédiée à Saint Epvre, évêque de Toul.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le duc Thierry II de Lorraine établit l'église paroissiale en 1080. Entre 1436 et 1451, l'édifice est entièrement rebâti dans le style gothique, dont le clocher servait également de tour de garde puisqu'il était le point le plus haut de la ville médiévale. L'église est démolie en 1863, le clocher-tour qui devait-être intégré à la nouvelle église ne lui survivra que quelques années.

La paroisse a été confiée à la Congrégation de l'Oratoire de Saint-Philippe Néri.

En décembre 2012, l'archiduc Christophe d'Habsbourg-Lorraine, descendant des ducs de Lorraine, s'est marié dans la basilique.

Le 15 décembre 2013, au cours d'une messe pontificale, une relique du Bienheureux Charles Ier de Habsbourg-Lorraine a été transférée dans la basilique[2].

Édifice actuel[modifier | modifier le code]

Vue depuis le Parc de la Pépinière.

Prosper Morey, l'architecte désigné pour reconstruire l'édifice, choisit un style néogothique qui permet une très bonne intégration dans le centre historique de Nancy. La première pierre est posée en mai 1864 tandis que dès 1865, Monseigneur Trouillet se charge de recueillir des dons pour financer la construction de ce prestigieux projet, il a notamment le soutien de François Joseph Charles de Habsbourg-Lorraine qui visite le chantier le 22 octobre 1867 avec ses deux frères Charles-Louis et Louis-Victor.

Le 26 novembre 1874, l'église est élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie IX.

La basilique Saint-Epvre est classée monument historique depuis 1999[1]. L'effet conjugué de la tempête de décembre 1999 et de la pollution oblige à d'importants travaux de restauration depuis plusieurs années.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'intérieur.

La basilique est construite dans le style gothique à lancette et présente des proportions honorables : la flèche pointe à 87 mètres pour un édifice d'une centaine de mètres de long et une nef à 24 mètres du sol. Le projet reçut d'ailleurs les louanges de Viollet-le-Duc.

L'escalier monumental est un don de l'Empereur François-Joseph Ier d'Autriche, héritier des maisons d'Autriche et de Lorraine ainsi que les vitraux le représentant avec son épouse (figurés sous les traits de saint-François et de sainte-Élisabeth). Napoléon III et l'Impératrice Eugénie offrirent également des vitraux (Saint-Louis et sainte-Eugénie).

74 verrières illuminent la basilique ainsi que trois rosaces. La nef est décorée de peintures et de mosaïques et l'ensemble est meublé de mobilier viennois.

Orgues[modifier | modifier le code]

Les orgues de l'ancienne Saint-Epvre furent revendues pour l'église de Dannelbourg.

Les grandes orgues néo-gothiques (tribune) furent construites par le facteur Joseph Merklin (société « Merklin-Schütze ») et inaugurées par Anton Bruckner. Cet orgue[3] fut récompensé par une médaille d'or à l'Exposition Universelle de Paris en 1867 où il a été joué par la plupart des grands organistes parisiens.

L'orgue a été restauré en 1992 par la Manufacture Lorraine de Grandes Orgues Hærpfer, sous couvert des Monuments Historiques. Lors de ces travaux la soufflerie complémentaire (pour pallier les manques de vent) ajoutée dès la fin du XIXe siècle, plus précisément entre 1877 et 1893 par Jean Blési a été supprimée, ainsi que les compléments de trois notes aiguës de pédale (pour passer le pédalier de 27 à 30 notes) et un jeu de bourdon 8 (pédale) posés en 1926 par Théodore Jacquot.

L'orgue de tribune de Saint-Epvre est, avec le grand orgue Cavaillé-Coll de la Cathédrale, le Dalstein-Hærpfer de Saint-Sébastien et le Didier de Saint-Nicolas, l'un des grands représentants de la facture d'orgue symphonique à Nancy.

Grand orgue Merklin-Schütze de la basilique Saint-Epvre de Nancy - L'excellence de cet instrument, reconnue lors de sa présentation à l'Exposition Universelle de Paris en 1867, valut à Joseph Merklin le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur.

La basilique dispose également d'un « orgue de chœur » aussi construit par Joseph Merklin. Cet instrument a longtemps été inutilisable car un sans domicile l'avait transformé en abri de fortune, abimant considérablement la tuyauterie. Cet instrument a été restauré en 2009 par les facteurs Jean-Baptiste Gaupillat et Laurent Plet.

L'instrument comporte deux claviers avec la composition suivante :

  • Grand Orgue :
    • Bourdon 16'-
    • Montre 8' -
    • Bourdon 8' -
    • Salicional 8'-
    • Prestant 4' -
    • Trompette 8' -
  • Récit Expressif :
    • Gambe 8' -
    • Bourdon harmonique 8' -
    • Flûte harmonique 4' -
    • Basson hautbois 8' -
  • Pédale :
    • Soubasse 16' (emprunt Bourdon 16' du G. O.)
  • Appel Trompette 8'
    • II/I -
    • I/II sur la première octave -
    • I/P
Celui du chœur .

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Père Eugène, Monographie de la basilique Saint-Epvre à Nancy, Tournai : Desclée, De Brouwer et Cie, 1890 - 2 vol., XV-192 p. + 72 pl. : ill. ; 54 cm. Vol. 1 = 1re partie : ancienne église de Saint-Epvre, p. 1-14, 2e partie : nouvelle église de Saint-Epvre, p. 15-118, 3e partie : biographie de Mgr Trouillet, p. 119-181, appendices, p. 182-192 ; Vol. 2 = 72 planches avec Table, vol. 1, p. X-XI.
  • René Hogard, La Basilique Saint-Epvre de Nancy, Nancy 1931.
  • Joseph Merklin, facteur d'orgues européen, Michel JURINE, édité par l'Association Aristide CAVAILLE-COLL, diffusion KLINCKSIECK (1991).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]