Chronologie des attentats attribués à l'Armée révolutionnaire bretonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ci-dessous, une liste non exhaustive des attentats et tentatives d'attentats attribués ou revendiqués par le Front de Libération de la Bretagne et de ses autres organisations armées (Armée Révolutionnaire Bretonne et Armée Républicaine Bretonne).

Les premiers attentats (1966-1972)[modifier | modifier le code]

Date Ville/Lieu Action/Cible Notes
6 mars 1966 Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) Des militants lancent des cockails Molotov contre le bâtiment de la sous-préfecture
11 juin 1966 Lorient (Morbihan) Tentative d'incendie contre un immeuble des contributions directes.
17 juin 1966 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Tentative d'incendie des bureaux de la perception L'action est signée du sigle FLB, que la police retrouve en même temps que la bombe incendiaire placée dans les sous-sols du bâtiment.
1967 (date exacte inconnue) Trémuson (Côtes-d'Armor) Tentative de vol d'explosifs dans une carrière
13 juillet 1967 La Paquelais, Vigneux-de-Bretagne (Loire-Atlantique) Lucien Divard, membre du FLB, fait sauter un bâtiment des PTT L'auteur signe son action d'un BZH, clin d'œil à l'interdiction de coller cet emblème à l'arrière des voitures
11 janvier 1968 Plouescat (Finistère) Bâtiments de la perception
12 janvier 1968 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Bâtiments de la préfecture
12 janvier 1968 Quimper (Finistère) Bâtiments de la préfecture
28 avril 1968 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Caserne de la CRS 13 Le garage ainsi que les véhicules qui y étaient entreposés sont complètement détruits.
30 avril 1968 Hennebont (Morbihan) Gendarmerie
30 avril 1968 Pluvigner (Morbihan) Bâtiments de la perception
5 septembre 1968 Pont-Aven (Finistère) Mairie
5 septembre 1968 Rosporden (Finistère) Bâtiments de la perception
6 juin 1971 Rennes (Ille-et-Vilaine) Destruction de camions de transports laitiers
22 juin 1971 Rennes (Ille-et-Vilaine) Entreprise de matériel automobile
22 juin 1971 Fougères (Ille-et-Vilaine) Bureaux de maître Massard
18 novembre 1971 Redon (Ille-et-Vilaine) Palais de justice
28 novembre 1971 Dinan (Côtes-d'Armor) Bâtiments de la sous-préfecture
?? janvier 1972 Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) Bâtiments des douanes
12 janvier 1972 Rennes (Ille-et-Vilaine) Faculté des sciences de Rennes
12 janvier 1972 Redon (Ille-et-Vilaine) Palais de justice
19 février 1972 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Bâtiments de l'inspection académique
23 février 1972 Quiberon (Morbihan) Statue du Général Hoche
12 avril 1972 Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) Villa de Francis Bouygues L'attentat est attribué au FLB, bien qu'en 1999, la DST avouera l'avoir commis dans le but de discréditer le mouvement breton[1].
10 avril 1972 Paris Tentative d'attentat au colis piégé Il s'agit d'une des toutes premières actions du FLB en dehors des frontières de la Bretagne.
5 août 1972 Rennes (Ille-et-Vilaine) Gare SNCF
8 décembre 1972 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Centre des impôts

La radicalisation (1973-1974)[modifier | modifier le code]

Date Ville/Lieu Action/Cible Notes
12 juillet 1973 Fouesnant (Finistère) Tentative d'attentat contre le chantier d'une gendarmerie
29 janvier 1974 Nantes (Loire-Atlantique) Bâtiments du 33e Régiment d’Infanterie de Nantes
14 février 1974 Plounéour-Ménez (Finistère) Émetteur de Roc'h Trédudon L'attentat de Roc'h Trédudon va priver l'Ouest de la Bretagne de télévision pendant quelques mois.
26 juin 1974 Brest (Finistère) Gendarmerie Le lendemain de cet attentat, le départ du Tour de France était donné à Brest et de nombreux médias étaient sur place, ce qui explique son relatif retentissement. Le 30 décembre 1974, onze militants sont néanmoins arrêtés avec, parmi eux, Corentin Puillandre, qui sera le seul inculpé devant la Cour de sûreté de l'État, précisément pour cet attentat.
5 août 1974 Quimper (Finistère) Fokker F27 de la compagnie aérienne Air Inter
6 décembre 1974 Bécherel (Ille-et-Vilaine) Trois camions laitiers

Les « années de poudre » (1975-1979)[modifier | modifier le code]

Date Ville/Lieu Action/Cible Notes
3 janvier 1975 Brest (Finistère) Bâtiments du centre automobile de la Marine
9 février 1975 Quimper (Finistère) Gymnase d'un lycée
1er mars 1975 Brest (Finistère) Palais de justice
10 juin 1975 Rennes (Ille-et-Vilaine) Bâtiments de la Police Judiciaire
8 juillet 1975 Locminé (Morbihan) Presbytère
12 juillet 1975 Cléguérec (Morbihan Gendarmerie
14 juillet 1975 Guer (Morbihan) Statues militaires de École spéciale militaire de Saint-Cyr
27 juillet 1975 Quimper (Finistère) Bâtiments de la Direction départementale de l'Agriculture et de la Forêt
27 juillet 1975 Nantes (Loire-Atlantique) Tentative d'attentat contre les bâtiments de la Direction départementale de l'agriculture Trois militants de Guérande, Pierre Loquet, Dominique Crochard et Gérard Coriton sont arrêtés.
27 juillet 1975 Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine) Camp militaire de la Lande d'Ouée
29 juillet 1975 Vannes (Morbihan) Cité administrative
15 août 1975 Brennilis (Finistère) Site nucléaire de Brennilis Deux explosions détruisent un poste de téléphone et font des dégâts sur la prise d'eau servant à refroidir une turbine.
26 août 1975 Rennes (Ille-et-Vilaine) Domiciles d'Henri Fréville, sénateur et maire de Rennes, et de François Le Douarec, député d'Ille-et-Vilaine 13 personnes sont inculpées devant la Cour de Sûreté. C’est le résultat de l’Opération Sultan IV, destinée initialement à démanteler le F.L.B.-L.N.S., et qui a donc des résultats bien plus larges. Parmi les personnalités connues du mouvement breton arrêtées, on trouve l’Abbé Le Breton, Yann Fouéré, Dr Yves Gourves et Yann Puillandre. Des manifestations populaires conduisent à la libération provisoire de la plupart d’entre eux en décembre.
19 septembre 1975 Saint-Brieuc (Côte d'Armor) Palais de justice
22 septembre 1975 Malestroit (Morbihan) Un bulldozer
23 septembre 1975 Vannes (Morbihan) Locaux des Républicains indépendants
24 septembre 1975 Vannes (Morbihan) Palais des Arts et de la Culture
17 décembre 1975 Brest (Finistère) Bâtiments de la Police Judiciaire
20 décembre 1975 Saint-Brieuc (Côte d'Armor) Palais de Justice
17 avril 1976 Paris Siège de la société Transocean[2] et le domicile de son PDG Ces deux actions étaient liées à la politique sociale que menait cette entreprise dans son usine de Brest, jugée désastreuse par les militants du FLB.
3 juillet 1976 Tours (Indre-et-Loire) Locaux EDF
14 juillet 1976 Locronan (Finistère) Tentative d'attentat contre une gendarmerie
25 juillet 1976 Quimper (Finistère) Banque nationale de Paris L'attentat fut commis en plein jour.
27 juillet 1976 Locronan (Finistère) Gendarmerie
2 août 1976 Brest (Finistère) Hôtel des impôts
6 août 1976 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Centre des impôts
7 août 1976 Vannes (Morbihan) Palais de justice
26 septembre 1976 Fougères (Ille-et-Vilaine) Véhicules de la gendarmerie
29 septembre 1976 Ty-Vougeret, près de Dineault (Finistère) Camp militaire du 41e régiment d'infanterie de ligne
30 septembre 1976 Plouedern (Finistère) Bureaux des entreprises Lagadec
10 novembre 1976 Rennes (Ille-et-Vilaine) Rectorat d'académie
21 octobre 1976 Rennes (Ille-et-Vilaine) Centre des impôts
7 novembre 1976 Dinan (Côtes-d'Armor) Centre des impôts
6 décembre 1976 Brest (Finistère) Chantier des entreprises Lagadec
6 décembre 1976 Plougastel-Daoulas (Finistère) Chantier des entreprises Lagadec
8 décembre 1976 La Roche-Maurice (Finistère) Barrage des entreprises Lagadec
11 décembre 1976 Sizun (Finistère) Barrage des entreprises Lagadec
19 décembre 1976 Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) Bâtiments des douanes
22 décembre 1976 Rennes (Ille-et-Vilaine) Cercle des officiers
7 janvier 1977 Brest (Finistère) Chantier des entreprises Lagadec
8 janvier 1977 Kerastang, près de Saint-Renan (Finistère) Carrière des entreprises Lagadec
9 janvier 1977 Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) Palais de justice
24 janvier 1977 Dinan (Côtes-d'Armor) Voiture de l'EDF
6 janvier 1977 Redon (Ille-et-Vilaine) Cité administrative
6 janvier 1977 Rennes (Ille-et-Vilaine) Centre des redevances de l'ORTF et de Radio T.B.
8 février 1977 Lizio (Morbihan) Pylône électrique
12 février 1977 Broons (Côtes-d'Armor) Statue de Bertrand du Guesclin Du Guesclin, natif de Broons, était considéré comme un traître par les nationalistes bretons.
13 février 1977 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Six véhicules de gendarmerie
20 mars 1977 Rennes (Ille-et-Vilaine) Local EDF
25 mars 1977 Quimper (Finistère) Caserne de la Tour d'Auvergne
22 avril 1977 Quimper (Finistère) Hôtel de police et tentative d'attentat contre l'antenne de la Légion Étrangère
22 avril 1977 Saint-Nic (Finistère) Résidence secondaire de Jacques Le Guyader Despree, maire de Châteaulin
1 mai 1977 Broons (Côtes-d'Armor) Chantier d'une gendarmerie
18 mai 1977 Plouzané (Finistère) Chantier des entreprises Lagadec
29 mai 1977 Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Banque de France et Banque Populaire d'Armorique

1978[modifier | modifier le code]

1979[modifier | modifier le code]

  • 03 - 01 Quimper Antenne de l'armée de l'air.
  • 14 - 01 Brennilis (29) destruction de deux pylônes de la ligne haute-tension partant de la centrale. La centrale ne pouvant plus évacuer l'électricité produite, elle doit être arrêtée. C'est la première fois qu'un groupe terroriste perturbe le fonctionnement d'une centrale nucléaire.
  • 24 - 02 Saint-Servais (22) tentative de vol d'explosifs
  • 06 - 03 Lannion (22) Camp militaire
  • 06 - 03 Saint-Brieuc (22) immeuble des Renseignements Généraux
  • 06 - 03 Brest (29) immeuble EDF-GDF et caserne
  • 06 - 03 Guingamp centre EDF
  • 06 - 03 Paris (75) bâtiment appartenant à EDF.
  • 09 - 04 Aucaleuc, près de Dinan (22) Camp militaire
  • 09 - 04 Dol-de-Bretagne mairie
  • 29 - 04 Saint-Brieuc (22) immeuble des Renseignements Généraux
  • 30 - 05 Plouézec (22) Villa de M. Le Taillanter. Attentat à Bréhec contre la villa, résidence secondaire du commissaire Roger Le Taillanter, directeur du SRPJ de Rennes. Revendication FLB. En plein jour, un commando de quatre hommes débarque, ligote la femme du commissaire, et fait tomber en ruine sa demeure. Le commissaire était qualifié « d'adversaire direct et privilégié » par les nationalistes bretons

1980[modifier | modifier le code]

  • 15 - 03 Plogoff une bombe composée de sept kilogrammes de poudre d'alumine est retrouvée à Trogor, là où stationnaient les gendarmes mobiles pendant l'enquête d'utilité publique liée au projet de centrale nucléaire à la pointe du Raz

1983[modifier | modifier le code]

  • Octobre/novembre 1983. Nouvelle vague d'attentats en Bretagne (dont cité judiciaire de Rennes) signés ARB (disparition du sigle FLB).
  • 15 - 10 Rennes (35) Cité judiciaire, revendication ARB.
  • 22 - 12 Rennes (35) Trésorerie générale, revendication ARB.

1984[modifier | modifier le code]

  • 01 - 05 St-Brieuc (22) Agence de travail temporaire
  • 01 - 05 Rennes (35) Direction Départ. du Travail (échec)
  • 01 - 08 Quimper (29) Radio Bretagne Ouest (Radio France)
  • 04 - 08 Arzon (56) transformateur EDF à Kerjouanno (manqué, un auteur blessé) bretonne|ARB.
  • 11 - 10 Lannion (22) ANPE
  • 11 - 10 Brest (29) ANPE
  • 12 - 12 Lannion (22) ANPE
  • 12 - 12 Brest (29) ANPE
  • 27 - 12 Neuillac siège de la Cogema

1985[modifier | modifier le code]

  • 01 -01 Neuillac près de Pontivy COGEMA, revendication ARB.
  • 04 - 06 Guingamp (22) ANPE, Palais de justice et permanence du député maire PS de Guingamp Maurice Briand. Un jeune militant, Christian Le Bihan, 25 ans, est déchiqueté à Guingamp par la bombe qu'il s'apprêtait à déposer au Palais de justice.

1988[modifier | modifier le code]

  • 20 - 01 Quimper (29) immeuble URSSAF, revendication ARB.
  • 20 - 01 Rennes (35) rectorat d'académie, revendication ARB.
  • Septembre : Pontivy (56) hôtel des Impôts, revendication ARB.

1989[modifier | modifier le code]

  • 07 - 05 Nantes (44) Palais de région des pays de Loire, revendication ARB.

1990[modifier | modifier le code]

  • XX - XX Quimper (29) Cité Administrative.

1992[modifier | modifier le code]

1993[modifier | modifier le code]

1994[modifier | modifier le code]

  • 24 - 04 Saint-Brice-en-Coglès (35) Perception, revendication ARB, dynamite NC4.
  • 06 - 09 Attentat à la perception d'Évran, près de Dinan, revendication ARB.
  • entre le 10 - 08 et le 14 - 09 Lorient, société d'armement de pêche Jégo-Quéré (manqué), revendication ARB,dynamite NC4.

1995[modifier | modifier le code]

  • 10 - 04 Guidel (56) Société immobilière Sun Mer, revendication ARB.
  • 08 - 06 Auray (56) locaux E.D.F., revendication ARB.
  • 08 - 11 Carnac (56) Archéoscope, revendication ARB.

1996[modifier | modifier le code]

  • 10 - 02 Louvigné-du-Désert (35)Gendarmerie,revendication ARB, dynamite NC4.
  • 16 - 04 Rennes (35) Trésor Public, revendication ARB.
  • entre le 30-04 et le 02-05 Saint-Herblain centre EDF-GDF, revendication ARB.
  • 23 - 05 Morlaix (29) Compagnie Générale des eaux, revendication ARB.
  • 23 - 05 Crac'h (56) Compagnie Générale des eaux, revendication ARB.
  • 23 - 05 Fouesnant (29) Lyonnaise des Eaux, revendication ARB.
  • 0x - 06 Surzur (56) Mairie, colis piégé adressé au maire, manqué (« Askell Groc'hen » ?), considéré comme une "provocation" par l'ARB.
  • 26 - 06 Saint-Herblain (44) installations EDF, revendication ARB, dynamite, chlorate de sodium, sucre, poudre noire.
  • 26 - 06 Caudan (56) agence EDF-GDF, revendication ARB, dynamite NC4.
  • 05 - 07 Rennes (35) Cité Judiciaire; action dirigée avec des explosifs contre la cité administrative de Rennes; revendication ARB.

1998[modifier | modifier le code]

  • En septembre 1998, un pain de plastic est découvert sous les fenêtres de la gendarmerie de Liffré, en Ille-et-Vilaine.
  • nuit du 29 au 30 octobre 1998 : une explosion a détruit une quinzaine de bureaux du service d'actions culturelles à l'hôtel de ville de Belfort, ville de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'intérieur en exercice et ancien maire de la ville. On retrouve le même explosif qu'en 1996 avec l'attentat contre la cité administrative de Rennes. L'explosion, revendiquée par l'ARB, fait plusieurs millions de francs de dégâts, mais aucun blessé. Un correspondant anonyme revendique dans la foulée l'attentat au nom de l'ARB auprès de l'AFP et de Radio Bretagne Ouest. Le 12 novembre 1998, l'organisation clandestine bretonne revendique l'action dans un communiqué signé du kuzul meur (le grand conseil).
  • Les cibles suivantes furent choisies parmi les symboles de «l'État colonial français»:
  • 14 août 1998, Liffré, Cesson-Sévigné (35), gendarmeries, attentat non revendiqué.
  • 3 octobre 1998, Liffré (35), perception, attentat manqué et non revendiqué, dynamite NC2.
  • nuit du 13 au 14 novembre 1998 : attentat à l'hôtel des impôts du bourg de Matignon, dans les Côtes-d'Armor, revendication ARB. Devant l'importance des faits, le parquet de Dinan est dessaisi de l'affaire au profit de la 14e section du parquet de Paris chargée des affaires terroristes ; dynamite NC2 ou NC4.
  • 23-24 décembre 1998, Gouarec (22), brigade de gendarmerie, revendication ARB,dynamite NC2.

1999[modifier | modifier le code]

2000[modifier | modifier le code]

  • 13 janvier 2000, Dol-de-Bretagne, perception, tentative, dynamite Titadyne 30 A.
  • 13 janvier 2000, Pontorson, perception, nature de l'explosif indéterminée.
  • 23 janvier 2000, La Baule (44), mairie, explosion non revendiquée, pas de blessé, dynamite Titadyne 30 A.
  • Vannes (56), 3e Régiment d'infanterie de marine, alerte à la bombe sans bombe.
  • nuit du 8 au 9 mars 2000, Quévert, trois coups de feu sont tirés contre le restaurant McDonald's.
  • 11 mars 2000 : une bombe (explosifs nitratés ou dynamite Titadyne 30 A) explose au bâtiment des impôts d'Argentré-du-Plessis (35), l'attentat n'est pas revendiqué[3].
  • 14 avril 2000, des dégradations présentées comme légères sont commises au restaurant McDonald's de Pornic (Loire-Atlantique), revendication ARB. Une charge minime a explosé. Nature de l'explosif indéterminable par l'analyse chimique. Restes d'emballage de Titadyn retrouvés (?) le 2 mai 2000. Cette affaire reste très confuse (voir Mc Do de Pornic : une affaire qui garde son mystère, dans Affaire de Plévin).
  • 19 avril 2000, Rennes (35), bombe désamorcée au bureau de poste du mail Mitterrand, près des Chèques Postaux (explosifs Plévin),dynamite Titadyne 30 A[4].
  • 19 avril 2000 : une bombe (dynamite Titadyne 30 A) explose au McDonald's de Quévert, près de Dinan, tuant une employée[5],[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lionel Henry et Annick Lagadec, FLB - ARB : L'Histoire 1966-2005, Éditeur : Yoran Embanner, Fouesnant, 2006, Broché, 390 pages (ISBN 2-9521446-5-6) ;
  • Erwan Chartier et Alain Cabon, Le Dossier FLB - Plongée chez les clandestins bretons, Éditions Coop Breizh, Spézet, novembre 2006.
  • Voir aussi : Bibliographie

Notes et références[modifier | modifier le code]