Abbaye de l'Étanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Abbaye Notre-Dame de l'Étanche.

Abbaye de l'Étanche
Image illustrative de l’article Abbaye de l'Étanche
Façade de l'église et du bâtiment des cellules.
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre des Prémontrés
Début de la construction XIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1984)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Ville Lamorville
Coordonnées 48° 58′ 23″ nord, 5° 38′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de l'Étanche

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Abbaye de l'Étanche

Géolocalisation sur la carte : Meuse

(Voir situation sur carte : Meuse)
Abbaye de l'Étanche

L'abbaye prémontrée Notre-Dame de l'Étanche (ne pas confondre avec l'abbaye cistercienne du même nom qui se trouve dans le département des Vosges) a été fondée au XIIe siècle à proximité du village de Deuxnouds-aux-Bois, Meuse, France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Notre-Dame de l'Étanche a été fondée vers 1144 par Philippe, abbé de Belval dans un vallon écarté s'appelant d'abord Faverolles, à proximité de Deuxnouds-aux-Bois. Il s'agissait au départ d'un monastère double[2]. Les premiers donateurs sont Albéron de Chiny, évêque de Verdun, Bertrand le Loup et son neveu Albert, seigneurs de Faverolles. L'église aurait été consacrée en 1147. La première charte existante date de 1157.

Dans son voisinage, s'élevait aux origines un couvent de femmes, lui aussi de l'ordre de Prémontré, mais qui disparut par la suite.

Cette abbaye modeste possédait cependant le prieuré de Benoîte-Vaux, célèbre lieu de pèlerinage lorrain.

Détruite de fond en comble en 1632 par les Suédois, elle a été reconstruite en 1743 avec une aile à neuf cellules ; la chapelle a été terminée en 1770.

On retiendra les noms de trois abbés de Notre-Dame de l'Étanche :

  • Dom Dominique Callot, qui étudia la chimie et l'héraldique ;
  • Dom Edmont Maclot, connu pour sa piété et ses écrits ;
  • Dom Jean François Joseph Boucart, qui réunit un cabinet des médailles et une bibliothèque prestigieuse qui furent ensuite dispersés.

Son dernier abbé fut Joseph Prélat, nommé en 1786 et chassé par la Révolution en 1790.

La chapelle et le bâtiment conventuel ont été inscrits Monuments historiques par arrêté du 5 décembre 1984. Actuellement, Notre-Dame de l'Étanche est à l'abandon et son état se dégrade[3]. En 2017, une souscription est lancée par la Fondation du Patrimoine afin de mettre l'abbaye hors d'eau[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Notice no PA00106548, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bernard Ardura, Abbayes, prieurés et monastères de l'ordre de Prémontré en France des origines à nos jours : dictionnaire historique et bibliographique, Presses universitaires de Nancy, 1993, p.235
  3. Anthony Koenig et Noomane Fakhar, Une pétition pour SAUVER l'abbaye prémontrée Notre-Dame de l'Etanche à Lamorville (Meuse), consulté le 14 octobre 2013.
  4. https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/abbaye-notre-dame-de-l-etanche

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Ardura, Abbayes, prieurés et monastères de l'ordre de Prémontré en France des origines à nos jours : dictionnaire historique et bibliographique, Presses universitaires de Nancy, 1993, 734 p.
  • Philippe Bonnet, Les constructions de l'ordre de Prémontré en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Droz, Genève, 1983, VIII-281 p. (Bibliothèque de la Société française d'archéologie, 15.) ;
  • Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, vol. XV., Paris, Librairie Letouzey et Ané, (ISBN 2-7063-0157-0) , col. 1106 ;
  • Dom Augustin Calmet, Notice de la Lorraine, 1756, tome 1, col. 414