Église Saint-Clément de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir église Saint-Clément.

Église Saint-Clément
Façade de l’église Saint-Clément
Façade de l’église Saint-Clément
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbatiale puis église paroissiale
Rattachement Évêché de Metz
Début de la construction 1680-1687 (nef et chœur)
Fin des travaux 1704-1737 (nef avant et façade)
Architecte Jean Spinga
Style dominant baroque et gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1972)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Coordonnées 49° 07′ 29″ nord, 6° 10′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Église Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Église Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Église Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Clément

L’église Saint-Clément est l'ancienne abbatiale bénédictine de l’abbaye Saint-Clément de Metz, dans le quartier du Pontiffroy. Cette église-halle dédiée à saint Clément, le premier évêque de la ville au IIIe siècle, présente une synthèse rare de styles baroque et gothique.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L'abbaye Saint-Clément est installée à l'intérieur de la ville de Metz depuis 1565, après la destruction du monastère originel du Sablon en 1552. Dès 1669 des travaux de reconstruction sont entrepris et l'abbaye est totalement reconstruite selon un style principalement baroque italianisant[2].

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

Église Saint-Clément de Metz, nef et chœur.

La construction de l’église commence en 1680 et ne sera réellement achevée qu’en 1737[3]. C’est l’architecte italien Jean Spinga ou Giovanni Spinga (1641-1724), né dans le diocèse de Novare, qui est chargé de la construction de l’église. Il ne fera pourtant pas la façade, plus tardive.

Les travaux d'édification de l'abbaye commencent en 1683[4]. Les travaux, qui commencent par le chœur durent cinq ans avant de s'arrêter. Une date, 1684, est gravée au bas de la deuxième colonnes à gauche. Une autre date, 1685, est gravée au sommet de l’arc boutant de la deuxième travée de la nef. Le chantier se poursuit pendant treize ans pour le seul gros-œuvre. En 1693, on peut mettre les stalles dans le chœur. À cette date les quatre premières travées adjacentes de la nef sont voûtées tandis que les quatre travées « occidentales » ne sont élevées que jusqu'à la hauteur des fenêtres.

En 1716, sous l’impulsion des prieurs Irénée Lefevre et Charles Ledieu, l’évêque de Metz Henri-Charles de Coislin pose la première pierre de la façade. Mais les travaux s’arrêtent peu après, faute d’un budget suffisant. En 1729, un texte nous apprend qu’elle était élevée « jusqu’à la hauteur sous la corniche du premier ordre d’architecture ». La construction est édifiée sous la direction des architectes messins Louis et Barlet, qui ont aussi réalisé la façade de la basilique Saint-Vincent. La façade est achevée en 1737.

L’église, de type halle, présente une étonnante synthèse des styles gothique et baroque. L’intérieur comprend en effet des colonnes à chapiteaux composites, supportant trois vaisseaux d’égale hauteur, voûtés par des croisées d’ogives. La poussée des voûtes est reprise sur les façades latérales par de larges contreforts correspondant à chaque travée, à la manière de la structure externe à arcs-boutants des églises gothiques. Le chœur est flanqué de deux tours. Les voûtes élevées, à clefs pendantes, sont de pur style gothique, mais elle reposent sur des colonnes classiques à fût galbé. Les chapiteaux composites de ces colonnes présentent des feuilles d’acanthe et des crosses abbatiales sculptés. Les bas-côté sont de même hauteur que le vaisseau central, mais sont plus étroits. Il n’y a pas de transept en élévation bien que la dernière travée prolonge le chœur à cinq pans qui est très court. L’édifice est éclairé par de grandes fenêtres ogivales à trois baies et à meneaux simples, en harmonie avec les voûtes.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Bach, « Études pour servir à l’histoire de l’abbaye de Saint-Clément de Metz », MSAHM, 1869, pp. 215–230.
  • Charles-Henri Burtin, « Notices historiques (sur les anciens monastères de Metz : Carmélites, Récollets, Saint-Clément, Saint-Vincent) », Le Vœu national, 1882-1883.
  • N. Stauder, L’abbaye royale Saint-Clément de Metz, 1565-1790, Metz, 1922, 23 p.
  • Gilberte Muller, L’abbaye Saint-Clément de Metz, 1593-1661, université de Nancy, D.E.S., 1966.
  • Eugène Voltz, L’abbaye de Saint-Clément à Metz. Esquisse de son histoire architecturale dans les Mémoires de l’académie de Metz, 1965-1966, pp. 37-64.
  • Eugène Voltz, La mémoire des pierres. – Saint-Clément de Metz, Klopp, 1994, pp. 203-223.
  • André Michel, Saint Clément en Pontiffroy. – Saint-Clément de Metz, Gérard Klopp, 1994, pp. 227–234.