Collégiale Saint-Étienne de Hombourg-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Étienne et Saint-Étienne (homonymie).

Collégiale Saint-Étienne
de Hombourg-Haut
Image illustrative de l’article Collégiale Saint-Étienne de Hombourg-Haut
Présentation
Nom local Saint-Étienne
Culte Catholique romain
Type Collégiale-église paroissiale
Rattachement Diocèse de Metz
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1930)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Hombourg-Haut
Coordonnées 49° 07′ 36″ nord, 6° 46′ 43″ est

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Collégiale Saint-Étienne de Hombourg-Haut

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Collégiale Saint-Étienne de Hombourg-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Saint-Étienne de Hombourg-Haut

La collégiale Saint-Étienne est située sur la commune française de Hombourg-Haut dans le département de la Moselle et la région Grand Est. Elle a été construite entre les XIIIe siècle et XVe siècle. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de la collégiale Saint-Étienne fait suite à la fondation, en 1254, d’un collège de treize chanoines. Elle débute à la fin du XIIIe siècle à l’emplacement vraisemblable de l‘ancienne église paroissiale dont la chapelle Saint-Nicolas serait le vestige. Un cloître était adjoint à la collégiale, mais il fut détruit par l’incendie de 1632 qui ravagea également la toiture de la collégiale.

Le 20 juillet 2017 une cérémonie célébra la fin d'un important programme de travaux de restauration[2] qui a concerné :

  • les façades : 2035 m2 de surface nettoyée, 8370 mètres de joints sur vieilles pierres repris, 18,5 m2 de pierres changées,
  • le clocher : réfection d'une assise du beffroi des cloches, remplacement des moteurs de volée des quatre cloches, remplacement du cadre,
  • la révision de la toiture (1524 m2).

Architecture[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

La petite chapelle des Bayers et son vitrail du XIXe.

La collégiale est édifiée en grès des Vosges et couverte d'ardoises. En forme de croix latine, elle est composée d'une nef, bordée de bas-côtés, d'un transept, d'un chœur et flanquée de deux chapelles latérale :

  • La chapelle de semaine, dédiée à St-Nicolas, qui est situé dans l'angle formée par le chœur et le bras sud du transept ;
  • La chapelle dite des Bayer, le long du bas-côté sud.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Les vitraux de la collégiale sont tous postérieurs à la Seconde Guerre mondiale, la plupart ayant été réalisés par l'artiste Jean-Henri Couturat en 1955. Seul le vitrail de la chapelle des Bayer date du XIXe siècle.

Les vitraux du chœur[modifier | modifier le code]

Le chœur de la Collégiale.

Le chœur de l'église est orné de huit vitraux. Ces vitraux représentent, au centre, les apôtres saint Pierre et saint Paul, entourés par les quatre évangélistes Luc et Matthieu à gauche, Marc et Jean. Enfin de chaque côté un vitrail, qui n'est pas visible depuis le reste de l'église, symbolise à l'extrémité gauche la vierge Marie, à l'extrémité droite l'Eucharistie.

Musique en la collégiale[modifier | modifier le code]

la Société chorale Saint Étienne chante régulièrement pour les offices religieux qui ont lieu dans la collégiale et se produit également en concert.

Les Grandes Orgues[modifier | modifier le code]

La collégiale disposait très tôt dans son histoire d'un orgue disposé en tribune. L'orgue actuel fut construit en 1847 par Pierre Rivinach. Il fut agrandi en 1908 par la célèbre maison Dalstein-Haerpfer de Boulay. Il fut entièrement restauré en 1992 par Michel Gaillard de la manufacture d'orgues Aubertin. Une association des amis des orgues s'est constituée pour permettre cette restauration; elle veille toujours à son entretien. Elle est présidée par l'organiste Philippe Delacour. L'instrument est utilisé pour le culte mais également fréquemment pour des concerts[3]. Il passe pour un des plus beaux orgues de l'est de la France[4].

Les grands concerts en la collégiale[modifier | modifier le code]

L'édifice religieux a été au cœur de la vie musicale de Hombourg-Haut. Entre 1947 et 1980 des concerts y sont donnés par l'Harmonie des Houillères du Bassin de Lorraine ainsi que par l'Orchestre symphonique de Metz jusqu'en 1976, puis par l'Orchestre national de Lorraine.

Depuis 1990, la collégiale Saint Étienne abrite la plupart des Rencontres musicales organisées par le Chœur d'hommes de Hombourg-Haut ainsi que les concerts qui ont lieu dans le cadre du Festival international Théodore Gouvy.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00106789, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le coût total de 592 000 euros a été pris en charge par la région Grand Est et l'État (ministère de la Culture) à hauteur de 55%.
  3. Le Festival d'orgues Forbach-Völklingen y organise régulièrement des concerts.
  4. Cf. L'enregistrement édité par l'Institut Théodore Gouvy du récital de l'organiste italienne Elisa Teglia en septembre 2009 (oeuvres pour orgue de Théodore Dubois et Théodore Gouvy).