Abbaye de Bonmoutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Bonmoutier
Présentation
Nom local Bonmoutier
Culte Catholique romain avant le schisme avec l'orthodoxie
Type Abbaye
Rattachement Ordre bénédictin à partir du IXe siècle
Début de la construction VIIe siècle
Fin des travaux XIe siècle?
Style dominant inconnu
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Commune Val-et-Châtillon
Coordonnées 48° 33′ 24″ N 6° 58′ 19″ E / 48.5568, 6.9719 ()48° 33′ 24″ Nord 6° 58′ 19″ Est / 48.5568, 6.9719 ()  

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/lorraine]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/lorraine|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/lorraine]])]]
Abbaye de Bonmoutier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Bonmoutier

L'abbaye de Bonmoutier est une abbaye bénédictine de femmes, puis d'hommes, ayant existé sur la commune de Val-et-Châtillon (Meurthe-et-Moselle).

La fondation d'un monastère de femmes[modifier | modifier le code]

Bodon, évêque de Toul, possédait selon la tradition un important domaine dans la contrée de Badonviller (Bodonis villa). Il y fonda vers 660 un monastère de femmes à la demande de sa fille Theutberge, Bodonis monasterium, et la consacra abbesse de la communauté qui suivait, nous affirment maints historiographes, la règle de saint Benoît. Les historiens ne peuvent prouver quelle règle les religieuses suivent exactement. L'influence colombanienne est alors forte, mais les règlements monachiques rigoristes qu'elle propose sont souvent assouplis et mitigés avec d'autres règles. L'abbaye possède un vaste patrimoine forestier sur le Donon et comporte, entre autres domaines, les villages de Raon-Les-Leaux, Pierre-Perçée, Badonviller et Cirey-sur-Vezouze non loin. Son église conventuelle occupait l'emplacement de l'actuelle église Notre Dame de Val-et-Châtillon.

Avec Senones, Saint-Dié, Étival, et au cœur Moyenmoutier, Bonmoutier est l'une des cinq abbayes formant la croix monastique des Vosges[1].

L'installation provisoire d'un monastère d'hommes[modifier | modifier le code]

Dans la seconde moitié du IXe siècle toutefois, l’évêque de Toul Arnould chassa les religieuses, qui n'observaient plus la règle. Il les dédommagea, et appela à leur place des bénédictins.

Après 880, l'empereur Charles le Gros donne Étival (autre fondation de Bodon) et Bonmoutier à l’abbaye d’Andlau, pour compléter les revenus de cette récente fondation de sa femme Richarde[2]. L'abbesse d'Andlau perd ensuite ses droits sur Bonmoutier, l'évêque de Toul en étant le réel titulaire.

L'évêque de Toul Berthold, 36e prélat toulois, crée en 1010 un nouveau monastère d'hommes sur une colline voisine, "à trois quarts de lieu de Bodonis Monastérium"[3] ; cette fondation se nomme abbaye de Saint-Sauveur. Pour des raisons que l'on ignore, ce monastère remplace Bonmoutier, qui disparaît du vivant de Berthold, mort en 1018 (selon Richer, religieux de Senones), ou plus tard en 1145 (selon Dom Calmet).

La naissance de "Val de Bonmoutier"[modifier | modifier le code]

Après la disparition du monastère, un village se constitue sur le site (quartiers de la Molière et de Martinchamp), appelé à partir du XIIIe siècle Val de Bonmoutier, originellement défriché pour l'abbaye et qui dépendait toujours de l'évêque de Toul. "Val" sera uni à Châtillon pour former la commune moderne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la tradition liée à Gondelbert.
  2. ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES VOSGES. Série H, Clergé régulier avant 1790. 17 H, Abbaye d’Etival: répertoire numérique détaillé / établi par André PHILIPPE; présenté par Raymonde FLORENCE. Archives départementales des Vosges, 1925-2004.
  3. PARISSE, Michel, GABER, Stéphane, CANINI, Gérard. Grandes dates de l'Histoire lorraine. Presses universitaires de Nancy, 1982. (ISBN 978-2-86480-134-4).

Sources[modifier | modifier le code]