Incendie de la bibliothèque de Jaffna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Incendie de la bibliothèque de Jaffna
Type Incendie, Acte de malveillance
Localisation Jaffna
Coordonnées 9° 40′ nord, 80° 01′ est
Date
Bilan
Morts 7

L'incendie de la bibliothèque de Jaffna (tamoul : யாழ் பொது நூலகம் எரிப்பு) fut un événement important au déclenchement de la guerre civile du Sri Lanka. Une foule d'origine cingalaise s'est déchaînée dans la nuit du , brûlant la Bibliothèque de Jaffna. Ce fut l'un des exemples de biblioclasme les plus violents du XXe siècle [1]. Au moment de sa destruction, la bibliothèque était l'une des plus grandes d'Asie, contenant plus de 97 000 livres et manuscrits[2],[3].

Contexte[modifier | modifier le code]

La bibliothèque a été construite en plusieurs étapes à partir de 1933, commençant par une modeste collection privée, et avec l'aide des citoyens locaux, elle est devenue une bibliothèque à part entière. La bibliothèque était également un dépôt de documents d'archives écrits en feuille de palmier. Elle possédait des copies originales de documents historiques régionaux de l'histoire politique du nord du Sri Lanka, et elle avait conservé les publications de journaux de plusieurs centaines d'années[4],[5].

En 1959, la première aile de la bibliothèque a été ouverte par le maire de Jaffna, Alfred Duraiappah. L'architecte du bâtiment, S. Narasimhan de Madras en Inde avait choisi un style indo-sarrasin . Le bibliothécaire indien S. R. Ranganathan a servi de conseiller pour s'assurer que la bibliothèque soit construite selon les normes internationales[4],[5].

Émeutes et incendie[modifier | modifier le code]

Le dimanche 31 mai 1981, le Front uni de libération tamoul (TULF), un parti politique populaire de la région, a organisé un rassemblement au cours duquel trois policiers cingalais ont été tués.

Cette nuit-là, la police et les paramilitaires ont commencé un pogrom qui a duré trois jours. Le siège du parti TULF et la résidence du député tamoul de Jaffna V. Yogeswaran (en) ont été détruits. Quatre personnes ont été retirées de leurs maisons et tuées au hasard. De nombreux établissements commerciaux et un temple hindou local ont également été délibérément détruits.

Dans la nuit du 1er juin, selon de nombreux témoins oculaires, la police et les paramilitaires parrainés par le gouvernement ont incendié la bibliothèque publique de Jaffna et l'ont complètement détruite[1]. Plus de 97 000 volumes de livres [5] et des manuscrits irremplaçables ont été détruits. Parmi les objets détruits figuraient des rouleaux inestimables de valeur historique. Les articles détruits comprenaient des mémoires et des œuvres d'écrivains et de dramaturges qui ont apporté une contribution significative à la subsistance de la culture tamoule, et ceux des médecins et des politiciens réputés localement[5].

Le bureau de Eelanaadu , un journal local, a également été détruit. Des statues de personnages culturels et religieux tamouls ont été détruits ou défigurés.

En 1984, la journaliste irlandaise Nancy Murray a écrit dans un article de journal que plusieurs officiers de sécurité de haut rang et deux ministres étaient présents dans la ville de Jaffna, habillé en civil[6] pour organiser des actes de destruction organisés[7]. En 2001, le journal Daily News appartenant au gouvernement srilankais concède que l'événement de 1981 a été organisé par le gouvernement de l'époque[8].

Réactions[modifier | modifier le code]

Les médias nationaux n'ont pas relayé l'incendie. La majorité cingalaise au parlement a suggéré à la minorité tamoul que si elle n'était pas heureuse au Sri Lanka, elle pouvait rentrer dans son "pays d'origine", l'Inde[1].

Une citation directe de W. J. M. Lokubandara (en), membre du Parti national uni et député Sri Lankais, lors d'un discours au Parlement en [9] :

« S'il y a tant de discrimination dans ces terres qui ne sont pas les leurs (aux tamouls), alors pourquoi n'essaient-ils pas de rentrer chez eux (en Inde) où il n'y aurait pas de discrimination ? En Inde, il y a vos kovil, vos Dieux, votre culture, votre éducation, vos universités, etc. Vous êtes les maîtres de votre destin. »

Président Ranasinghe Premadasa[modifier | modifier le code]

En 1991, le président de Sri Lanka de l'époque Ranasinghe Premadasa a publiquement proclamé :

« Lors des élections du Conseil de développement de district en 1981, certains membres de notre parti ont rassemblé beaucoup de personnes venant d'autres parties du pays vers le Nord, pour créer des ravages et y perturber la tenue des élections. Si vous souhaitez savoir qui a brûlé la collection inestimable de livres à la bibliothèque de Jaffna, il suffit de regarder les visages de ceux qui s'opposent à nous. »

Il accusait par là ses opposants politiques à l'intérieur même du Parti national uni, Lalith Athulathmudali et Gamini Dissanayake, parce que ces derniers venaient de déposer une procédure d'Impeachment contre lui, en l'accusant d'être directement impliqué dans l'incendie de la bibliothèque[9].

Président Mahinda Rajapakse[modifier | modifier le code]

En 2006, le Président du Sri Lanka Mahinda Rajapakse a annoncé :

« L'UNP est responsable des émeutes à grandes échelles et des massacres contre les tamouls en 1983, de trucage des votes lors les élections régionales de la Province du Nord et de l'incendie de la Bibliothèque de Jaffna. »

Il conclura son discours en soulignant qu'à cause de l'accumulation de ces atrocités, la voix des tamouls était maintenant noyé par le bruit des armes à feux. En faisant référence au terrorisme des LTTE[10].

Premier Ministre Ranil Wickremesinghe[modifier | modifier le code]

En 2016, le Premier Ministre Ranil Wickremesinghe, leader de l'UNP, s'est excusé pour l'incendie de la bibliothèque de Jaffna, qui a eu lieu sous un gouvernement UNP.[11]

« Nous donnons du travail au peuple. Nous créons des industries. Au moment où le président Maithripala Sirisena célèbrera son deuxième anniversaire de prise de fonctions, nous aurons accompli un énorme travail de développement dans le Nord. La bibliothèque de Jaffna a été incendiée au temps de notre gouvernement. Nous le regrettons. Nous nous excusons pour cela. Est-ce que vous vous excuserez pour les torts que vous avez commis ? »

Droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Orville H. Schell, président d'Human Rights Watch, et responsable de la mission d'enquête de 1982 d'Amnesty International au Sri Lanka, livre la conclusion que le Parti national uni n'a jamais ouvert d'enquête indépendante pour établir la responsabilité de ces meurtres en mai et juin 1981 et n'a jamais pris des mesures contre les responsables. Personne n'a été condamné pour ces crimes à ce jour[12],[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Détruire un symbole », IFLA (consulté le 14 février 2007)
  2. « Incendie à la bibliothèque publique de Kandy », BBC (consulté le 14 mars 2006)
  3. Wilson, AJ Le nationalisme tamoul sri-lankais: ses origines et son développement aux XIXe et XXe siècles , p.125
  4. a et b « Histoire de la bibliothèque publique » [[https: //web.archive.org/web/20070310145532/http: //www.dailynews.lk/2002 /12/12/fea01.html archive du ]], Dailynews (consulté le 13 avril 2007)
  5. a b c et d « La reconstruction de la bibliothèque de Jaffna par Dr. Jayantha Seneviratne » https: //web.archive .org / web / 20051224070539 / http://www.priu.gov.lk/news_update/features/20020130jaffna_library.htm archive, PRIU (consulté le 17 avril 2006)
  6. « Chronologie de événements au Sri Lanka », BBC, (consulté le 14 mars 2006)
  7. Nancy Murray (1984), Sri Lanka: le racisme et l'État autoritaire 1, Race & Class, vol. 26 (été 1984)
  8. « ÉDITORIAL, NOUVELLES QUOTIDIENNES » [archive du ] (consulté le 14 mars 2006)
  9. a b et c « Over two decades after the burning down of the Jaffna library in Sri Lanka » [archive du ], The Independent (consulté le 15 mars 2006)
  10. « Mahinda promises compensation for high security zone », BBC (consulté le 14 mars 2006)
  11. (en-US) « Prime Minister Ranil Wickremesinghe Apologises in Parliament for Destruction of the Jaffna Public Library in 1981 when the UNP was in Power. », dbsjeyaraj.com,‎ (lire en ligne)
  12. « Burning of the Jaffna Library », Amnesty International's 1982 fact finding mission to Sri Lanka, Tamilnation.org