Louis-Félix de La Salle de Rochemaure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis-Félix de La Salle de Rochemaure
Fonction
Majoral du Félibrige
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Louis-Félix de La Salle de Rochemaure, ou le duc de La Salle de Rochemaure (Aurillac - Nice ) est un homme du monde, un historien, un écrivain et un poète d'oc, majoral du Félibrige. Il est enterré dans la chapelle du château du Doux à Yolet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne Louis Hercule Félix de La Salle de Rochemaure est le fils unique du comte Louis-Bernard-Désiré de La Salle de Rochemaure (1820-1865) et de Marie-Françoise de Pollalion de Glavenas, dame du château du Doux à Yolet et de Clavières-Ayrens. De son mariage le 21 juin 1882 avec Marie-Alphonsine de Forceville, fille d'Isidore de Forceville et de Constance-Eugénie Buffard, il eut trois fils :

  • Marc de La Salle de Rochemaure (1883-1906), qui, épousa une grecque, Marika Karusos, dont il eut une fille, puis divorça, ce qui l'empêcha de reprendre le titre de duc romain,
  • Robert de La Salle de Rochemaure (1884), 2ème duc romain, marié à Marcelle de Bouteiller, sans postérité,
  • Gérald de La Salle de Rochemaure (1885-1933), resté célibataire.

Le félibre[modifier | modifier le code]

Majoral du Félibrige à partir de 1909, ami d'Arsène Vermenouze, il fonde avec lui La Veillée d'Auvergne.

Le bâtisseur[modifier | modifier le code]

L'homme du monde[modifier | modifier le code]

Le duc était généreux ; il recevait souvent et somptueusement dans son château de style troubadour à Clavières : les repas de cent couverts étaient fréquents. Selon une photo de groupe de l'époque, une "réunion scientifique" s'est tenue le 8 septembre 1898 au château de Clavières, en présence du prince Henri d'Orléans (fils du duc de Chartres) et du prince Roland Bonaparte (père de la psychanalyste Marie Bonaparte).

Il habitait à Paris l'hôtel de Bragelonne, 21 rue de l'Université, ancienne demeure de Cambacérès, qu'il fit redécorer dans un goût chargé.

Le 28 juin 1908, il préside la grande fête de gymnastique annuelle du Pensionnat des Frères des écoles chrétiennes de Paris-Passy à Froyennes.

Engagement politique et religieux[modifier | modifier le code]

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • Uno Bisito ò Mistral: Maïano, Settembre 1907. Une Visite à Mistral, Maillane, Septembre 1907. Texte Cantalien et Traduction Française, Aurillac, 1907, Imprimerie moderne.
  • Causeries. La femme. L'Auvergne littéraire gallo-romaine. La renaissance poétique médiévale. L'esprit d'initiative au combat venaissin. Les origines de l'Art. La vertu en Auvergne, Aurillac, 1914, Imprimerie moderne, 493 pages.
  • Esquisses rhénanes, Aurillac, Sérieys, 1907.
  • Du Danube à la Sprée. Profils Hongrois. Silhouettes germaniques, Aurillac, 1909, Imprimerie moderne, 685 pages.
  • Gerbert, Sylvestre II, le Savant, le Faiseur de rois, le Pontife, Rome, Imprimerie éditrice roman, et Paris, Émile Paul, 1914. 752 pages.
  • Impressions d'Espagne et du Portugal, Aurillac, 1905, Imprimerie moderne,
  • Les Troubadours cantaliens, 2 volumes, Paris, Bloud & Cie, 1910, 650 p. et 607. (réédition Slatkine)
  • Récits carladéziens, Aurillac, Imprimerie moderne, 1906, préface d'Arsène Vermenouze.
  • Régionalisme auvergnat, Aurillac, 1909, Imprimerie moderne.
  • Régionalisme et félibrige. Congrès régionaliste de Bourges. Septembre 1911, Aurillac, 1911, Imprimerie moderne,
  • La poésie cantalienne du XIVe au XIXe siècle. Œuvres de troubadours cantaliens : textes revus, corrigés, traduits et annotés par René Lavaud, Aurillac, Imprimerie moderne, 1910.
Préfaces
  • Four (R.), Cansouns d'Auvèrnho (Chansons d'Auvergne). Prefacio de M. Lou Duc De La Salo De Rocomauro, majourau del Felibrige, Ourlhac, Estamparia de J. Brousso, 1913, XXXI-231
  • Compigne (A), Terres druidiques et féodales. Le pays de Noirétable, Cervière, Rochefort, Cousan, Urfé, Vollore. Préface par le duc de La Salle de Rochemaure.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Duc de La Salle de Rochemaure : titre pontifical, créé duc par bref du pape Léon XIII du 15 septembre 1899[1].
  • Camérier secret de cape et d'épée de Léon XIII,
  • Commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire le Grand,
  • Commandeur del Real Orden de Isabel la Católica.

Armes, blason, devises[modifier | modifier le code]

  • La Salle de Rochemaure: « De gueules, à la tour d'argent, donjonnée de deux (ou trois) pièces, maçonnée de sable, soutenues de deux troncs d'arbre (ou bâtons) écotés et déracinés d'or, posés en sautoir.  » [réf. nécessaire]
  • Après 1899 (bref du pape Léon XIII créant duc héréditaire Louis-Félix de la Salle de Rochemaure)
« Deux écus accolés : Écu écartelé : au 1, d'azur à trois chevrons brisés d'or (De la Salle) ; au 2, d'argent à une bande de gueules accompagnée de 6 canettes de sable (Murat-Rochemaure) ; au 3, parti en a, de gueules à trois fasces d'or, en b, d'azur à un château d'argent (Sales de Doux) ; au 4, parti en a, d'azur à trois bandes d'argent au chef du même chargé de trois étoiles de sable, en b, d'azur à trois coquilles d'argent à un croissant du même en abîme (Capelle de Clavières) ; brochant sur le tout, de gueules à un château à deux tours d'argent, posé sur deux troncs arrachés et écotés d'or posés en sautoir, à un croissant d'argent en pointe (De la Salle). Ecu d'argent à trois canettes de sable, au franc-canton du même. Les deux écus sont timbrés d'une couronne ducale cimée d'un lion couronné tenant une épée dans la patte droite ; ils sont tenus par deux lions couronnés tenant chacun une bannière portant une tour accompagnée de quatre croissants. Devise : "QUE SIEN TOUSTEN LIGAT AMALE" ("Soyons tous unis"). Cri de guerre : "SALLA SALLA". Sous l'écu pendent deux médailles ; le milieu est occupé par le collier de camérier secret de cape et d'épée du Souverain Pontife» [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. F. de Saint-Simon, Supplément au Dictionnaire de la noblesse française;, 1977, page 450.
  2. AD15, blason d'un Ex-libris : "Bibliothèque du château de Clavières-Ayrens"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Belaigues, Le duc de La Salle de Rochemaure (1856-1915). La mise en scène d'une épopée familiale, Aurillac, 2015, Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne », Collection « Mémoires » n° 15.
  • Flore du Fayet de La Tour, Des châteaux et des volcans : comment faire connaître le Cantal à la Belle Époque ?, mémoire de maîtrise, 2000.
  • Jean-Claude Belaubre, Le Château de Clavières. Ayrens à travers ses légendes et ses récits, 2012, 21x29,7.
  • Marcellin Boudet, « Nécrologie du duc de La Salle de Rochemaure », Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, 1915, 60 p.
  • Jean-François Chanet, Les félibres cantaliens : aux sources du régionalisme auvergnat, 1879-1914, Clermont-Ferrand, Adosa, 2000, 349 p. (ISBN 2-86639-067-9)
  • Pierre Fabre, Les Félibres majoraux de 1876 à 2006, Aix-en-Provence, Félibrige, 2006.
  • « Hommage au duc de La Salle de Rochemaure », Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, 1930, volume 31-32, p. 213.
  • « Famille La Salle de Rochemaure », Borel d'Hauterive, in Annuaire de la Noblesse de France, 1870.
  • Généalogie de la Maison de la Salle [de Rochemaure] / Hozier, Paris, Bureau des publications nobiliaires, 1907. – 66 p. ; In-f°. Armorial général et universel rédigé d'après les documents... laissés par les d'Hozier et autres généalogistes du roi. Recueil de généalogies dressées et mises à jour par l'Institut héraldique et encyclopédique rédigé par Alexis Daigre. (Bibliothèque de la Société de la Haute-Auvergne, Fonds Delmas).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]